Soumaïla Cissé, arrêté et conduit sous bonne escorte au camp militaire de Kati

12

Candidat de l’URD (l’Union pour la République et la Démocratie) à l’élection présidentielle, Soumaïla Cissé a été interpellé par des hommes armés, portant des cagoules. Avant d’être conduit, sous bonne escorte, au quartier général de la junte militaire : le camp militaire de Kati.

C’était hier, en milieu de matinée, à son domicile, à Badalabougou.

Soumaïla Cissé

Cette arrestation intervient au lendemain de l’arrestation de plusieurs personnalités politiques et militaires.

Déjà dans la nuit du 16 au 17 avril, des hommes armés, circulant à bord de véhicule 4×4, seraient venus le chercher à son domicile. Mais, le leader de l’URD n’est pas sur place.

Mais, hier matin, rebelotte : retrouvé à son domicile, Soumaïla Cissé est arrêté. Avant d’être conduit au camp militaire de Kati.

Comme pour les arrestations de la veille, aucune explication officielle n’a été donnée par la junte militaire.

D’autres arrestations seraient prévues dans les jours, voire les heures à venir. Du moins, si l’on en croit nos sources, généralement, bien informées.

Oumar Babi

 

Cinq proches d’ATT arrêtes par la junte militaire

Certains sont des civils, d’autres de hauts  gradés des forces armées et de sécurité. Certains étaient en fonction à l’avènement du coup d’Etat militaire du 22 mars dernier, d’autres pas. Mais un seul dénominateur commun pour tous : ils étaient proches, très proches du président déchus.

Modibo Sidibé ex-Premier ministre et candidat à l’élection présidentielle Général Sadio Gassama ex-ministre de la Défense, Général Hamidou Sissoko chef d’état-major particulier d’ATT, Général Mahamadou Djagouraga ancien directeur général de la police, puisque c’est d’eux qu’il s’agit ont été arrêtes, dans la nuit du 16 au 17 avril derniers à leur domicile, par des hommes armés portant des cagoules. Avant d’être conduits, sous bonne escorte, au camp militaire de Kati.

Situé à 15 km de la capitale, ce camp sert, aussi, de quartier général à la junte militaire, qui a renversé le président ATT le 22 mars dernier. Aucune explication officielle n’a, encore, été donnée par la junte militaire. «Le moment venu, vous saurez pourquoi il y a eu ces arrestations », a indiqué une source proche de la junte à notre confrère de l’AFP.

Du coup, c’est de nouveau l’inquiétude dans les familles des personnalités concernées. Contrôleur général de police, Modibo Sidibé, lui, est à sa seconde interpellation par la junte militaire. Autre proche d’ATT interpellé par la junte militaire : Bani Kanté, conseiller du président de la République. Homme d’affaires, il est réputé proche, voire proche, de l’ancien président de la République.

Ce n’est pas tout. Selon nos informations, d’autres leaders politiques et hauts fonctionnaires, considérés proches de l’ancien Chef de l’Etat, seraient recherchés par les forces de sécurité. Activement.

 

Oumar Babi

Commentaires via Facebook :

12 COMMENTAIRES

  1. Dans tout ça, ce sont les maliens qui m’étonnent. Comment des personnes soi-disant civilisées peuvent se conduire de la sorte? Nous sommes dans une République, dans un Etat de droit, au Mali. Les maliens auraient dû automatiquement, spontanément réagir à ces arrestations arbitraires.Ce beau pays est devenu la jungle, la loi du plus fort. Franchement c’est triste et bête. Ces militaires ont intérêt à mettre de l’eau dans leur vin pendant qu’il est encore temps, sinon ils ne tarderont pas à creuser leur propre tombe. Ils se croient intouchables avec le bâton en fétiche de ce faux capitaine, ils vont vite déchanter. A bon entendeur, salut.

  2. Ce stupide de Sanogo a tout de Dadis Camara, le pouvoir lui monte par la tête. Il ne veut pas partir, mais il finira exactement comme Dadis ou IB. Cette situation de Serpent à double tête au haut sommet de l’état doit prendre fin. Laissons toute la force de gestion de crise et de sanction à la loi qui est du ressort et uniquement du ressort du nouveau président par intérim.
    Si j’ai un conseil à donner à Sanogo, c’est de ne pas suivre les conseils de cet homme haineux qui n’est autre que ce perturbateur de MARIKO. Il est un aigri social qui ne connait que les problèmes connus des maliens mais pas les solutions. ELoigne le, Eloigne le loin, Eloigne le très loin de toi si tu veux réussir et sortir par la grande porte. Avec un peu d’intelligence, ce qui à manquer à ATT sinon il n’aurait dû jamais se présenter aux elections présidentielles ou à défaut se limiter à un mandat afin de préserver toute estime et la notoriété dont il bénéficiait auprès du peuple malien, mais HÉLAS, l’homme africain ne sait jamais dire non au pouvoir ou quitter le pouvoir. Malheureusement, l’histoire du mali retiendra de lui ces derniers évènements alors que la nature lui avait offert les grandes dates de l’histoire du Mali: Père de la DEMOCRATIE, Les 50 ans d’indépendance du Mali, le Mali des grands chantiers d’infrastructure(3eme pont, échangeur, les routes nationales et regionales, inter-état, etc….)

  3. mais serieusement soumaila a fais quoi ?de grace ce capitaine aura des cptes a rendre

  4. Sanogo tot ou tard vous irez au nord ne le retardez pas en faisant du théâtre a Bamako allez enlevez yad galy ca c est erre un bonhomme c est n est pas le moment de distraire le peuple on doit rassemble tout le monde ne faire qu un tout le monde les niengo les voleurs les citoyen les opportunistes les escrocs les aigris les aises les malhonnêtes pour récupérer le Nord . Après on déterminera les défauts et maux de tout le monde pour repartir sur de bonne base …..

  5. Je crois qu il a mieux a faire que d arrêter les gens si on veut tuer Sanogo il n a qu a se protéger mais le plus important c est le nord le reste temps sera venu pour qu on regle ca entre nous Mettre en place un gouvernement trouver la logistique pour les soldat qu ils aillent aux front c est tout a leur retour on va procédé aux arrestations et aux règlements de comptes dans tous les cas on ne peut pas plaire a tout le monde Sanog ne plait pas a tout le monde ATT non plus Soumaila et Modibo ETC … ils n ont non qu a se protéger c est tout si on rentre dans qui veut tuer qui on en finira pas §§§§§§§§§§le nord a agonisé personne ne veut mourir pour ce pays Sanogo les soldat le front chacun pense a sa personne

  6. sourire sangsue de la loi tombe les uns contre les passer quelques voleurs vie voler de l’argent public et puis même pas envie d’être jugés pauvres afin de préciser qui viole les lois bien et les droits des citoyens piétine poser tous ceux qui soutiennent malien sans le droit de mettre fin à l’injustice et la corruption entre le développement ne peut pas être là aussi longtemps que vous faites la promotion corruption parmi les

  7. Quelle perte de temps pour les Maliens réfugiés, séquestrés, otages, emprisonnés au NORD par les bandits armés de MNLA AQMI ANCAR machin…Il faut aller à l’essentiel : trouver les fonds nécessaires ou réquisitionner tous les budgets prévus pour la campagne présidentielle pour l’armée / Trouvez des formateurs / matériels…rapidement avec les pays amis pour aller à la conquête difficile du NORD MALI ce qui sera hyper compliqué et long DONC autant aller directement Droit au But.
    Il viendra le temps des arrestations s’il y’a des preuves irréfutables contre certains mais on ne peut pas arrêter tout le monde sinon c’est tout le Mali qu’on va presque arrêter (les policiers de la circulation, douaniers/les députés, les fabricants : de faux Titres Fonciers, diplômes, concours, les sujets d’examen, permis, médicaments achetés…DONC PASSONS A L ESSENTIELS RÉCUPÉRER TOUT LE TERRITOIRE CAR ON NE PEUT PAS FAIRE LE PROCÈS DE TOUT LE MONDE ET SURTOUT PAS MAINTENANT IL YA PLUS URGENTS ET que le CNDRE arrête de nous divertir de nous amuser de nous brimer au risque de NOUS DÉCOURAGER de leur ACTE et s’ils veulent le pouvoir qu’ils le disent clairement au moins on saura à quoi s’en tenir et et on ne perdra pas notre temps

  8. il n’y a pas de fumée sans feu. Attendons de voir clair avant de faire des déclarations hâtives et de prendre des positions qui risquent de compromettre la volonté commune pour le pays d’un changement radical dans la gestion et la gouvernance.

  9. Quand nous sommes incapable de régler nos affaires même domestiques voila ceux à quoi on doit s’attendre.Cette camisole de retour à l’ordre conditionnel nous l’avons voulu.Si non je comprends pas comment ce fait-il qu’après la nomination du président par intérim et CMD comme son premier ministre le capitaine soit là à jouer un autre rôle encore. La même situation qui nous a conduit à ce KO qu’on soit là encore fructifier les mêmes méthodes consensus. Sanogo et sa clique devait dégager dès le retour à l’ordre.Nous continuons d’appliquer les mêmes méthodes avec le MNLA et les Jihadists dont les intentions sont clairs.

Comments are closed.