Mme Fatoumata Siré Diakité, vice présidente du FDR: « Nous ne voulons pas négocier avec des terroristes qui ont du sang malien sur les mains »

78 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Mme Fatoumata Siré Diakité

Interviewée, par nos confrères du RFI sur l’offre de dialogue du MNLA (Mouvement National de Libération de l’Azawad) et du groupe islamiste touareg, Ansar Dine, réunis à Ouagadougou, la vice –présidente du Front Uni pour la Sauvegarde de la Démocratie et la République (FDR) leur a livré le point de vue de la quasi –totalité des Maliens.

Pour elle, pas question de négocier avec ces groupes terroristes, qui ont lapidé à mort, égorgé ou achevé d’une balle en pleine leurs compatriotes, amputé des mains et des pieds, saccagé des biens publics et privés… Avant de réclamer des négociations dès qu’ils se sentent en position de faiblesse.

« Le MNLA et Ansar Dine ne peuvent être considérés comme des anges, après tous les forfaits qu’ils ont commis au nord », a martelé Mme Fatoumata Siré Diakité. C’était samedi dernier.

La vice présidente du FDR fait, entre autres, allusion au massacre de plus de 200 soldats maliens désarmés, égorgés ou achevés d’une balle dans la tête, à Aguelhoc, par les combattants du MNLA et d’Ansar Dine ; aux viols de centaines de femmes ; aux lapidations à mort, aux amputations de mains et de pieds ; aux pillage des biens publics et privés ; aux enlèvements d’étrangers et aux exécutions sommaires…

« Nous ne voulons pas négocier avec des terroristes qui ont du sang malien sur les mains » ajoute t –elle.

Reçus, vendredi 16 novembre, à la mi–journée à Ouagadougou, par le président Blaise Compaoré, les représentants du MNLA et du groupe islamiste touareg, Ansar Dine, ont fait une déclaration commune à l’issue de leurs discussions.

« Nous sommes pour les négociations et pour trouver une solution définitive dans ce conflit, entre le Mali et l’Azawad », indique Bilal Ag Achérif du MNLA.

Du Maroc où, il participait au Forum des Entreprises organisé par l’Institut Amadeus, le Premier ministre, Cheick Modibo Diarra, pose les conditions du dialogue : « La charia ne sera appliquée sur un centimètre carré du territoire national. Et aucun Etat indépendant et aucune autonomie ne sera accordée à qui que ce soit sur un centimètre carré du territoire national », a-t-il avertit. Avant de poursuivre : « Si le MNLA et Ansar Dine sont d’accord avec ces deux points, on peut s’asseoir pour discuter du reste ».

Pour venir à bout des troupes maliennes déployées au nord, le MNLA s’est fait aider par les groupes terroristes, qui écument la bande sahélo –saharienne : Ansar Dine, Aqmi, MUJAO et BOKO Haram. La suite, on la connaît. Après avoir pris le contrôle des régions de Kidal, Tombouctou et Gao, le MNLA proclame l’indépendance du nord, appelé « Azawad ». C’était début avril.

Mais fin juin, à l’issue de combats fratricides, les MNLA a été chassé du nord du Mali par ses ex –alliés.

Face à l’imminence d’une intervention militaire internationale au nord du Mali, le MNLA et le groupe islamiste touareg, Ansar Dine, tentent de faire ‘‘contre mauvaise fortune, bon Cœur”.

Le premier revendiquait, – à défaut de l’indépendance de ce qu’il appelle ‘‘l’Azawad’’ -, l’autodétermination ; tandis que le second, l’application de la charia, la loi islamique.

« Personne ne peut nous imposer une négociation quelconque avec le MNLA ou Ansar Dine », conclut la vice –présidente du FDR, la voix nouée par la colère. Selon elle, ce n’est pas à Ouagadougou de négocier à la place du Mali.

Oumar Babi

 
SOURCE:  du   21 nov 2012.    

78 Réactions à Mme Fatoumata Siré Diakité, vice présidente du FDR: « Nous ne voulons pas négocier avec des terroristes qui ont du sang malien sur les mains »

  1. Dr ANASSER AG RHISSA

    L’ENGAGEMENT RESPONSABLE DE CHAQUE PARTIE PRENANTE ET LA COHÉSION NATIONALE CONDITIONNERONT UNE SORTIE DURABLE DE LA CRISE MALIENNE EN GARANTISSANT LA NON IMPUNITÉ, LA RESTAURATION DE L’INTÉGRITÉ TERRITORIALE ET DE L’UNITÉ ET LA RÉCONCILIATION NATIONALE MAIS AUSSI LA PAIX ET LA SÉCURITÉ PÉRENNES.

    Bonjour,
    Les concertations nationales et les négociations doivent être INCLUSIVES et OUVERTES aux régions, à la diaspora et à toutes les parties prenantes, A TRAVERS UN ENGAGEMENT RESPONSABLE.

    Ce dernier fait que doivent y prendre part tous les Maliens, de toutes les communautés, qui acceptent les principes (refus du terrorisme, non impunité, respect des droits de l’homme, coexistence pacifique, …) et les conditions (pour les groupes armés (MNLA, Ansar Dine, Gandakoye, …): dépôt des armes, indivisibilité du Mali et laïcité) retenus d’un commun accord lors de ces dernières.

    Les concertations nationales sont INCONTOURNABLES pour apporter des réponses à la difficulté qui fait qu’on a du mal à les rendre inclusives et ouvertes (en garantissant l’engagement responsable) et que les parties prenantes ont du mal à s’entendre sur leurs termes de référence donc leur finalité, les opérations et leurs ordonnancement pour apporter une réponse durable à la crise au Mali.

    Plusieurs éléments peuvent contribuer à expliquer cette difficulté tels que : l’exclusion de certains Maliens, la non compréhension par certains Maliens de ce qu’on veut faire, les égos de certains membres des parties prenantes, leurs desseins inavoués, les amalgames, la haine, l’engagement en ordre dispersé qui nuit à la cohésion et à la garantie d’une solution pour le bien-être collectif.

    Ce sont certains des aspects bloquants qu’il faut expliquer, les mettre de côté ou bien les traiter, comme le futur réellement souhaité, les opérations à traiter pour y parvenir et leur ordonnancement à travers une feuille de route (ce qui est indispensable à faire tout de suite et l’ordre des opérations pour y arriver, comme la nécessité ou pas d’institutions ou organes de transition additionnels, la restauration de l’intégrité territoriale, les élections, ce qu’il faut faire juste après les élections et ce qu’il faut laisser à beaucoup plus tard).

    Sans ce travail préalable à tout, on risque d’avancer dans le désordre, sans cohésion, sans traiter ce qu’il faut et sans consensus entre les parties prenantes sur la problématique rendant difficile, voire impossible, la négociation.

    Ce qui peut nous amener à la fin de la transition sans rien faire de concret, comme la libération des zones occupées, la tenue des élections transparentes et justes, qui sont les objectifs majeurs de cette transition.

    L’aspect cohésion nationale est très important et prédétermine la suite.

    Les concertations nationales aideront à créer cette dernière autour du futur souhaité.

    Quant aux amalgames, comme vous l’avez constaté, ils font partie de ce qui peut bloquer et toutes les parties prenantes, dont les populations civiles, doivent les éviter : chacun a une part de responsabilité.

    L’engagement responsable de chaque partie prenante et la cohésion nationale conditionneront la réussite de la sortie durable de la crise au Mali en garantissant la non impunité, la restauration de l’intégrité territoriale et de l’unité et la réconciliation nationale mais aussi la paix et la sécurité pérennes.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    Expert TIC et Gouvernance
    E-mail : Webanassane@yahoo.com

  2. lepetit

    Fatoumata siré est-elle vraiment une femme, une mère et quelque part la mère d’un militaire aussi?. Il faut qu’elle comprenne que la négociation est l’arme du plus fort. Pourquoi ne pas négocier et faire l’économie d’une guerre?. Elle était déjà connue pour ses prises de positions extrêmes dans la défense des intérêts des femmes. Mais depuis son retour de son poste d’ambassadeur du MALI en allemagne,et depuis la chute de son bienfaiteur ATT, elle a endossé un autre habit. Desormais elle va plus loin que les politiciens et elle semble même avoir oubliée ses amies, celles dont la défense lui avait value d’être ambassadeur.

  3. 1FILSDUMALIBA

    Salut freres et soeurs,
    Vous savez le probleme est nos « amis » qui dire Qu’ils veulent nous aider. Donc pourquoi alors ils nous demandent de negocier avec des assassins avant Qu’on ne soit en position de force, apres le guerre et la restautation de notre integrite territoriale???????? Poirquoi. Est ce Que reellement le gouvernement a le Choix??? Nonnnnnn.
    On est entre le marteau et l’enclume. Day this and other that. What a fffff…..

  4. L'homme des tenebres

    Pour celà madame doit se debarasser de son pagne et enfiler un pantalon car les militaires ratés que vous avez ne voudront pour rien au monde aller combattre. Donc vous n’ avez aucun choix.

    • moussa ag

      La solution sortie directe des ténèbres :lol: :lol: :lol: :lol:

      Moussa Ag, d’accord avec le Malien des ténèbres :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: UNE ARMÉE DONT LES SEULS MÉRITES SONT DES COUPS D’ÉTAT ET L’ASSASSINAT DES POPULATIONS DÉSARMÉES ET DE LEUR FRÈRES D’ARMES

  5. Djeden

    Merci Docteur pour ton message.

    Sachez que dans la situation actuelle il y a dejà un vaincu, c’est l’Etat.

    J’aurai accepté l’idée de dialogue et de négociations si le pays n’avait pas encore été agressé et humilié. Je pense que « la spirale de violence et d’insécurité » dont vous parlez ne peut prendre fin tant que l’Etat « vaincu » ne parvient pas à instaurer son autorité. La « gouvernance participative » interviendra après.

    Comme vous avez si bien dit, »QUAND LA CONFIANCE N’EXISTE PAS, IL EST DIFFICILE DE NÉGOCIER » et moi je vous ai dit que ces gens là ne m’inspirent plus confiance.

    • Dr ANASSER AG RHISSA

      Bonjour,
      Merci de votre contribution.

      Djeden, c’est à travers UN CADRE DE CONFIANCE issu des concertations nationales et des négociations que l’État pourra, en minimisant les éventuels problèmes ultérieurs, instaurer son autorité.

      A partir de ces concertations nationales et de ces négociations, un tel cadre de confiance sera effectivement crée à travers les principes, les conditions et les procédures de suivi des éventuels accords qui doivent être respectés.

      D’où L’INTÉRÊT DU GUIDE ET DE LA PLATEFORME DE CONCERTATIONS NATIONALES ET DE NÉGOCIATION POUR UNE SORTIE DURABLE QUE J’AI PROPOSÉS AU PRÉSIDENT ET AUX MALIENS EN GÉNÉRAL.

      Les Maliens doivent agir pour créer la confiance entre eux à travers ce cadre et cette plateforme de concertations nationales et de négociation.

      Bien cordialement
      Dr ANASSER AG RHISSA
      EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
      E-mail: Webanassane@yahoo.com

  6. moussa ag

    Au Dr. Ag Rhissa

    Bonsoir,

    Merci de votre réponse …

    Vous savez … je ne suis point partisan de la proposition mais je la comprend très bien…
    En mon opinion …les américains regardent la situation d’un œil différent…

    il n’y a pas seulement à libérer le pays…ce n’est peut être que 10% du problème….les autre 90% ont à avoir avec la formation de l’armée malienne pour qu’elle puisse assurer la sécurité du pays dans le future et prévenir une autre répétition de l’histoire…

    or la politique internationale américaine exige « UN GOUVERNEMENT ÉLU » pour une coopération militaire … QUI EST TRÈS NÉCESSAIRE DANS NOTRE CAS….donc eux ils veulent remplir des formalités et seront heureux même si deux ou trois maliens votent …TANT QUE QUELQU’UN VOTE….ET QUE LE PRÉSIDENT EST « UN ÉLU DES URNES »…

    De toutes façons…LA PROBABILITÉ DE VOIR CETTE OPTION EST TRÈS FAIBLE EN CE JOUR….moi je voulait simplement faire CERTAINS POINTS

    1. ceux qui parlent de négocier ne doivent pas le faire avant la guerre contre l’ennemi et la reconquête de ‘intégrité territoriale… À MOINS QUE NÉGOCIER VEUT DIRE QUE L’ENNEMI SE RENDE POUR FAIRE FASSE À LA JUSTICE….

    2. ceux qui parlent de négocier ne sont pas venu au pouvoir par les urnes … ils sont aussi coupable que les envahisseurs du nord…et doivent faire fasse à la justice comme eux…

    DONC ENTRE ENNEMI DE L’ÉTAT … POUR ÊTRE PRÉCIS…LE CNDR N’EST POINT DIFFÉRENT DU MNLA….QU’EST QU’IL VONT ALLER NÉGOCIER POUR LE FUTURE DU MALI… À PART UNE FAÇON DE SE SORTIR DE LA MERDE QU’ILS ONT CRÉÉ….

    Pour éviter de futures clarifications… CMD ET LE CNDR SONT LES MÊMES….À MES YEUX ET LE PASSÉ TRÈS RÉCENT L’A PROUVÉ …

    Dr. Ag Rhissa…voilà ma perception de ces fameuses négociations … qui explique ma position …

    Quand le Mali…son « armée » et son gouvernement étaient représentés sur le terrain dans la zone nord … personne de ces groupes ne nous a demander de négocier …ON NOUS A PLUSTOT APPORTER DES REVENDICATIONS SUR UN PLATEAU ENFLAMME ET AVEC DES ÉPÉES ET KALASH..AU POINT OU ON A FUIT COMME DES LÉZARDS POUR ALLER S’EN PRENDRE À NOTRE PROPRE ÉTAT …CORRECTE?

    Maintenant qu’on a fuit comme des margouillas et n’avions jusqu’à ce jours manifesté aucune intention ou capacité sincère de recouvrir notre intégrité territoriale…BRUSQUEMENT LES ENVAHISSEURS NOUS SUPPLIENT DE NÉGOCIER….CORRECTE?

    QU’EST CE QUI A CHANGER EN VOTRE OPINION?

    PARCEQUE QUELQUE CHOSE À CHANGER OU LA FUITE EST LA MEILLEURE STRATÉGIE MILITAIRE DE CE JOUR … ET VOUS SAVEZ COMME MOI QUE CELA N’EST PAS LE CAS…

    DONC QU’EST CE QUI A CHANGER?

    Pour le MNLA … on le sait tous…ils se sont fait brûler par l’incendie qu’ils ont allumé eux même…ET VEULENT S’EN SORTIR DE LEUR CATASTROPHE AVEC LE MINIMUM DE DOMMAGES…..

    MAIS QU’EST CE QUI A CHANGER POUR L’ANSARDINE QUI DEMEURE METTRE DU TERRAIN ET SEMBLE AVOIR CE QU’ILS PRÉTENDAIENT ÊTRE LEUR OBJECTIF??

    En mon opinion…l’objectif du Mali doit être la L’ARRESTATION OU LA MORT PURE ET SIMPLE DES LEADERS DE TOUS CES GROUPES AVANT DE PARLER DE NÉGOCIATION ….

    Je dis cela parceque je sais mieux que beaucoup sur ce forum…LE PARCOURS DE IYAD ET LE MNLA EST LA DEUXIÈME MALÉDICTION DU MALI AUJOURD’HUI … DERRIÈRE LE CNDR ET SANOGO…..

    Moussa Ag, qui ne pense pas avoir toujours raison…mais qui est convaincu d’avoir raison en pensant que le MALI NE DOIT JAMAIS NÉGOCIER AVEC LES ENVAHISSEUR SANS COMBATTRE ET AVOIR LE DESSUS SUR EUX DANS UNE GUERRE…..

    • Lynx22

      Slt Mr Ag !

      « or la politique internationale américaine exige « UN GOUVERNEMENT ÉLU ».. »
      Je te donne juste l’ex de l’Egypte de Moubarak,une pure dictature qui a beneficiee de 30 ans de cooperation militaire avec les USA…Il y a bien d’autres exemples… :(

      • moussa ag

        Salut Frère Lynx22…

        Ça fait un baille … J’espère que tout va bien à ton niveau et que la famille se porte à merveille …

        Bon… j’ai quand même mis des  »  » quelque part… C’EST LA POLITIQUE INTERNATIONALE NON…?…?

        PEUT ÊTRE QUE NOUS NOUS SOMMES LES SEULS A NE PAS COMPRENDRE CETTE POLITIQUE … ET PENSENT QUE X ET Y SONT RESPONSABLE À NOTRE PLACE…..

        CHACUN TIRE VERS SES INTÉRÊT … C’EST TELLEMENT SIMPLE …

        Moussa Ag, qui ne peut contester le frère Lynx22 sur cette remarque par rapport à l’Égypte

    • Dr ANASSER AG RHISSA

      Bonjour,
      Merci Moussa Ag pour votre contribution.

      Après la guerre, la négociation est intéressante, mais les éventuels vaincus risquent de relancer la spirale de violence et d’insécurité. Donc, compromettre la paix durable dont vous parlez.

      Or, si la négociation se fait avant, tous les Maliens s’entendront sur un ensemble de principes (non impunité, refus du terrorisme, …) , de conditions et de procédures et critères de suivi des accords potentiels, et tout ceci rendra aisée l’unité nationale et la réconciliation nationale.

      QUAND LA CONFIANCE N’EXISTE PAS, IL EST DIFFICILE DE NÉGOCIER ET DE CRÉER UN CADRE POUR DES ÉLECTIONS CRÉDIBLES ET TRANSPARENTES. IL FAUT DONC FAIRE NAITRE CETTE CONFIANCE A TRAVERS LES CONSULTATIONS NATIONALES ET LA NÉGOCIATION.

      EN PLUS, ON NE DOIT PAS PROCÉDER A L’ÉLECTION D’UN PRÉSIDENT EN ÉLIMINANT POTENTIELLEMENT DES PRÉSIDENTIABLES QUI POURRAIENT ÊTRE DES RESSORTISSANTS DES ZONES OCCUPÉES ET LEURS ÉLECTEURS HABITANT DANS CES ZONES.

      A votre question, qu’est ce qui a changé pour que subitement tout le monde cherche à négocier ?

      C’est le contexte global: complexité du problème mettant TOUTES les parties prenantes (Mali tout comme les groupes armés MNLA et Ansar Dine) au pied du mur, mise en difficulté des parties prenantes, globalisation du problème à travers le terrorisme D’où UNE PRESSION MONDIALE SUR TOUTES LES PARTIES PRENANTES POUR NÉGOCIER.

      C’est tout cela qui explique qu’il est nécessaire de faire NÉGOCIER LES PARTIES PRENANTES EN LAISSANT LA JUSTICE FAIRE SON TRAVAIL PAR RAPPORT AUX CRIMES COMMIS DE PART ET D’AUTRE.

      UNE DES CONDITIONS DE LA NÉGOCIATION AVEC LES GROUPES ARMÉS C’EST ACCEPTER LES LOIS DE LA RÉPUBLIQUE DU MALI ET LES LOIS INTERNATIONALES ET SE PLIER A LA JUSTICE SI ELLE LE DEMANDE.

      Tous les Maliens doivent comprendre que le langage de la force ne fait que compliquer les choses et que tout peut être revendiqué démocratiquement et en utilisant la gouvernance participative.

      A nous tous de contribuer à le faire comprendre à ceux qui ne l’ont pas encore compris, en lançant les concertations et les négociations entre Maliens non terroristes sur la base de principes, de conditions et de règles consignés dans une plateforme de concertations nationales et de négociation pour une sortie durable de la crise.

      D’où la proposition sous forme de lettre ouverte que j’ai adressée, entre autres, au président et aux maliens.

      Bien cordialement
      Dr ANASSER AG RHISSA
      EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
      E-mail: Webanassane@yahoo.com

      • Lynx22

        Je ne suis pas pour des elections dans une telle situation mais vous inserez vicieusement une pensee ACCUSATRICE…
        «  » »EN PLUS, ON NE DOIT PAS PROCÉDER A L’ÉLECTION D’UN PRÉSIDENT EN ÉLIMINANT POTENTIELLEMENT DES PRÉSIDENTIABLES QUI POURRAIENT ÊTRE DES RESSORTISSANTS DES ZONES OCCUPÉES ET LEURS ÉLECTEURS HABITANT DANS CES ZONES. » » » »

        :(

        • Dr ANASSER AG RHISSA

          Bonsoir,
          Merci de votre commentaire.

          Oui, c’est une pensée accusatrice en disant que dans les régions occupées il pourrait y avoir des présidentiables et qu’ils ont le droit de se présenter, car certains pensent qu’on pourrait faire les élections avant la libération du Nord Mali et donc, écarter implicitement les présidentiables de ces zones occupées et leurs électeurs (2/3 du pays).

          Je pense que ça serait une grave erreur. C’est aussi une des conditions de l’unité du Mali que de ne pas négliger ces zones occupées.

          Bien cordailement
          Dr ANASSER AG RHISSA
          EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
          E-mail: Webanassane@yahoo.com

          • moussa ag

            QUELLE PENSÉE ACCUSATRICE???

            MOI QUI PENSAIT QUE C’EST JUSTE UNE RÉALITÉ… SI LES ÉLECTIONS SE FAISAIENT AVANT LA LIBÉRATION DU PAYS….

            IL VA ME FALLOIR APPRENDRE À LIRE ENTRE LES LIGNES :lol: :lol: :lol: :lol:

            Moussa Ag, si naïf

      • moussa ag

        « UNE DES CONDITIONS DE LA NÉGOCIATION AVEC LES GROUPES ARMÉS C’EST ACCEPTER LES LOIS DE LA RÉPUBLIQUE DU MALI ET LES LOIS INTERNATIONALES ET SE PLIER A LA JUSTICE SI ELLE LE DEMANDE. »

        Dr. Ag Rhissa …

        EN ÉCHANGE DE QUOI PENSEZ VOUS QUE LES HORS-LA-LOI QUI ONT FAIT FUIRE TOUTE UNE ARMÉE DE « VAILLANTS SOLDATS »…AU POINT OU ILS SONT ALLER DÉTRÔNER LEUR PROPRE ÉTAT POUR LE REDRESSER????

        QU’EST CE QU’ON PEUT LEUR OFFRIR???
        SANOGO ET LE CNDR…J’ESPERE :lol: :lol: :lol: :lol: :lol:

        BON … SÉRIEUSEMENT PARLÉ … QU’EST CE QUE DES FUYARDS ONT À OFFRIR???

        Moussa Ag, qui tiens à comprendre ce que le Mali…AVEC SON ARMÉE DE FUYARDS…peut offrir aux VAINQUEURS POUR QU’ILS ACCEPTENT ÊTRE DES VAINCUS…

        • Dr ANASSER AG RHISSA

          Bonsoir,
          Merci Moussa Ag pour votre commentaire et la question associée.

          Sachez que les négociations sont incontournables pour que les différentes parties prenantes, comme elles doivent toutes accepter la condition d’indivisibilité du Mali, puissent comprendre leurs différends, réfléchir au futur souhaité et s’entendre sur les problématiques consensuelles et les solutions à y apporter.

          Les problématiques ou revendications consensuelles seront traitées d’un commun accord entre les parties prenantes.

          Par exemple, pourront être consensuelles des problématiques liées à la bonne gouvernance de la décentralisation, au développement équitable et l’intégration équitable des communautés dans un environnement démocratique, décentralisé et sécurisé.

          En fait, lors de la négociation portant sur le devenir du Mali, il s’agit pour les parties prenantes de s’offrir mutuellement ce consensus sur des problématiques à traiter et plus tard disposer de mécanismes de contrôle de ce sur quoi elles se seront entendues. Donc, l’une n’offre pas à l’autre, victorieuse ou vaincue, en principe, elles s’offrent mutuellement.

          Les Maliens doivent ensemble réfléchir sur le futur souhaité et construire durablement le pays dans l’unité en négociant l’organisation de ce processus de construction.

          Bien cordialement
          Dr ANASSER AG RHISSA
          EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
          E-mail: Webanassane@yahoo.com

  7. Djeden

    Oh! Docteur, ce message s’adresse à doucara et non vous. Respects mon frère!

    • Dr ANASSER AG RHISSA

      Bonjour,
      Djeden, ça n’était pas clair du tout.

      Bien cordialement
      Dr ANASSER AG RHISSA
      EXPERT TIC ET GOUVERNANCE

  8. veridique

    de toute façon, il n’y a pas d’alternative pour le Mali. sinon il n’y a personne entre les fuyards de kati et le nord…

  9. Djeden

    Salut Docteur.
    Je ne suis pas contre les négociations. Mais, il faut l’engager après la récupération des régions occupées, seule façon de garantir une paix durable. N’oubliez pas que nous avons en face des gens qui ne comprennent que le langage de la force. Donc tout bla bla bla ne servira à rien. Ces voyous ne m’inspirent plus confiance mon cher.
    Vous voyez qu’avec l’imminence d’une intervention militaire ils ne parlent que de paix de dialogue et de négociations?

    • Dr ANASSER AG RHISSA

      Bonjour,
      Après la récupération des régions, la négociation est intéressante, Djeden, mais les éventuels vaincus risquent de relancer la spirale de violence et d’insécurité. Donc, compromettre la paix durable dont vous parlez.

      Or, si la négociation se fait avant, tous les Maliens s’entendront sur un ensemble de principes, de conditions et de procédures et critères de suivi des accords potentiels, et tout ceci rendra aisée l’unité nationale et la réconciliation nationale.

      QUAND LA CONFIANCE N’EXISTE PAS, IL EST DIFFICILE DE NÉGOCIER. IL FAUT DONC FAIRE NAITRE CETTE CONFIANCE A TRAVERS LES CONSULTATIONS NATIONALES ET LA NÉGOCIATION.

      Tous les Maliens doivent comprendre que le langage de la force ne fait que compliquer les choses et que tout peut être revendiqué démocratiquement et en utilisant la gouvernance participative.

      A nous tous de contribuer à le faire comprendre à ceux qui ne l’ont pas encore compris, en lançant les concertations et les négociations entre Maliens non terroristes sur la base de principes, de conditions et de règles consignés dans une plateforme de concertations nationales et de négociation pour une sortie durable de la crise.

      D’où la proposition sous forme de lettre ouverte que j’ai adressée, entre autres, au président et aux maliens.

      Bien cordialement
      Dr ANASSER AG RHISSA
      EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
      E-mail: Webanassane@yahoo.com

  10. Djeden

    Ces bâ..tards sont égaux pour avoir agresser mon pays ensemble.
    De toutes les façons sur le terrain, les projectiles ne feront pas la différence :evil: :evil: :evil:

    « vive les dialogues ; vive la charia et vive le Mali »…. » » en dit long sur ton appartenance au second groupe. Il faut bien rêver que le HCI est majoritaire hein!!

    • Dr ANASSER AG RHISSA

      Bonjour,
      Djeden, votre message n’est pas clair.
      Soyez précis, s’il vous plait : l’appartenance de qui ?

      Bien cordialement
      Dr ANASSER AG RHISSA
      EXPERT TIC ET GOUVERNANCE

  11. Dr ANASSER AG RHISSA

    Bonjour,
    La négociation, Irkoy Talfi, Mouslim, Alkerou,Djeden, doit se faire entre Maliens n’acceptant pas le terrorisme et en se basant sur un ensemble de principes (non impunité, refus du terrorisme, respect des droits de l’homme, coexistence pacifique) et de conditions (pour les groupes armés, dépôt des armes, indivisibilité du Mali, laîcité, …).

    Ce qui doit être négocié, c’est le futur souhaité par les maliens.

    Cette négociation est nécessaire pour la paix, la sécurité du Mali et sa durabilité ainsi que celles de la sous-région et au niveau international.

    C’est ensemble que les Maliens définiront et s’entendront sur le devenir du Mali.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
    E-mail: Webanassane@yahoo.com

    • Vision2013

      Dr vous dite bien « les maliens » et ceux qui ne sont plus maliens par volonte et crime?

      • Dr ANASSER AG RHISSA

        Bonjour,
        Merci Vision2013 pour votre message.

        Effectivement, ce sont les Maliens qui acceptent les principes (refus du terrorisme, non impunité, respect des droits de l’homme, coexistence pacifique) et les conditions (pour les groupes armés MNLA et Ansar Dine, dépôt des armes, indivisibilité du Mali et laïcité) arrêtés d’un commun accord qui vont négocier entre eux.

        Concernant ceux parmi eux qui ont commis des crimes, la justice les jugera. Elle verra, à leur demande, si elle peut les laisser venir participer aux consultations nationales et aux négociations ou pas.

        Ceux parmi les Maliens n’acceptant pas le terrorisme qui ne veulent plus être Maliens par volonté, ne viendront probablement pas négocier. S’ils viennent négocier, ils connaitront les principes et conditions qui doivent être respectés pour participer aux négociations et aux consultations nationales, à eux de savoir s’ils les acceptent ou pas.

        Donc, des principes doivent être respectés pour participer aux négociations et aux concertations nationales dont le refus du terrorisme et la non impunité mais aussi accepter la coexistence pacifique.

        Les Maliens doivent créer un cadre national de dialogue en s’appuyant sur un guide et une plateforme de concertations nationales et de négociation pour une sortie durable et honorable pour tous de la crise Malienne.

        D’où l’intérêt du guide et de la plateforme que j’ai proposés au Président du Mali, au médiateur, au gouvernement de transition, à la commission nationale des concertations nationales et à tous les Maliens.

        Espérons que les Maliens convergent pour adopter une telle plateforme, de concertations nationales et de négociation, pour le bien-être de tous.

        Bien cordialement
        Dr ANASSER AG RHISSA
        EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
        E-mail: Webanassane@yahoo.com

  12. mouslim

    L’instant est grave et on dirait que les maliens ne s’en rendent pas compte.
    La priorité étant la reconquête du nord, donc aucune négociation n’est envisageable. La guerre est donc inéluctable. Faudrait revenir a la réalité. Merci Diakité!

  13. doucara

    Mme tu as la chance tu n es pas au nord
    sinon le Mujao t aurais puni
    avec tes lunettes de je ne sais quoi
    tu ne veux pas hein
    de toutes les façons la route du est ouverte
    vous le FDR vous n êtes que de la merde
    c’est plutôt vous le premier problème du Mali

  14. on a terre mais sa ne les soufi pas en plus on nous lies nos deux main dans le dos pour nous livres a nos agresser :evil: :evil: :evil:
    ci non on nous aide pas :oops: :oops: :oops: malheur a touts ce qui vons s enrichir dans notre dos en ce moment douloureuse dans l histoire du peuple malien vont payes dans leur tombes :evil: :evil:

  15. sider

    le Mali une grande nation.le Mali reste ce pays des grands empires ,terre de civilisation ,riche de son histoire de sa geographie ,pays de dialogue .nous devrons faire preuve de sagesse

    • veridique

      le Mali est une grande nation….hahahhaa…y a en qui sont toujours bien inspirés sur maliweb…hahahaha…le Mali est une grande…qu’est-ce qu’on ne lira pas sur maliweb..

  16. era

    mnla a certes commis beaucoup d errer.ils sont maliens.il serait vain de soutenir les islamiste terroristes par ce qu ‘ils ont pu degager les m mnla.soyez maliens et rester maliens et prouver le chers frères par vos actes de réconciliation de pardon d

  17. Djeden

    Mes frères, que voulez vous ? La diplomatie c’est çà aussi hein !
    Ne soyons pas surpris du consensus international qui se dégage en faveur du dialogue et de la négociation. Le problème Touareg est différent du terrorisme international.
    Je m’explique :
    En janvier 2012 quand la crise a éclaté au nord du Mali, tout le monde parlait de rébellion touareg. En ce moment personne ne comprenait se qui se mijotait au nord et le monde entier regardait en se disant que c’est un problème touareg connu au Mali. (Je rappelle que la présence des criminels, des trafiquants de drogue et des terroristes au nord du mali n’était un secret pour personne).
    C’est après l’occupation des trois régions du nord par les différents groupes armés que la communauté internationale a compris que l’armée malienne n’a pas été mise en déroute par les seuls rebelles touareg du MNLA, mais aussi par les touareg d’Ansar Dine et leurs alliés islamistes d’Aqmi, du MUJAO et du BOKO HARAM constitués d’étrangers criminels de tout genre (preneurs d’otages, trafiquants de drogue, terroristes, …).
    Ce qui a déclenché cette forte mobilisation pour venir en aide à notre pays dans le cadre de la reconquête de son intégrité territoriale et de la lutte contre le terrorisme et la criminalité au Sahel qui menacent les pays voisins, l’occident et les US.
    Pour la résolution de cet épineux problème, une petite analyse de ma part fait apparaitre trois positions :
    1 -Pour la quasi-totalité des maliens (dont moi-même), MNLA=Ansar Dine=Aqmi=MUJAO=BOKO HARAM. Donc parler de dialogue ou négociations après toutes les humiliations subies et les exactions commises, c’est trahir tout un peuple. Pour ceux-ci, en cas d’intervention militaire, tous ces différents groupes armés doivent être combattus sans distinction. Ce sont tous des ennemis du pays.
    2 -Pour une minorité des maliens (essentiellement les membres de certaines associations musulmanes comme le HCI et l’AMUPI), faire venir une force étrangère pour combattre ces groupes armés, c’est demander à des mécréants (soldats étrangers qui ne connaissent rien du Mali) de venir tuer des maliens et d’autres musulmans venus d’ailleurs. Donc il faut négocier et éviter la guerre. C’est ce message anti interventionniste qui est véhiculé depuis qu’une intervention militaire est devenue imminente. Ce qui me fait dire que ATT ne faisait que la politique de cette minorité qui minimisait le danger comme aujourd’hui.
    3 -Pour la communauté internationale, il y a bien une différence entre les groupes terroristes et les touaregs même s’ils se sont alliés pour combattre l’armée malienne. Qu’on la comprenne.
    Frères maliens, en lisant : François Hollande « a exclu ………… toute « discussion avec des groupes liés au terrorisme » » et « l’UE demande au gouvernement malien « la mise en place dans les meilleurs délais » d’un cadre de dialogue national « ouvert » avec toutes les forces du pays, et notamment avec les « groupes armés, non terroristes, qui reconnaissent l’intégrité du territoire malien », comprenez que le déploiement de la force internationale au Nord n’a qu’un objectif : débarrasser le nord de notre pays des groupes terroristes. :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:
    La communauté internationale ne va pas se mouiller en déclenchant une offensive contre les groupes armés rebelles qui se démarqueront du terrorisme. C’est à l’Etat malien de régler ce problème qui est purement malien.
    Donc les autorités maliennes n’ont pas d’autre choix que d’engager ce dialogue. Ce qui, à mon avis, n’est pas une mauvaise chose en soi. En effet, une force étrangère pour chasser les groupes terroristes du nord et l’Etat malien pour faire face à son problème Touareg qui, j’espère prendra fin cette fois ci pour de bon :evil: :evil: :evil: :evil: .
    Au moins on ne parlera pas d’immixtion de telle ou telle organisation aux affaires internes du Mali. :lol: :lol: :lol:

    • doucara

      sur ton premier point
      « 1 -Pour la quasi-totalité des maliens (dont moi-même), MNLA=Ansar Dine=Aqmi=MUJAO=BOKO HARAM »(________________)
      saches que ces groupes n’ont rien avoir en commun
      explique nous pour quoi tu dis qu’ils sont égaux ?
      sur ton de deuxième point »…. 8-O 8-O 8-O 8-O …. »
      « minorité »
      est ce le HCI est une minorité (…………….)
      écoute mon frère ATT a voulu négocier parce qu’il connait le problème du Mali
      il connais l’état de nos soldats physiquement et moralement
      dit toi que si les femmes qui ont manifestées devant Koulouba
      si elles étaient restées chez eux nous n’en serons pas là
      vive les dialogues ; vive la charia et vive le Mali »…. »

  18. IRKOY TALFO

    Dans la même veine que le PM et Mme DIAKITE, disons qu’on peut négocier; mais négocier avec qui ? Pas avec les bandits du MNLA et ANSAR DINE! ceux ci sont bons pour être jugés et exécutés.
    Négocier oui, mais avec des leaders touaregs qui n’ont aucun passé rebelle; ceux ci restent des maliens et peuvent négocier au nom de la communauté touarègue.
    Les dirigeants actuels de MNLA et ANSAR DINE, s’ils veulent sauver leur vie, peuvent demander la nationalité burkinabé et rester à Ouagadougou et rester sous la protection de Blaise jusqu’au jour où les burkinabes lui feront subir le même sort que Kaddafi.

  19. MOHAMED KEBIR

    Elle a raison….

  20. aiss-dia94140

    Mme fatoumata sire a raison s’ils faut négocié encore pourquoi? FAIRE un coût d’état et continuer la même chose ont n’aurais même la région de tomboctou encore ont pouvais dire avoir quelques chose en main la position de MALI maintenant ne s’appelle même pas négocie non c’est d’aller nous s’agenouir devant les occupants en les suppliant pour nous laisser rentrée dans nos maisons mais pas pour instaurer l’autorité de l’état sa jamais
    négocier maintenant c’est signer la fin du mali
    négocier maintenant c’est signer la capitulation du MALI FASSE A DES TERRORISTES
    Négocier maintenant est une insultes a nos soldats mort a agueloc par tous le mali et surtout par leurs compagnons d’armes sa serais une honte national
    négocier est une insulte a nos femmes enfants violés par les combattants du MNLA CONNUE par tous -les assassinats gratuite les vols des biens publics et privés ne pourrons pas rester un punis non

  21. andre samake

    Il faut donner raison a Mme Fatou. Sire. « Le tigre ne parle pas de sa tigritude, il tue sa proie et la mange » sans tambour ni trompette.

  22. REVOLTEs

    D’accord avec elle. On ne peut negocier avec des criminels qui ont assassiné, violé et tué nos frères et soeurs. Ils doivent payer pour ce qu’ils ont fait.
    On ne peut pas leur carresser la joue. Ils méritent un chatiment à la hauteur des crimes perpetrés.

  23. moussa ag

    CES FAMEUSES NEGOCIATIONS ARRANGENT LES BANDITS DU NORD ET LES BANDITS DU SUD … CNDR ET CMD POUR ÊTRE PRÉCIS ….

    La proposition americaine …bien que pas idéal…était certainement meilleure…

    SI ON DOIT ÊTRE VENDU…C’AURAIT ÉTÉ MEILLEUR D’ÊTRE VENDU PAR DES ÉLUS D’UNE LARGE PARTIE DU PEUPLE….AU LIEU D’UNE BANDE D’OPPORTUNISTES VENUS AU POUVOIR PAR LA MÊME VOIE QUE LES APATRIDES ENVAHISSEURS DU NORD….

    Bien sûre qu’il ne vont pas s’opposer…ILS NE PEUVENT PAS…EN TOUT CAS PAS CMD QUI EST UN COMPLICE DE L’ILLÉGITIMITÉ ET DU PLUS HAUT CRIME CONTRE LA CONSTITUTION PAR LA BANDE DE VOYOUS GUEULARDS DE SOLDATS RATES…

    Du CNDR …AU MNLA ET ANSARDINE….TOUS LA MÊME MERDE AUX YEUX DE LA CONSTITUTION …ALORS…

    Moussa Ag, qui pense que les vendeurs du pays ne sont pas moins coupable que les apatrides envahisseurs…

    • Dr ANASSER AG RHISSA

      Bonjour,
      Moussa Ag, c’est A TOUS LES MALIENS, N’ACCEPTANT PAS LE TERRORISME, de s’entendre sur ce qu’ils souhaiteront en respectant des principes et des conditions qu’ils arrêteront d’un commun accord.

      C’est sûrement mieux que de faire des élections avec les deux tiers du pays qui n’y participeront pas.

      Les Maliens doivent œuvrer ensemble pour trouver dans l’unité la solution idoine.

      Bien cordialement
      Dr ANASSER AG RHISSA
      EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
      E-mail: Webanassane@yahoo.com

      • moussa ag

        Bonsoir Dr Ag Rhissa,

        Merci de votre réponse …

        Vous savez … je ne suis point partisan de la proposition mais je la comprend très bien…
        En mon opinion …les américains regardent la situation d’un œil différent…

        il n’y a pas seulement à libérer le pays…ce n’est peut être que 10% du problème….les autre 90% ont à avoir avec la formation de l’armée malienne pour qu’elle puisse assurer la sécurité du pays dans le future et prévenir une autre répétition de l’histoire…

        or la politique internationale américaine exige « UN GOUVERNEMENT ÉLU » pour une coopération militaire … QUI EST TRÈS NÉCESSAIRE DANS NOTRE CAS….donc eux ils veulent remplir des formalités et seront heureux même si deux ou trois maliens votent …TANT QUE QUELQU’UN VOTE….ET QUE LE PRÉSIDENT EST « UN ÉLU DES URNES »…

        De toutes façons…LA PROBABILITÉ DE VOIR CETTE OPTION EST TRÈS FAIBLE EN CE JOUR….moi je voulait simplement faire CERTAINS POINTS

        1. ceux qui parlent de négocier ne doivent pas le faire avant la guerre contre l’ennemi et la reconquête de ‘intégrité territoriale… À MOINS QUE NÉGOCIER VEUT DIRE QUE L’ENNEMI SE RENDE POUR FAIRE FASSE À LA JUSTICE….

        2. ceux qui parlent de négocier ne sont pas venu au pouvoir par les urnes … ils sont aussi coupable que les envahisseurs du nord…et doivent faire fasse à la justice comme eux…

        DONC ENTRE ENNEMI DE L’ÉTAT … POUR ÊTRE PRÉCIS…LE CNDR N’EST POINT DIFFÉRENT DU MNLA….QU’EST QU’IL VONT ALLER NÉGOCIER POUR LE FUTURE DU MALI… À PART UNE FAÇON DE SE SORTIR DE LA MERDE QU’ILS ONT CRÉÉ….

        Pour éviter de futures clarifications… CMD ET LE CNDR SONT LES MÊMES….À MES YEUX ET LE PASSÉ TRÈS RÉCENT L’A PROUVÉ …

        Dr. Âge Rhissa…voilà ma perception de ces fameuses négociations … qui explique ma position …

        Quand le Mali…son « armée » et son gouvernement étaient représentés sur le terrain dans la zone nord … personne de ces groupes ne nous a demander de négocier …ON NOUS A PLUSTOT APPORTER DES REVENDICATIONS SUR UN PLATEAU ENFLAMME ET AVEC DES ÉPÉES ET KALASH..AU POINT OU ON A FUIT COMME DES LÉZARDS POUR ALLER S’EN PRENDRE À NOTRE PROPRE ÉTAT …CORRECTE?

        Maintenant qu’on a fuit comme des margouillas et n’avions jusqu’à ce jours manifesté aucune intention ou capacité sincère de recouvrir notre intégrité territoriale…BRUSQUEMENT LES ENVAHISSEURS NOUS SUPPLIENT DE NÉGOCIER….CORRECTE?

        QU’EST CE QUI A CHANGER EN VOTRE OPINION?

        PARCEQUE QUELQUE CHOSE À CHANGER OU LA FUITE EST LA MEILLEURE STRATÉGIE MILITAIRE DE CE JOUR … ET VOUS SAVEZ COMME MOI QUE CELA N’EST PAS LE CAS…

        DONC QU’EST CE QUI A CHANGER?

        Pour le MNLA … on le sait tous…ils se sont fait brûler par l’incendie qu’ils ont allumé eux même…ET VEULENT S’EN SORTIR DE LEUR CATASTROPHE AVEC LE MINIMUM DE DOMMAGES…..

        MAIS QU’EST CE QUI A CHANGER POUR L’ANSARDINE QUI DEMEURE METTRE DU TERRAIN ET SEMBLE AVOIR CE QU’ILS PRÉTENDAIENT ÊTRE LEUR OBJECTIF??

        En mon opinion…l’objectif du Mali doit être la L’ARRESTATION OU LA MORT PURE ET SIMPLE DES LEADERS DE TOUS CES GROUPES AVANT DE PARLER DE NÉGOCIATION ….

        Je dis cela parceque je sais mieux que beaucoup sur ce forum…LE PARCOURS DE IYAD ET LE MNLA EST LA DEUXIÈME MALÉDICTION DU MALI AUJOURD’HUI … DERRIÈRE LE CNDR ET SANOGO…..

        Moussa Ag, qui ne pense pas avoir toujours raison…mais qui est convaincu d’avoir raison en pensant que le MALI NE DOIT JAMAIS NÉGOCIER AVEC LES ENVAHISSEUR SANS COMBATTRE ET AVOIR LE DESSUS SUR EUX DANS UNE GUERRE…..

        • moussa ag

          Dr. Ag Rhissa….

          Malgré mes positions un tout petit peux extrêmes et divergentes de temps à autres avec les vôtres …je ne peux nier le fait que j’apprécie vos contributions sages et réfléchies sur ce forum….

          Moussa Ag, qui espère que les efforts du Dr. Ag Rhissa ne seront pas vaines…et vont aboutir à un Mali meilleur…BIEN QUE MOUSSA AG PENSE QUE CELA COMMENCE PAR L’APPLICATION STRICTE DE LA LOI SUR LE CNDR…MNLA…ANSARDINE…MUJAO ….

    • Kadi

      Moussa Ag ça fait longtemps. Tu nous manquait

      • moussa ag

        Salut Kadi….

        Ça faisait un baille … pourtant j’interviens fréquemment mais sous le pseudo « soldat raté » que mail web m’a fait « adopter » …

        Ca fait plaisir de vous lire et de voir que personne ne s’est decourager par rapport a la situation….c’est sur le temps et la nature humaine que certains comptent….

        Moussa Ag, toujours present et heureux de voir qu’il en est de meme pour notre soeur Kadi ….content de lire Kadi

  24. Depuis le Lycee prosper ou tu fus mon professeur, j’ai su que tu portais « la cullotte ». Alors « Monsieur Mme »,je sais que tu defendras la cause du Mali n’importe ou et quand, meme au prix de ton sang.

  25. SOUSOU

    Même si je n’aime pas cette opportuniste, je suis au moins du même avis qu’elle par rapport à cette question du nord.Ceux qui évoquent les éventuelles victimes innocentes, ne sont que de faux fuiyants. Si nous pensons recuperer nos terres sur un plateau, qu’on cesse d’être dupe et prenons nos responsabilités et la communauté suivra.Il nous revient de faire les premiers pas et qu’on cesse avec les discours inutiles.Il ne sert à rien de parler de nos ancestres qui ont defendu leur dignnité avec bec et ongles, alors c’est notre tour d’agir.Ils ne viendront jamais faire notre boulot à notre place. C’est à nous de leguer un bon message à nos enfants.La vie est très dure et seuls les endurants pourront résister.Alors en action.

  26. Kadi

    Négocier quoi avec le MNLA et Ansardine. Leur donner l’impunité et leur distribuer des postes et de l’argent.Faites ça et vous n’en finirez jamais.Quand on ne veut pas se battre toutes les lâchetés sont bonne pour se débiner. Quele image du Mali donneront alors? Il faut y réfléchir.

  27. siratigui

    je crois que Mme fatoumata doit prendre des armes pour libéré le nord au lieu de nous casser nos tempant avec ses non catégoriques,moi mon souci c’est pas les belligérants ils n’ont qu’a s’éliminer les uns des autres mon souci c’est les innocents qui en pieuterons donc s’il y’a une chance de l’éviter mieux l’exploiter c’est pour cela que je suis favorable aux négociations de toutes les façons ont finira toujours par les négociations même si ont fait la guerre donc je ne vois pas pourquoi certains maliens disent non aux négociations et de surcroit des gens qui si ça chauffe ils prendront la fuite nous laissant nous les pauvres médités sur notre sort.maliens ouvrer les yeux et les oreilles cela qui disent ont ne négocier rien fuiront nous laissant quand la guerre éclatera.je dirais à Mme fatoumata ciré qu’elle a intérêt a pesé ses mots car si c’est terroristes et consort on le sang maliens sur les bras,elle,elle a l’argent des pauvres contribuables maliens dans le ventre,elle doit se remettre en cause,donc ont sait nous maliens comment elle a géré l’ambassade du mali en Allemagne elle doit avoir honte,mais quant on est pas digne on ne garde pas son honneur,j’ai rien contre elle mais c’est ce qui me semble vrai que je dis pour mieux éclairer mes concitoyens.

    • nonalinertie

      Donc Siratigui, pour vous, si on vous vole, on viole votre sœur et votre mère, etc. il est tout à fait normal de négocier avec les coupables. A moins que vous ne vouliez dire que les gens volés, violés, etc. n’étant pas vos parents, vous vous en foutez tout simplement, peut-être même que cela vous plait…

      • moussa ag

        Il ne va pas répondre….

        Moussa Ag, qui est certain que le frère Siratigui n’a pas de réponse raisonnée à la simple question posée par le frère qui n’aime pas l’inertie

    • LE BOUCHER

      Tu as quelque chose contre elle puisque tu confirme des faits que tu n’as jamais verifier .Tu nage dans les rumeurs MR SIRATIGUI

  28. konate01

    cette situation dans laquelle nous vivons aujourd’hui dans notre cher pays est le fruit de tous ces années de mauvaises négociation avec les différents groupes rebelles au nord Mali. La question est à savoir s’il faut continuer à négocier? je crois que non; faut-il faire la guerre? je cois que oui. Si dieu fait que cette crise prend fin nous Malien descendant des grand guerriers (Soundiata, Da monzon et.)devrons tirés la leçon pour que cela n’arrive plus jamais à notre cher pays.

  29. Dr ANASSER AG RHISSA

    Bonjour,
    Merci pour les internautes et les Maliens qui interpellent les autres pour des concertations nationales et des négociations afin de trouver une sortie durable de la crise malienne.

    Les groupes armés, MNLA et Ansar Dine, s’ils respectent certains principes (non impunité, refus du terrorisme, respect des droits de l’homme, coexistence pacifique) et certaines conditions (restauration de l’intégrité territoriale, laïcité) doivent être autorisés à participer aux concertations nationales et aux négociations.

    Comme indiqué dans ma proposition publiée en ligne sous forme d’une lettre ouverte adressée, entre autres, au Président du Mali et à tous les Maliens, le principe de non impunité doit être respecté ce qui fait que tout préjudice ou crime subi doit être condamné et son auteur, tel qu’il soit, doit être puni au risque que les victimes ne soient tentés à se rendre justice. En cas d’impunité, une spirale de la violence et de l’insécurité peut naître, ce qu’il faut éviter.

    C’est pourquoi, de façon impartiale, la justice et les forces de défense et sécurité doivent faire leur travail. C’est à la justice de rendre une justice impartiale pour tous. C’est elle, qui met hors jeu ou éventuellement qui réhabilite. Quant aux forces de défense et de sécurité, elles doivent établir l’ordre et la sécurité.

    Le MNLA et Ansar Dine ne représentent pas tous les Touaregs du Mali. Juste quelques Touaregs sont membres de ces groupes. Ces derniers sont aussi composés d’autres membres appartenant à d’autres ethnies (autres que des touaregs).

    Dans le cadre des négociations et des concertations nationales, les principes de coexistence pacifique et de respect d’autrui exigent que ces groupes ne parlent ou ne revendiquent qu’à leur propre nom, autrement, il conviendrait de le justifier pour éviter des amalgames tendant à empirer la situation.

    Ibrahim Wagué, les autres communautés du Nord (population de base, COREN, Gandakoye, …) doivent aussi participer à ces concertations et négociations si elles n’acceptent pas le terrorisme et si elles obéissent aux mêmes principes et conditions vus précédemment les membres ou groupements de membres qui sont armés.

    Ces concertations nationales et ces négociations doivent être inclusives et s’ouvrir à tous les Maliens n’acceptant pas le terrorisme ET acceptant les principes et conditions précédentes pour ceux appartenant à des groupes armés.

    C’est, ensemble, en réconciliant les cœurs et les esprits que les Maliens sortiront de cette crise tout en garantissant l’intégrité territoriale et la réconciliation nationale.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
    E-mail : Webanassane@yahoo.com

  30. Pour une fois la dame est raisonnable. C’est bien.

    J’ajoute que l’autodetermination est un sujet inévitable pour les touaregs et arabes du Mali.

    Tout simplement, la CEDEAO et son médiateur se sont trompés de cibles. Ceux qui font les  »aller retour » à Ouagadougou ou résident sont des criminels et non les interlocuteurs des touaregs et arabes.

  31. Enverité

    Mais madame on demande pas votre opinion. Si vous n’avez pas la volonté de négocier ayez au moins le courage de reconquérir le Nord sans les autres. Ce que vous n’avez pas compris est que le Mali n’existe plus et ceux sont les autres qui decident. Si vous les contrariez ils vous laisseront en multipliant les embargos. CMD en est conscient.

    • siratigui

      merci pour votre clairvoyance.si nous tous faisons des analyses justes et éclairer nos concitoyens on en serait pas là hélas il y’a trop d’abruti parmi nous.je pense que le pm doit réunir le front anti négociations les remettre des armes pour combattre c’est tout ce qui reste.ils ne veulent pas aller au front pour combattre,les militaires non plus,ils ne veulent négocier,qu’es ce qu’il faut faire?

      • nonalinertie

        1. Nous ne pouvons pas négocier avec des criminels qui ont commis vols, viols, amputations, assassinats, tué notre économie, etc.etc. Et ça continue. Et ça ne s’arrêtera jamais dans les conditions actuelles.
        2. Dieu ne dormant pas, ceux qui nous ont amené les terroristes en sont victimes aujourd’hui.
        3. Nous sommes pauvres. Et l’Occident par ses déclarations de ces jours semble suivre la position algérienne d’humiliation continue du peuple malien. Des négociations qui n’ont jamais rien réglé, des négociations dont nous avons épuisées toutes les facettes, juste des calmants avant le réveil brutal des germes. Veuillez constater : démilitarisation du Grand Nord pour les narcotrafiquants, intégration, désertion, réintégration jusqu’à l’indiscipline faite règle dans l’armée, postes juteux, distribution d’argent jusqu’à quasi complicité avec les preneurs d’otages. Maintenant, on peut nous voler, nous violer, nous profaner, nous saccager, nous amputer, nous lapider, nous assassiner, nous ruiner. L’Occident par son mafioso Romano Prodi nous dit cyniquement : nous n’en avons cure. Cela peut continuer encore un an.
        4. IL FAUT DEMANDER PAR TOUS LES MOYENS L’APPUI AERIEN ET FINANCIER DE PAYS AMIS. ET COMBATTRE, NOUS N’AVONS PAS D’AUTRE CHOIX. En obtenant l’implication des nomades dans le renseignement sur les mouvements de bandits/terroristes. Malgré leur isolement et leur peur panique des terroristes qui n’hésitent pas à les canarder en représailles à leur dénonciation. Donc, il s’agit de pouvoir les protéger un minimum et d’utiliser avec eux des canaux divers de communications : foires hebdomadaires, convocations des chefs de fractions par l’administration, téléphones satellitaires, etc.

  32. saboutourou

    merci excellence pour cette réaction positive et digne d’une malienne

  33. Ibrahim Wagué

    Où sont les autres composantes du Nord du Mali. On peut parler de négociations si et seulement si le Mali rentre en possession de la partie de son territoire sous contrôle des agresseurs. Aussi s’ils renoncent à l’indépendance et à la charia, peut ils en tant que couche minoritaire (Touareg au Nord) seuls parler au nom des populations du Nord du Mali? il y a alors à exiger la présence des autres organisations du Nord (COREN, GANDA KOY, GANDA ISO, etc.)non pas au côté du gouvernement mais en tant qu’organisation du Nord du Mali au même titre que les organisations touregues.

  34. Koumba Sacko

    Nous disons et nous l’avions toujours dit que les commanditaires et maîtres sous régionaux d’Europe et d’Arabie de ces « ramassis de voyous » ou « enfants ingrats égoïstes paresseux impénitents assistés permanents du Mali » vont user de toutes les astuces et malices sataniques pour faire avorter toute intervention militaire visant à faire passer de vie à trépas leurs bras armés

    Nous disons et l’avions toujours dit que cette guerre de reconquête des zones occupées est avant tout 1problème du peuple malien

    Nous disons et l’avions toujours dit qu’aucun militaire étranger ne viendra se faire tuer pour 1cause qui n’est sienne l’exemple de Goma en RDC est là pour le confirmer

    Nous disons et l’avions dit que Dioncounda le 1er ministre et le gouvernement devaient s’adresser à la Chine et la Russie pour l’achat des armes et hélicoptères de combat et les faire et acheminer en pièces détachées dans des avions cargos et éviter ainsi l’embargo de leur soit disant amis de la CEDEAO et permettre ainsi à l’armée d’accomplir rapidement sa mission régalienne car les populations des zones occupées souffrent

    Nous disons et l’avions dit de faire appel à des pilotes Biélorusse pour piloter ces hélicoptères au cas si l’armée ne possède pas de pilotes pour ces types d’appareils

    Nous disons et l’avions dit seuls les naïfs les tarés les idiots de naissance et ceux qui n’ont aucun sens de l’honneur aucun sens du respect du citoyen lambda qui dialoguent avec les ennemis qui ont tué violé handicapé des citoyens lambda

    Nous disons partout dans le monde et dans toutes les vraies démocraties on ne dialogue pas avec les ennemis même fussent ils des compatriotes en service pour des pays autres que les leurs et qui plus ont volé violé handicapé tué des citoyens lambda leurs compatriotes

    Nous disons les exemples de la France et de l’Allemagne etc. sont là

    Nous disons et l’avions dit que le gouvernement de la France libre n’a point hésité à faire passer de vie à trépas ou à condamner à mort ou à vie tous les française et français ayant collaboré avec l’ennemi nazi en tuant violant handicapant des citoyens lambda français Ainsi le Maréchal Pétain qui fut l’artisan et le héro de la victoire de la France contre l’Allemagne durant la 1ère guerre et son gouvernement n’ont pas été épargnés et furent condamnés à la peine capitale communié à la peine vie pour avoir dialogué collaboré avec l’ennemi nazi

    Nous disons l’Allemagne également n’a pas hésité à faire passer de vie à trépas ou à condamner à mort ou à vie les nazis allemands responsables de la mort du viol de l’handicape des citoyens lambda allemands

    Nous disons à Dioncounda au 1er ministre et gouvernement que le Mali ne saurait se déroger à ce principe sacro-saint de justice de protection des citoyens lambda aux fins que plus jamais il vient à l’idée d’1personne ou groupe de personnes à refaire de tels actes sur les populations

    Nous leur disons que nous les traduiront devant des juridictions spéciales le moment venu s’ils dérogeaient à ce principe sacro-saint existant dans tout état démocratique à savoir être ferme intransigeant et ne point dialoguer avec des criminels ayant attenté à la sécurité à l’unité à la paix et à la vie de la nation

    • Dr ANASSER AG RHISSA

      Bonjour,
      Merci, Koumba Sacko, pour votre commentaire.

      Nous disions et nous disons que des principes (non impunité, refus du terrorisme, respect des droits de l’homme et coexistence pacifique) et des conditions (dépôt des armes, indivisibilité du Mlai et laïcité) doivent être respectés pour intégrer les groupes armés, MNLA et Ansar Dine, dans les concertations nationales au Mali et dans les négociations avec le Mali.

      J’ai écrit une lettre ouverte, sous forme d’une proposition allant dans ce sens, au Président du Mali, au gouvernement, à la commission nationale de négociation, au médiateur et à tous les Maliens.

      Cette proposition porte sur un guide et une plateforme de concertations nationales et de négociation pour une sortie durable et honorable pour tous de la crise Malienne.

      bien cordialement
      Dr ANASSER AG RHISSA
      EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
      E-mail: Webanassane@yahoo.com

  35. Touré A.

    Casse toi pauvre con et vas au Niger faire ta pub avec ton titre factice, expert de merde oui, TIC tout le monde connait aujourd’hui :evil: :evil: :evil:

    • Dr ANASSER AG RHISSA

      Bonjour,
      Merci, Touré A, pour votre commentaire qui n’apporte rien aux préoccupations du Mali sauf l’engloutir dans la spirale d’insultes et d’amalgames. Ces derniers empirent la situation.

      Si vous connaissez les TIC ou si tout le monde connait les TIC, tant mis pour vous et pour nous tous, sauf qu’on ne parle pas de TIC dans cette contribution et dans cet article. Vous changez de contexte.

      La liberté doit être laissée à tout un chacun tant qu’il n’empiète pas sur celle des autres. J’ai le droit d’utiliser mon titre. En quoi ça vous gène ?

      Pourquoi tout ça, cher frère Touré A ?

      Juste parce que ma contribution appelle tous les Maliens, y compris vous, à laisser de côté leurs égos et à s’ouvrir les uns vers les autres pour négocier et se réconcilier SANS accepter l’impunité et en posant des principes (refus du terrorisme, non impunité, respect des droits de l’homme et coexistence pacifique) et conditions (pour MNLA et Ansar Dine, déposer les armes, indivisibilité du Mali et laïcité) à respecter.

      Les Maliens doivent se focaliser sur la préoccupation principale qui est le fait de sauver le Mali au lieu de s’insulter entre eux.

      Les insultes ne mènent nul part. Il faut sauver durablement le Mali. Tous les Maliens doivent y contribuer.

      Vous devez, en tant que ressortissant, comme moi du Nord Mali, contribuer davantage à sauver nos sœurs et frères du Nord Mali d’une guerre qui peut être évitée avec ses conséquences désastreuses tout en travaillant pour une sortie durable de la crise.

      Sans distinction, le monde entier doit contribuer à aider le Mali pour sortir de ce drame.

      Bien cordialement
      Dr ANASSER AG RHISSA
      EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
      E-mail: Webanassane@yahoo.com

    • LE BOUCHER

      Bravo Mme Fatoumata Sire Diakité : vous pleurez quand vos enfants sont en larme, vous aidez vos maris à nourrir vos enfants. Une injure à votre égard est une malédiction que Dieu nous en garde. La vérité n’est dite que par vous , pour vous tous les enfants naissent égaux .Femme de mérite vous avez refusé de parler l’anglais que vous maitrisez à merveille dans une conférence où les français de naissance ont eu le complexe de parler anglais par conséquent vous avez honorer les langues peule , bambara , soninké ……Battez-vous pour nous vos enfants car nos pères ont perdu la raison , on ne peut négocier avec l’ennemi de son peuple , de sa nation , de sa culture .Vivement d’autres femmes NIELENI à travers nos villages , nos villes , nos campagnes , refuser de négocier le sang versé à AGUELOC , les viols à Gao ,Tombouctou et Kidal , la traitrise d’une minorité de vagabonds de grands chemins . QUE DIEU SAUVE LE MALI ETERNEL

    • Enverité

      on appelle çà délit de faciès.

      • Dr ANASSER AG RHISSA

        Bonjour,
        Merci pour votre commentaire.

        Enverité, le racisme ne doit pas exister ou ne doit pas être accepté entre frères et sœurs Maliens surtout en cette période où le Mali a besoin de toutes ses filles et de tous ses fils pour l’unifier et le reconstruire donc éliminons cette hypothèse.

        Bien cordialement
        Dr ANASSER AG RHISSA
        EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
        E-mail: Webanassane@yahoo.com

  36. kouroukanfouga

    A partir du moment où tu n’as pas une armée capable d’en découdre ses terroristes, tu n’as d’autre choix que négocier au risque de périr en attendant l’aide extérieur !!!!

    Le mnla est en train de se débrouiller avec ses moyens du bord pour faire face aux islamistes. Le mnla essuie des revers mais il n’abandonne jamais. Cette détermination du mnla doit nous servir de leçon.

    « Aidez-moi à achever mon lion, c’est quand tu tiens déjà la tête »

    • Kadi

      jamais quoi que ce soit du MNLA ne doit nous servir d’exemple. L’exemple ce sont les jeunes de Gao qui ont commencé à résister m^me les mains vides. Donnons leur des armes et ils feront notre fierté.

  37. Touré A.

    « Personne ne peut nous imposer une négociation quelconque avec le MNLA ou Ansar Dine »,
    Mme c’est notre gouvernement qui est lache sinon telle doit être sa position :evil: CMD doit dire ça à haute et intelligible voix au lieu de lorgner vers des pérsidentielles dont nul ne connait la date :evil: Après les militares ce sont nos gouvernants qui nous font honte en étant incapables de dire ce qu’ils ont dans leur cervelle au petit burkinabé et au fanfaron algérien :evil: :evil:

    • siratigui

      mais touré A personne ne t’impose rien tu t’impose quelque chose toi même qu’es ce que tu attend pour aller te battre au front?c’est facile de bien parler ou d’insulté devant son ordi montre nous que tu as des couilles pour défendre ta patrie

    • nonalinertie

      Mais bien sûr qu’on nous impose la négociation parce qu’on est pauvre. Savez-vous que les services maliens aujourd’hui manquent de papier rame et d’encre ? Le Mali aurait eu un appui aérien solide aujourd’hui, on aurait gagné facilement cette guerre. Et la guerre n’aurait pas dépassé un mois si on arrive à impliquer les nomades dans le renseignement sur les mouvements de bandits/terroristes. Mais ils sont isolés et ont une peur panique des terroristes qui n’hésitent pas à les canarder s’ils suspectent leur dénonciation. Donc, il s’agit de pouvoir les protéger un minimum et d’utiliser avec eux des canaux divers de communications : foires hebdomadaires, convocations des chefs de fractions par l’administration, téléphones satellitaires, etc.

  38. Dr ANASSER AG RHISSA

    LES MALIENS DOIVENT DÉPASSER LEURS ÉGOS, S’OUVRIR ET PRENDRE DE LA HAUTEUR POUR SE CONCERTER, DÉFINIR LE FUTUR SOUHAITÉ, NÉGOCIER ET S’ENTENDRE LIBREMENT SUR CE QU’ILS VEULENT DEVENIR

    Bonjour,
    Merci pour les nombreux internautes et Maliens qui échangent sur le devenir du Mali. Certains pensent que le fédéralisme sera imposé aux Maliens par des organisations et des pays étrangers.

    La bonne gouvernance passe par l’unité du commandement mais aussi par la fixation de règles claires entre commandements pouvant être différents, à condition que les parties prenantes s’y conforment.

    Ce dernier cas est semblable à celui qui est nécessaire pour l’élan harmonisé entre les différents contingents qui composeront la force de la CEDEAO/UA/ONU qui sera utilisée pour la restauration de l’intégrité territoriale du Mali.

    Donc, une parfaite harmonisation entre les différentes parties prenantes est nécessaire pour atteindre, sans surprise, un objectif.

    Comme pour la négociation qui exige qu’on sache qu’est ce qu’on doit négocier, avec qui et pourquoi en ayant défini au préalable des principes, conditions et des règles à respecter, d’où la proposition que j’ai faites d’un guide et d’une plateforme de concertations nationales, de négociation pour une sortie durable de la crise.

    Les propositions que font les Maliens ont pour but de retrouver leur souveraineté en s’entendant sur une solution consensuelle pour une sortie durable de la crise. Si les miennes coïncident avec celles de beaucoup de Maliens (politiciens ou membres de la société civile), tant mieux, c’est cela qu’on cherche.

    Mais s’étonner, comme certains le sont, qu’il y ait identité de vues avec des pays ou des organismes étrangers est surprenant.

    Chacun a sa façon de voir, ce qui n’empêche pas des points de vue identiques.

    Au contraire, nous devons apprécier le fait que plusieurs pays s’accordent, aujourd’hui, sur l’intérêt de la négociation pour éviter les méfaits et les effets collatéraux d’une guerre.

    Contrairement à ce que disent certains, je ne pense pas que tout soit déjà ficelé par l’ONU ou par certains pays.

    C’EST AUX MALIENS DE DÉFINIR LE FUTUR QU’ILS SOUHAITENT ET DE TRAVAILLER ENSEMBLE EN FIXANT DES PRINCIPES ET DES CONDITIONS A RESPECTER POUR Y PARVENIR.

    Le MNLA et Ansar Dine seront soumis à des principes (non impunité, respect des droits de l’homme, refus du terrorisme, coexistence pacifique) et des conditions (dépôt des armes, indivisibilité du Mali et laïcité) fixés par les Maliens d’un commun accord et non par des étrangers, comme certains le pensent.

    La condition d’indivisibilité est contraire au concept de fédéralisme. De ce fait, si ailleurs certains veulent imposer ce dernier, c’est aux Maliens de s’y opposer.

    C’est aux Maliens de s’entendre pour bâtir un Mali nouveau répondant à leurs souhaits et aux conditions et principes qu’ils définiront.

    C’est pourquoi, les Maliens doivent s’entendre sur un guide et une plate-forme de concertations nationales et de négociation pour une sortie durable de la crise.

    D’où l’intérêt de ma proposition en ligne sous forme de lettre ouverte au Président du Mali, au gouvernement, à la commission nationale d’organisation des concertations nationales et à tous les Maliens, mais aussi au médiateur.

    Souhaitons que tous les Maliens dépassent leurs différences pour s’accorder sur ce qu’ils veulent devenir sans qu’on le leur impose d’ailleurs.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
    E-mail : Webanassane@yahoo.com