Le pouvoir malien prêt au dialogue avec Ansar Dine et MNLA

93 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Cheick Modibo Diarra, Premier Ministre de la Transition

OUAGADOUGOU - Le Premier ministre malien Cheick Modibo Diarra a jugé dimanche à Ouagadougou le dialogue « inévitable » avec Ansar Dine, l’un des groupes islamistes armés occupant le nord du Mali, et la rébellion touareg du MNLA, deux mouvements « maliens ».

« Le dialogue est inévitable, les gens qui composent le MNLA (Mouvement national de libération de l’Azawad) ou Ansar Dine sont nos compatriotes, ce sont des Maliens » même si certains ne trouvent pas leurs positions « défendables », a-t-il dit après un entretien avec le président burkinabè Blaise Compaoré, médiateur pour la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao).

M. Diarra a souhaité que les conditions d’un dialogue soient réunies « le plus rapidement possible ».

Il ne s’est toutefois pas avancé sur un calendrier et n’a pas dit quand Bamako comptait installer la structure promise pour le dialogue, alors que parallèlement se prépare une intervention armée africaine pour aider le Mali à rétablir son unité.

Selon le chef du gouvernement malien de transition, le futur dialogue, censé aboutir à une « paix durable » et une société traitant à égalité les « communautés ethniques », permettra de distinguer « les revendications légitimes » de celles qui ne le sont pas.

Ces discussions ne concerneront pas « les terroristes et les narcotrafiquants » qui pour « la plupart ne sont pas des citoyens maliens », a-t-il insisté.

Le nord du Mali est occupé depuis avril par les islamistes d’Ansar Dine (Défenseurs de l’islam), mouvement essentiellement composé de Touareg maliens, et les jihadistes d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), groupe très impliqué dans le trafic de drogue.

Ansar Dine et le MNLA, rébellion touareg, laïque et favorable à l’autodétermination du Nord malien (mais où elle a été évincée par les islamistes) négocient actuellement avec M. Compaoré. Après leurs premières discussions directes sous l’égide du médiateur, les deux groupes ont fait vendredi une offre de dialogue à Bamako pour sortir de la crise.

Ansar Dine a fait d’importantes concessions cette semaine, annonçant notamment renoncer à imposer dans tout le Mali la charia (loi islamique) – que les islamistes armés appliquent avec une extrême rigueur -, sauf dans son fief du Kidal (nord-est).

(©AFP / 18 novembre 2012 13h16)

SOURCE:  du   18 nov 2012.    

93 Réactions à Le pouvoir malien prêt au dialogue avec Ansar Dine et MNLA

  1. Dr ANASSER AG RHISSA

    L’ENGAGEMENT RESPONSABLE DE CHAQUE PARTIE PRENANTE ET LA COHÉSION NATIONALE CONDITIONNERONT UNE SORTIE DURABLE DE LA CRISE MALIENNE EN GARANTISSANT LA NON IMPUNITÉ, LA RESTAURATION DE L’INTÉGRITÉ TERRITORIALE ET DE L’UNITÉ ET LA RÉCONCILIATION NATIONALE MAIS AUSSI LA PAIX ET LA SÉCURITÉ PÉRENNES.

    Bonjour,
    Les concertations nationales et les négociations doivent être INCLUSIVES et OUVERTES aux régions, à la diaspora et à toutes les parties prenantes, A TRAVERS UN ENGAGEMENT RESPONSABLE.

    Ce dernier fait que doivent y prendre part tous les Maliens, de toutes les communautés, qui acceptent les principes (refus du terrorisme, non impunité, respect des droits de l’homme, coexistence pacifique, …) et les conditions (pour les groupes armés (MNLA, Ansar Dine, Gandakoye, …): dépôt des armes, indivisibilité du Mali et laïcité) retenus d’un commun accord lors de ces dernières.

    Les concertations nationales sont INCONTOURNABLES pour apporter des réponses à la difficulté qui fait qu’on a du mal à les rendre inclusives et ouvertes (en garantissant l’engagement responsable) et que les parties prenantes ont du mal à s’entendre sur leurs termes de référence donc leur finalité, les opérations et leurs ordonnancement pour apporter une réponse durable à la crise au Mali.

    Plusieurs éléments peuvent contribuer à expliquer cette difficulté tels que : l’exclusion de certains Maliens, la non compréhension par certains Maliens de ce qu’on veut faire, les égos de certains membres des parties prenantes, leurs desseins inavoués, les amalgames, la haine, l’engagement en ordre dispersé qui nuit à la cohésion et à la garantie d’une solution pour le bien-être collectif.

    Ce sont certains des aspects bloquants qu’il faut expliquer, les mettre de côté ou bien les traiter, comme le futur réellement souhaité, les opérations à traiter pour y parvenir et leur ordonnancement à travers une feuille de route (ce qui est indispensable à faire tout de suite et l’ordre des opérations pour y arriver, comme la nécessité ou pas d’institutions ou organes de transition additionnels, la restauration de l’intégrité territoriale, les élections, ce qu’il faut faire juste après les élections et ce qu’il faut laisser à beaucoup plus tard).

    Sans ce travail préalable à tout, on risque d’avancer dans le désordre, sans cohésion, sans traiter ce qu’il faut et sans consensus entre les parties prenantes sur la problématique rendant difficile, voire impossible, la négociation.

    Ce qui peut nous amener à la fin de la transition sans rien faire de concret, comme la libération des zones occupées, la tenue des élections transparentes et justes, qui sont les objectifs majeurs de cette transition.

    L’aspect cohésion nationale est très important et prédétermine la suite.

    Les concertations nationales aideront à créer cette dernière autour du futur souhaité.

    Quant aux amalgames, comme vous l’avez constaté, ils font partie de ce qui peut bloquer et toutes les parties prenantes, dont les populations civiles, doivent les éviter : chacun a une part de responsabilité.

    L’engagement responsable de chaque partie prenante et la cohésion nationale conditionneront la réussite de la sortie durable de la crise au Mali en garantissant la non impunité, la restauration de l’intégrité territoriale et de l’unité et la réconciliation nationale mais aussi la paix et la sécurité pérennes.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    Expert TIC et Gouvernance
    E-mail : Webanassane@yahoo.com