Organisation de la transition : Le CNSP rate sa première sortie

0

Le comité national pour le salut du peuple (CNSP) a fait preuve de maladresse dans sa tentative d’organiser la concertation sur l’organisation de la transition. Pour une première, Assimi Goita et ses camarades ont fait des mécontents.   

 Dans un communiqué diffusé dans l’après-midi du 28 août 2020, le président du CNSP, Assimi Goita a invité au CICB pour des échanges sur l’organisation de la  transition les acteurs de la société civile : le Conseil national de la société civile, le forum des organisations de la société civile, les mouvements signataires de l’Accord pour la paix et la Réconciliation, le groupement des partis politiques de l’ex majorité,  le groupement des partis politiques de l’opposition, le groupement des partis politiques  du Centre et les partis politiques non alignés.

A peine, le communiqué ventilé, le M5 à travers son comité stratégique a réagi. Sur sa page facebook, la CMAS, le mouvement dont l’imam Dicko est l’autorité morale, a fait savoir qu’il ne participera pas à la rencontre au motif que le M5 n’a pas été cité parmi les organisations convoquées. Cette sortie dite « ratée » de la junte a été portée à leur connaissance par l’instance dirigeante du M5.

Comme un tonnerre sur la tête, ce refus de participer aux concertations, a secoué le chef de l’Etat, le colonel Assimi Goita et ses camarades.

La nuit porte conseil. La junte sachant bien que l’exclusion d’une franche de la population pour des concertations capitales ne peut vraiment aboutir à hauteur de souhait, a préféré reporté la rencontre « à une date ultérieure pour des raisons d’ordre organisationnel ».

Le hic est que le communiqué de report daté du 29 août 2020, a été rendu public au moment où la salle du CICB avait commencé à faire le plein. Plusieurs personnalités politiques avaient même pris place.

Quelle maladresse de la junte ! L’annonce du report pour des « raisons organisationnelles », a occasionné des frustrations parmi les participants qui estiment que la junte a fait preuve d’amateurisme.

S’exprimant sur la démarche dite « solitaire » des putschistes, le M5 souhaite être au cœur des actions entreprises par le CNSP. C’est ce qui justifie d’ailleurs sa frustration.  Comme nous avons pu le voir, à quelques heures de la convocation des concertations, le porte-parole de la CMAS, Kaou Djim est allé jusqu’à dénoncer les militaires de comploter sur le dos du M5-RFP.  Et d’ajouter que le mouvement contestataire ne va pas rester les bras croisés si jamais, cela devrait continuer.

Dans la soirée de samedi dernier, le CNSP a pu rencontrer le M5, histoire de laver le linge sale. Les deux parties se sont comprises. Le comité stratégique du M5 à travers Choguel Maiga dit avoir remis à la junte leur document de base de la transition. Les deux parties ont promis de se rencontrer dans les jours à venir.

Ce qu’il faut dire c’est que pour une sortie de crise, les maliens doivent mettre le Mali au-dessus de tout et éviter les considérations partisanes. Les querelles de positionnement doivent laisser la place à l’intérêt de la nation. Devons-nous continuer à montrer aux yeux de l’opinion internationale que malgré le départ d’IBK, nous ne soufflons pas dans la même trompette ?

Mamadou Sidibé

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here