Le voleur et le vol de la chemise

    0

    Une nuit, alors que Junayd BaghdĂądĂź Ă©tait en train d’accomplir sa priĂšre, un voleur se glissa dans la maison.
    Junayd comprit qu’un intrus venait de pĂ©nĂ©trer chez lui, mais il continua quand mĂȘme sa priĂšre.
    Le voleur cherchait des objets de valeur, mais tout ce qu’il put trouver fut une chemise neuve. Il la prit et sortit de la maison à pas de loup.

    Junayd avait bien entendu tout ce chahut, mais il n’y avait prĂȘtĂ© aucune attention, Ă©tant profondĂ©ment concentrĂ© sur sa priĂšre.

    Le bon vieux Junayd croyait vraiment que le voleur avait besoin de la chemise, et que le seul moyen de l’avoir Ă©tait de la voler. C’est pourquoi il garda l’incident secret.
    Quelques jours plus tard, tout en flĂąnant au marchĂ©, Junayd rencontra deux hommes qui se disputaient. « Pourquoi tout ce bruit ? » demanda Junayd qui Ă©tait toujours soucieux de calmer les disputes. « HĂ© bien, expliqua le client, je veux acheter cette chemise Ă  cet homme, et je veux ĂȘtre sĂ»r qu’elle n’a pas Ă©tĂ© volĂ©e. Je veux qu’il me prĂ©sente un tĂ©moin prouvant que cette chemise lui appartienne vraiment.
    Mais il refuse d’amener un tĂ©moin ! » Junayd reconnut sa chemise et pensa : « Quelle coĂŻncidence ! » Mais il dĂ©cida de ne rien dire. Il s’offrit mĂȘme d’ĂȘtre le tĂ©moin et, plus encore, il proposa d’acheter lui-mĂȘme la chemise.

    Le client, impressionnĂ© par l’enthousiasme de Junayd, acheta immĂ©diatement la chemise. Peu de temps aprĂšs, le voleur apprit toute l’histoire. Il se souvint que Junayd n’avait rien chez lui prĂ©sentant une quelconque valeur. Il se rappela comment Junayd n’avait jamais rien dit Ă  propos du vol et comment il s’était portĂ© tĂ©moin pour prouver que la chemise n’avait pas Ă©tĂ© volĂ©e.

    Son cƓur se serra et il se sentit affreusement mal à cause de ce qu’il avait fait.
    Il courut chez Junayd et tout en pleurant et implorant son pardon, il avoua son crime.
    Il décida sur le champ de devenir un bon musulman et de ne plus jamais voler.

    Et, d’aprĂšs ce que racontent les gens, il tint sa promesse. Le vieux Junayd n’était pas un saint rĂ©putĂ©, mais par son acte, un frĂšre musulman changea sa façon de vivre : de mauvais qu’il Ă©tait, il passa au droit chemin.
    Cette petite histoire nous apprend beaucoup de belles choses : trouver une excuse Ă  quelqu’un qui nous cause un tort, lui pardonner, lui venir en aide, ne pas ĂȘtre attachĂ© aux biens matĂ©riels de ce monde

    C’est ce que le comportement de Junayd nous enseigne. Mais le comportement du voleur nous apprend aussi qu’on peut commettre des pĂ©chĂ©s puis revenir sur le droit chemin.

    Rassemblé par Mohamed D. DIAWARA

    PARTAGER

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here