Abattoir frigorifique de Bamako : De la viande souillée dans nos assiettes… Des travailleurs malades de tuberculoses

7

C’est un constat d’huissier qui l’atteste : l’eau servant à nettoyer les produits d’abattage de l’abattoir frigorifique de Bamako est souillée et polluée ; les mesures d’hygiène classiques font défaut… Le comble, c’est que le ministère de tutelle, informé de la situation qui prévaut ici, n’a rien entrepris pour assainir le secteur.

Abdoul Wahab Moulekafou - PDG de la société
Abdoul Wahab Moulekafou – PDG de la société

C’est en effet un constat  de l’étude de maître Mamadou Camara en date du 19 Février 2013 qui l’atteste. 19 Février 2013, c’est à dire, il y a moins de deux mois.  Voilà ce que dit le document : «Les deux tuyaux  de l’abattoir frigorifique  de BAMAKO  se trouvent dans une eau souillée  et polluée sur le fleuve Niger».  L’affirmation est étayée de photos. On y aperçoit en effet les deux tuyaux baignant dans des eaux au milieu des détritus de tous genres.
Mais l’eau en question est-elle par la suite traitée avant de servir au nettoyage des produits d’abattages ?  Loin s’en faut ! Elle est directement injectée dans les installations… Et quelles installations !   Ici, la tuyauterie est, en des endroits rouillées et crasseuses.
En plus de l’eau polluée et souillée, les animaux sont dépecés sur des tables rouillées, suspendues à des crochets en mauvais état. Aussi, des bouches d’eau ne fonctionnent pas et certaines ne ferment pas laissant suinter l’eau en permanence…
Conséquences de ce manque d’hygiène : au moins cinq (05 travailleurs- des bouchers) sont aujourd’hui atteints de tuberculose.
La situation ne date pas d’aujourd’hui. En 2010, le ministère de tutelle a été informé à cet effet, mais sans grands effets.  Des visites guidées et surtout préalablement annoncées et préparées sur les lieux ont simplement permis à  la direction de faire le nettoyage en amont  et de montrer alors  pattes blanches.  Le folklore dure maintenant depuis quelques années. Et le PDG de la société, M. Abdoul Wahab Moulekafou parvient toujours à s’en tirer à bon compte. C’est dire jusqu’à quel niveau remonte la complicité.
A suivre
B.S. Diarra

PARTAGER

7 COMMENTAIRES

  1. ILfaut resilier purement et simplement le contrat et poursuivre l’actuel exploitant qui n’est autre que ce bandit de moulekafou

  2. Comment ces bouchers ont été atteints par la tuberculose? Le bacille tuberculeux est détruit à 70°. Il ont donc consommé du lait frais mal bouilli. Heureusement que le traitement est gratuit.

  3. Quelle est le rapport entre cette souillure et la tuberculose maladie? si on convoque now pour étayer vos dire, les incultes parleront d’atteinte à la liberté d’expression

  4. Qu’Allah nous sauve de la médiocrité et du laxisme malien!!!
    Qu’Allah protège notre santé!

  5. c’est l’état Malien qu’il faut condamner; une privatisation doit épargnée les secteurs de souvaireneté et surtout de notoriété public que l’abattoir frigorifique. Et bien ces pauvres bouchers ont été surement contaminé dans l’exercice de leur profession.Ils doivent être dépisté et dédomager.

Comments are closed.