Cumul de plusieurs factures impayées au fonds d’appui à la formation Professionnelle et à l’Apprentissage (FAFPA) : «Les fonds qui nous sont destinés ne sont pas logés chez nous.

7

Nous allons respecter nos engagements en fonction  de l’argent que l’Etat nous donne» répond le DG  Al Bachar

Plusieurs centres et bureaux de formation ayant effectué des prestations à des associations ou organisations faitières courent depuis plusieurs mois, voire des années, derrière des factures impayées au Fonds d’appui à la formation professionnelle et à l’apprentissage. Mais pour le Dg du Fafpa, c’est un faux-procès qui relève de la méconnaissance des textes.

Comment ces factures se sont-elles retrouvées au Fafpa ?  A cette question, un responsable d’un centre de formation d’expliquer que c’est à partir d’une convention tripartite  ( Fafpa, structure de formation et organisation faitière)  en bonne dû forme qu’ils se sont engagés à dispenser des formations pour des structures bénéficiaires. “La convention stipule que les bénéficiaires, à savoir les organisations faitières, payent 10%  ou 20 % du fonds global de la formation, un montant versé dans les comptes du Fafpa. Et après, le bureau de formation paye la totalité du budget avant d’être remboursé plus tard par le Fafpa. Ce, après la présentation du rapport d’étape et des factures. Mais de nos jours, nombreux sont nos collègues qui, après avoir rempli ces formalités, courent derrière leur argent depuis des mois, voire des années “ a regretté un responsable d’un centre de formation. Pour un autre, ce retard de paiement est de nos jours dommageable pour leur entreprise.

“J’ai investi plusieurs dizaines de millions Fcfa dans la location des salles de conférence, le recrutement des consultants pour la formation. Mais le hic est que, depuis environ plus d’une année, je cours derrière mes factures au Fafpa. Et à chaque fois, ce service évoque des problèmes d’argent ” a regretté le patron d’un centre de formation. Avant de poursuivre qu’ils sont très nombreux à avoir leurs factures en instance au sein du Fafpa.  Un autre d’ajouter que pour pouvoir dispenser la formation, il s’est endetté auprès des fournisseurs de la place croyant  qu’il allait être payé au plus vite. “De nos jours, ces fournisseurs se sont retournés contre nous pensant que notre bureau est de mauvaise foi”, a précisé notre interlocuteur qui a requis l’anonymat. Un autre promoteur de centre de formation  d’enfoncer le clou en ces termes : “Nous ne savons plus à quel saint se jouer car avec ces factures impayées cumulées dont les montants sont importants, nous n’arrivons plus à faire face à nos charges au niveau de nos entreprises. Toute chose qui a poussé l’un des nôtres de faire récemment  un sit-in au Fafpa pour exiger qu’il soit remis dans ses droits”.

En tout cas ces bureaux et centres de formation ont invité les plus hautes autorités à s’investir afin qu’ils soient remis dans leurs droits. Faute de quoi, ils vont mettre les clés sous le paillasson

Méconnaissance  des textes par certains bureaux de formation

Approché par nos soins, le directeur général du Fafpa d’évoquer une méconnaissance des textes pour ceux qui s’agitent de la sorte. “Nous sommes un établissement public à caractère administratif. Ceci étant, nous  ne travaillons qu’avec les ressources que l’Etat nous alloue” a rappelé le Dg du Fafpa. Selon lui, les fonds du Fafpa proviennent des impôts prélevés sur des taxes de formation auprès des entreprises. Après recouvrement, ces taxes sont versées dans le Trésor public. “Donc juste vous dire que les milliards qui nous sont destinés ne sont pas logés chez nous ici. Et on nous donne ce fonds de façon échelonnée” a précisé Mohamed Al Bachar Touré.

C’est vrai que nous avons des factures impayées à notre niveau, mais cela s’explique seulement par la procédure de décaissement échelonnée qui prend souvent du temps. Sinon nous ne sommes nullement de mauvaise foi par rapport au paiement de nos usagers ” a-t-il expliqué.

Ce n’est pas tout, il a également relevé que ces retards de paiement ne sont pas des faits nouveaux dans ce service. “Lors de ma prise de fonction en 2014, j’ai trouvé des crédits de 2011, 2012 que j’ai épongés. Au-delà de tout cela, les crédits avec les EPA ne sont exigibles qu’après quatre années. Mais nous, nous n’allons pas attendre ces quatre années pour les payer. Nous allons respecter nos engagements en fonction  des fonds qu’on nous donne. Juste vous dire que ceux qui s’agitent de la sorte  ignorent ou font semblant d’ignorer les textes de fonctionnement du service” a soutenu Mohamed El Bachar Touré, tout en rappelant au passage qu’après deux récentes missions de contrôle, aucune malversation n’a été constatée par rapport à la gestion des fonds de sa structure.

Pas de malversation

“Nous avons reçu de septembre à décembre 2015, les inspecteurs du contrôle général des services publics et de l’inspection des finances publiques. Après quatre mois d’audit portant sur les périodes, 2013, 2014, 2015, les deux rapports n’ont relevé  aucune malversation durant cette période. Juste vous dire que nous sommes en train de travailler en fonction des textes qui régissent la structure et les fonds mis à notre disposition ” a conclu le Dg.

            Kassoum THERA

PARTAGER

7 COMMENTAIRES

  1. Albachar est un jeune qui sait ce qu il fait , il a vraiment la tête sur les épaules, toutes les critiques qui se font ne lui reprochent rien quand à la gestion du Fafpa, on peut comprendre des camarades qui se plaignent parce qu il n a pas voulu que le coin soit un lieu ou les amis se rencontrent pour prendre du thé, Albachar tu mérites la place du vaurien de Baby qui n a aucune vision , tu connais cette boite , c est comme cela qu on doit prendre les responsables dans les boites et non parachuter les gens, franchement continues, soit gentil mais soit encore plus juste comme toi meme tu sais le dire être gentil n est pas difficile le plus difficile c’ est d’être juste. Albachar tu as une carrapace dure et les veines dures car tu es un enfant bénit, continues ton chemin camarade, l’effort se payera, malgré les tentatives de sabotage tu es resté tout droit dans tes bottes, saches seulement qu on ne saurai etret aimé par tout le monde surtout dans un pays ou les ont dits sont plus quotidiens que la verité, continues a te battre à t’ameliorer a travailler wallah tu avanceras. JE TE JURE tu seras aprecié par le président et ton ascencion ne s’arrette quand dieu le voudra et non par des inspections sparadiques commandées par la jalousie d’une personne qui n’ a rien dans la cabauche que la méchancité, dieu veille sur toi seul dieu est vrai et tout ce qui n est pas dieu est egarement
    Sadio

  2. LE FAFPA EST LE TRIOMPHE DE LA MEDIOCRITE
    Les nominations des DG du FAFPA obéissent aux principes de l’étiquette « politique » qui sont des cadres médiocres assoiffés de pouvoir et de prestige. Dans la pratique pourtant, ils servent plus un « système » que les partenaires privés dont le parcourt relève du combattant ils sont dans un mépris total au sein de l’institution.
    Les fraudes à la formation professionnelle sont à la fois massives et indolores, il y’a le cas de la dame syna demba en tant que ancienne directrice APJ. La Cour des comptes devraient dresser un tableau accablant au FAFA. Les contrôles sont complètement inadaptés à la situation ils auraient décelé les dérives comme les non paiements des certaines factures depuis des années, en plus l’amateurisme
    du DG se défendant pas de « malversation » la conclusion est qu’une bureaucratie qui allie souvent l’incompétence à l’indifférence envers la chose publique, sinon comment ignorer ces dérives du FAFPA tels que :
    Les coquilles vides,
    Les organismes sans locaux
    Les formations fictives
    Les agents fafpa sont prestataires de l’ombre
    Les factures non payées
    Les habilitations aux recommandés

    Il est impératif que l’État réagisse enfin ?
    “très peu de contrôle sur l’utilisation de l’argent de la formation, le contenu de la formation, et le choix des stagiaires … bravo “
    On va en rester là !

  3. LE FAFPA EST LE TRIOMPHE DE LA MEDIOCRITE
    Les nominations des DG du FAFPA obéissent aux principes de l’étiquette « politique » qui sont des cadres médiocres assoiffés de pouvoir et de prestige. Dans la pratique pourtant, ils servent plus un « système » que les partenaires privés dont le parcourt relève du combattant ils sont dans un mépris total au sein de l’institution.
    Les fraudes à la formation professionnelle sont à la fois massives et indolores, il y’a le cas de la dame syna demba en tant que ancienne directrice APJ. La Cour des comptes devraient dresser un tableau accablant au FAFA. Les contrôles sont complètement inadaptés à la situation ils auraient décelé les dérives comme les non paiements des certaines factures depuis des années, en plus l’amateurisme
    du DG se défendant pas de « malversation » la conclusion est qu’une bureaucratie qui allie souvent l’incompétence à l’indifférence envers la chose publique, sinon comment ignorer ces dérives du FAFPA tels que :
    Les coquilles vides,
    Les organismes sans locaux
    Les formations fictives
    Les agents fafpa sont prestataires de l’ombre
    Les factures non payées
    Les habilitations aux recommandés

    Il est impératif que l’État réagisse enfin ?
    “très peu de contrôle sur l’utilisation de l’argent de la formation, le contenu de la formation, et le choix des stagiaires … bravo “
    On va en rester là !

  4. Le mal est profond, cette structure qui a été créée pour soutenir la compétitivité de nos entreprises, est devenue un moyen d’enrichissements illicites pour beaucoup de nos compatriotes sans vergognes, corrompus et cupides, avec trop de formations fictives. En réalité l’argent ne va pas aux véritables bénéficiaires, c-à-d les entreprises . Allez voir tout près en Côte d’Ivoire, comme cette structure est gérée, c’est diamétralement opposée de la nôtre. Notre problème est qu’on fait semblant de travailler alors qu’on est pas du tout sérieux. L’idée est bonne, mais ce sont hommes qui gèrent ce système qui sont mauvais. Et on ne va rien gagner en continuant à soutenir la médiocrité.

    • J’avoue que Aujourd’hui, le FAFPA ne participe plus au développement des Bureaux de Formation. Plus pire, aucune décentralisation des activités de formation depuis 3 ans, tout ce décide à Bamako et les structures des régions ne participent en rien.
      Les formateurs parachutent sur les DR FAFPA sans avis
      FAFPA on te reconnais plus

  5. ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗
    Ce monsieur parle de ce qu’on ne lui reproche pas…

    Il n’est pas accuse de malversation ou mauvaise foi… mais c’est de cela qu’il s’inquiete…

    VOUS N’AVEZ AUCUNE EXCUSE A NE PAS PAYER LES GENS PENDANT DES ANNEES… 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁

    DIRE QUE C’EST COMME CA QUE CA MARCHE… EST ACCEPTER LA MEDIOCRETE CARACTERISTIQUE DES INSTITUTIONS DE CE PAYS… 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥

    Ces prestateurs de services doivent simplement exiger des interets … 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯

    Moussa Ag,… VOUS NE PAYEZ PAS LES GENS DANS DES DELAIS RAISONNABLES… ET VOUS VOULEZ NOUS FAIRE CROIRE QUE CE SONT EUX QUI ONT TORD DE SE PLAINDRE… ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗

    C’EST MALHEUREUX QUE LE SALAIRE DE CE MONSIEUR TOMBE A TEMPS… IL A BESOIN D’APPRENDRE A SE METTRE A LA PLACE DES AUTRES… 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯

    • Mohamed Al Bachar tu nous fous la paix. Crois tu qu’etre directeur, c est la fin du monde. Tu es devenu meconnaissable meme envers tes propres camarades de promo, amis et connaissances. Alors mon cher, tu es mal place pour nous donner des lecons de civilite ou de leadership. Car t es pas un bon modele mon cher.

Comments are closed.