Pour contribuer à la protection et à la préservation de l’environnement : SODIGAZ Mali offre 3 000 bouteilles de gaz d’une valeur de 38 millions de FCFA aux populations de Nioro du Sahel

1
Le Dg Sodigaz-Mali, Ouadiari Diawara avec les femmes de Nioro
Le Dg Sodigaz-Mali, Ouadiari Diawara avec les femmes de Nioro

La cérémonie s’est déroulée samedi 28 mars devant les locaux de l’ancienne préfecture de Dienvelicounda sous la présence du ministre des Affaires religieuses et du Culte, Thierno Amadou Omar Hass Diallo, en présence du préfet, Souleymane Sangaré, du maire Alou Diakité, du directeur général de l’AMADER, Cheick Ahmed Sanogo et tout naturellement du Directeur général de SODIGAZ, Oudiary Diawara.

La consommation de masse du gaz butane est la principale alternative de lutte contre la déforestation. C’est dans cette logique, en plus de sa vocation commerciale que SODIGAZ Mali, s’est donnée une vision sociale, d’où cette importante donation à Nioro, une localité menacée, comme le reste du pays, par l’avancée du désert.   La donation, d’une valeur de 38 millions de Fcfa,  est constituée de  3000 bouteilles de gaz butane de 3 kilogrammes destinées aux autorités locales ainsi qu’aux populations des communes de  Baniré Koré, Diabigué, Diarrah, Diaye Coura, Gadiaba Kadjel, Guétéma, Gavinané, Koréra Koré, Gogui, Simby, Sandaré, Troungoumbé, Youri et Yéréré.

Très ému de ce geste, le maire a, au nom des 230. 488 habitants du cercle en général et les 34.836 habitants de la commune urbaine en particulier, souhaité la bienvenue aux donateurs et salué leur initiative qui vise à protéger cette zone sahélienne durement éprouvée par le changement climatique.  Le Directeur général, Oudiary Diawara a, pour sa part, qualifié l’initiative de modeste contribution de sa société à la protection et à la préservation de notre couvert végétal. Un couvert végétal sérieusement entamé par la consommation de bois de cuisine par les ménages. Ainsi, la diffusion à grande échelle de la consommation de gaz est aujourd’hui une nécessité pour notre pays dont le niveau de consommation globale reste modeste. L’action, de son point de vue, contribue non seulement à promouvoir la consommation du gaz butane, mais aussi et surtout à améliorer les conditions de vie des bénéficiaires. La société Sodigaz- Mali a crée 50 emplois directs et plus de 1000 emplois indirects à travers sa chaîne de distribution couvrant tout le pays. Elle a pour mission de contribuer de façon significative au développement social et économique de notre pays.

Le président de l’ADCN, Cheicknè Dettéba Kamissoko a mis en garde les populations bénéficiaires. “ Le sahel est en train de devenir le désert si nous ne sortons de nos rêves et traditions ringardes. Nous le savons tous aujourd’hui, les bois sacrés, les mangueraies et les palmeraies qui nous ont vu naitre se sont évanouies dans les souvenirs “, a – t-il  regretté.

Il a indiqué que son association, créée en 2004, s’est inscrite dans cette mission après la bataille des routes avec ses pères et frères. Il s’agit de Bocar Niangado, Modi Diawara, Thialola, Abdoul Sy, Baba Diawara. L’ADCN a fait de la lutte contre l’avancée du désert son crédo. Elle a réalisé en 2014 un site pilote de deux hectares de gommier arabique.

Cheicknè Dettéba Kamissoko a remercié le généreux donateur Oudiary Diawara pour son “ action courageuse et salvatrice “, avant d’inviter les populations à sauvegarder le peu de couvert végétal qui leur reste. Pour y parvenir, Kamissoko les a exhortés à donner une chance à la nature de reprendre le dessus au fil des ans.  Cela donnera tout son sens à cette action citoyenne. ” Cuisiner, faire son thé, faire du feu sans plus détruire le peu d’arbres qui nous restent. Faire rentrer le gaz domestique dans nos pratiques quotidiennes, tel est notre mot d’ordre désormais “, a t-il répété.  Le Directeur général de l’AMADER  a insisté sur la schéma directeur d’approvisionnement (SDA) en bois de Nioro  du Sahel, élaboré en 2011 qu a montré que le bilan production /prélèvement en bois énergie du bassin est malheureusement  négatif depuis 2011. Et il restera négatif jusqu’en 2035 si des dispositions ne sont pas prises. Quant au préfet, Souleymane Sangaré il a salué l’initiative inscrite en droite ligne de la politique de l’état dans la lutte contre la déforestation. Pour lui, cette action dynamique hautement patriotique et sociale est une réponse appropriée aux problèmes environnementaux et contribue sans nul doute à freiner la disparition de la faune et la flore.

La cérémonie s’est déroulée en présence des agents des Eaux et forêts ainsi que d’autres acteurs impliqués dans la protection de l’environnement. L’assistance a eu droit à des techniques de démonstration dans l’utilisation du gaz, effectuées par les agents de SODIGAZ Mali.

Youssouf CAMARA

PARTAGER

1 commentaire

  1. Pour le devenir du Pays la seule solution consiste à ne couper un arbre qu’à condition d’en planter 2 ou 3 autres que l’on ne touchera pas avant qu’ils aient atteints leurs tailles adultes ! C’est ce qu’on appelle ” l’exploitation raisonnée ” . En deux générations on peut facilement récupérer une bonne couverture sylvestre … Ce système est appliqué dans de nombreux Pays et fonctionne très bien. Il faut simplement du civisme de la part des populations et de la volonté de la part de l’Etat.

Comments are closed.