Au Mali, la junte militaire joue le peuple pour contenir la Cedeao

7

La concertation nationale convoquée ce week-end à Bamako est le premier grand virage que le Conseil national pour le salut du peuple (CNSP) va devoir négocier avec les forces vives du Mali pour poser sa marque sur la transition et résister aux assauts d’une Cedeao plus que jamais déterminée à imposer ses règles.

Après plusieurs jours de turbulences entre la Cedeao (Organisation des États ouest-africains) qui tient à sa transition d’un an, une partie de l’opinion qui attend de voir et le Mouvement citoyen du 5-Juin qui refuse la posture de faire-valoir, le Conseil national pour le salut du peuple (CNSP) malien –qui a renversé Ibrahim Boubacar Keïta le 18 août dernier– semble scruter l’horizon avec un peu plus de quiétude.

Les 5 et 6 septembre, cette junte militaire organise à Bamako une «grande concertation nationale» avec les «forces vives» du pays afin de «convenir de la feuille de route de la transition, de définir l’architecture et les organes de la transition» pour en fin de compte «contribuer à l’élaboration de la charte de la transition». La météo malienne semble si favorable pour la junte que les résolutions attendues de cette rencontre pourraient contraindre la Cedeao à revoir à la baisse ses exigences.

Les 5 et 6 septembre, cette junte militaire organise à Bamako une «grande concertation nationale» avec les «forces vives» du pays afin de «convenir de la feuille de route de la transition, de définir l’architecture et les organes de la transition» pour en fin de compte «contribuer à l’élaboration de la charte de la transition». La météo malienne semble si favorable pour la junte que les résolutions attendues de cette rencontre pourraient contraindre la Cedeao à revoir à la baisse ses exigences.

« Le #CNSP porte à la connaissance de tous que la concertation nationale sur la transition débutera le samedi 5 septembre 2020 à Bamako au CICB et dans les capitales régionales… » Colonel-Major Ismael WAGUE, Porte-Porale du CNSP
SUIVEZ…https://t.co/Eu6q0919cf#HoronTV

«La concertation nationale annoncée est un moyen politique pour le CNSP d’officialiser et de faire valider par le peuple malien le programme de redressement national qu’il entend appliquer pour le Mali. Ces militaires n’ont pas pris le pouvoir sur un coup de tête pour le rendre aux civils du jour au lendemain. Ils souhaitent fondamentalement dérouler ce qui reste du mandat de l’ex-Président Ibrahim Boubacar Keïta. C’est cela qui justifie la durée de transition de trois ans qu’ils ont proposée à la Cedeao», explique à Sputnik Mamadou Sy Albert, universitaire et politologue sénégalais.

La junte malienne est-elle partie pour durer au pouvoir? En tout cas, note Alioune Tine, président du think tank AfrikaJom Center, les actes qu’elle pose depuis son arrivée au pouvoir seraient de nature à accréditer la thèse d’un projet de maintien durable aux commandes du Mali.

 

«En attendant les résultats de la concertation nationale, il est impératif que le CNSP lève les doutes et les soupçons sur ses véritables intentions et donne tort à ceux qui pensent qu’il a un agenda caché. Ce qui me paraît clair, c’est que la Cedeao n’acceptera pas une transition de trois ans, même s’il faut reconnaître que la crise malienne est d’une complexité phénoménale», analyse Alioune Tine pour Sputnik.

Dans le souci de redonner une nouvelle vigueur aux Forces armées maliennes (FAMA), le colonel Assimi Goïta, chef de l’État –de facto– et patron de la junte, a procédé à plusieurs nominations au sommet de l’armée dont deux notables. Le général Oumar Diarra est devenu le chef d’état-major général après le limogeage du général Abdoulaye Coulibaly. Celui-ci est considéré comme l’un des principaux responsables de la déroute permanente des militaires maliens face aux colonnes djihadistes. Quant au colonel Jean Dao, il est le nouveau chef du renseignement.

«Les militaires veulent tout contrôler, tout sécuriser, les dernières nominations à la tête de l’armée le prouvent. Mais ils auront des problèmes avec la Cedeao s’ils décident finalement de rester au pouvoir trois ans comme ils l’ont suggéré. Rien ne les empêche de trouver un bon compromis avec les chefs d’État ouest-africains. La tactique fait partie de la politique, ils peuvent en user dans le cadre de négociations. À l’impossible, nul n’est tenu», souligne Alioune Tine.

Après avoir libéré l’ex-dirigeant Ibrahim Boubacar Keïta et laissé la porte ouverte à son évacuation médicale vers les Émirats arabes unis, où il a ses habitudes «médicales», ou vers un autre pays, la junte malienne espère gagner la mansuétude de la Cedeao.

À ce titre, elle peut compter sur le soutien des organisations socioprofessionnelles, de la société civile et du secteur privé qui appellent les chefs d’État à «reconsidérer les sanctions économiques excessives, disproportionnées et dangereuses contre le peuple malien» dans une déclaration rendue publique le 30 août dernier. Dans la foulée, l’imam Mahmoud Dicko, autorité morale de la rébellion qui a provoqué la chute de l’ex-Président, a aussi enjoint les membres du Mouvement du 5-Juin qu’il dirige à rejoindre la concertation nationale.

 

«Ces militaires me semblent assez expérimentés pour tirer profit de toutes les situations. Non seulement ils cherchent une base de négociation avec la Cedeao à travers cette concertation nationale, mais ils savent également que les chefs d’État vont tenir compte de la position de la France qui n’a pas forcément les mêmes intérêts que la Cedeao au regard de sa forte implication dans la question sécuritaire au Mali», pronostique Mamadou Sy Albert.

Déjà «ennemis» de certains chefs d’État de la Cedeao, les militaires au pouvoir à Bamako jouent sans doute une carte cruciale ce week-end, notamment dans leurs rapports avec le Rassemblement des forces patriotiques du Mouvement du 5-Juin (M5-RFP), décidé à devenir un acteur majeur d’une transition en négociation.

Commentaires via Facebook :

7 COMMENTAIRES

  1. LA CEDEAO ONT S’EN FOU. NOUS COMPTONS SUR NOUS MÊME D’ABORD.
    TROIS ANS DE TRANSITION OU RIEN.
    LA SÉCURITÉ D’ABORD ET RIEN QUE LA SÉCURITÉ.
    DONC IL FAUT DU TEMPS POUR RÉTABLIR CETTE SÉCURITÉ.
    UN CIVIL N’EST PAS CAPABLE POUR GÉRER EN CE MOMENT CETTE SITUATION D’INSÉCURITÉ CHAOTIQUE.

  2. Un Dembélé encore non, il faut maintenant un Berthé à la tête du Pays à défaut une femme, car nous avons essayé tous les noms de famille au Mali, ils ont tous échoué , chers amis militaires , gardez la tête sur les épaules , ne prenez aucune décision dans la précipitation, les maliens vous attendront . le regime d’IBK a mis le mali dans un puit de 50 000m , échec sur échec , le RPM un échec total , la justice fera son travail après la mise en place du gouvernement de transition, trop de vol en 7ans , les comptes sont en rouge , trop de millionnaires et milliardaires avec un salaire compris entre 200 000 et 600 000FCFA ,

  3. CNSP ATTENTION

    TRAVAILLER AVEC LE M5 RFP

    BEAUCOUP DE VAUTOURS CHERCHENT AUJOURDHUI A VOUS APPROCHER POUR MAINTENIR L`ANCIEN STATU-QUO.
    HIER CES VAUTOURS ETAIENT DANS L`OMBRE…….SOIT PAR COMPLICITE OU PAR PEUR ………….

    LE M5 RFP A OSE BRAVE L`IMPOSSIBLE POUR UN MALI NOUVEAU……
    QU DIEU LES BENISSE AVEC L`IMAM DICKO JUSQU`A LEUR DESCENDANCE POUR LEUR LUTTE IMPLACABLE ET RISQUÉE..

    Répondre

  4. NSP ATTENTION

    TRAVAILLER AVEC LE M5 RFP

    BEAUCOUP DE VAUTOURS CHERCHENT AUJOURDHUI A VOUS APPROCHER POUR MAINTENIR L`ANCIEN STATU-QUO.
    HIER CES VAUTOURS ETAIENT DANS L`OMBRE…….SOIT PAR COMPLICITE OU PAR PEUR ………….

    LE M5 RFP A OSE BRAVE L`IMPOSSIBLE POUR UN MALI NOUVEAU……
    QU DIEU LES BENISSE AVEC L`IMAM DICKO JUSQU`A LEUR DESCENDANCE POUR LEUR LUTTE IMPLACABLE ET RISQUÉE..

    Répondre

  5. La durée de transition les maliens qui décident et non la CEDEAO, on a déjà commencé de concertation nationale à tous les maliens cette une bonne chose .

  6. Colonel Goita led sober minded approach to Mali problems is very good one. It is in line with eliminating most troublesome conditions that are detrimentally dynamic. That start with war on terrorists plus having capable military free of corrupt plus incompetent leadership that despite having capable troops plus withal to win have not done so. Shift at intelligence plus chief of staff leadership open door to ending war by only way beneficial within three years. That is to win by eradicating terrorists plus their willing supporters. Those terrorists supporters have numerous friends among leaders of ECOWAS plus those who control leaders of ECOWA$.
    M5 like CNSP should give focus to those in Mali who are not only associates to members of ECOWAS but also associates to Shagari Family of Nigeria plus friends of Shagari Family. It is likely these are people who will disagree with military transition of government of three years having priority intent of to eradicate terrorists plus their willing supporters in Mali plus its neighboring nations. Without taking this approach while simultaneously in steps plus stages increasing development projects while maintaining essentials of good governing of Mali our efforts will be misguided, time consuming plus unsuccessful. All productive development actions are decisively influenced by eradication of terrorists plus their willing supporter from Mali plus Sahel nations. Anything less is inadequate plus backward plus will fail. There is no easy way out nor should we allow stupidity to make us think there is.
    Work smart Mali.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here