Pour licenciement abusif : Omar Ly porte plainte contre Djibril Baba Tabouré directeur d’ATS-GSA auprès du tribunal du travail

    0

    C’est en principe aujourd’hui que s’ouvre au tribunal du travail le procès opposant Omar Ly à son employeur Djibril Baba Tabouré. Un procès qui promet de belles empoignades entre les deux parties. Omar Ly qui dit avoir été dissuadé par son patron de l’assigner devant le tribunal s’est dit déterminé à aller jusqu’au bout pour être rétabli dans ses droits.

    Dans le courant du mois de mars, Djibril Baba Tabouré demanda à son chargé du service commercial Omar Ly de graver un CD. Celui-ci lui fit savoir qu’il n’est pas qualifié pour ce genre de travail.

    Une réponse qui fit voir tout de rouge à son directeur. Lequel ne se priva pas d’infliger une mise à pied à son employé pour travail non accompli. Lorsqu’il tenta de désapprouver cette décision, Djibril Baba Tabouré lui assèna des propos du genre : "quand on n’a pas fait ce qu’on doit faire, on ferme sa gueule".

    Omar Ly de répliquer "non seulement, je ne suis pas un chien, mais je ne ferme pas ma gueule". Vous êtes moins qu’un chien, lui fera remarquer son patron.

    Les disputes qu’il a eues avec son directeur vont aboutir à son licenciement pur et simple. Omar Ly qui a denoncé le caractère abusif de ce licenciement  se bat pour que justice se fasse.

    En tout cas, c’est tout le sens du face-à-face qui s’ouvre ce matin au tribunal du travail entre les deux hommes.

    On se rappelle, il y a quelques jours de cela qu’Omar Ly et Djibril Baba Tabouré s’étaient retrouvés au tribunal de la commune III suite à une plainte de Ly contre son directeur pour injure publique.

    A l’issue de l’audience, le directeur a été déclaré non coupable des accusations portées contre  lui par son employé.

    Quelques jours après, Omar Ly, mécontent du verdict, interjette appel. Il vient d’être réconforté dans sa démarche par le procureur de la CIII.

    C’est dire donc que le bras-de-fer entre les deux ex-collaborateurs est loin de s’achever.

                             Abdoulaye DIARRA

     

    PARTAGER