2ème édition de l’exposition photo de lutte africaine : La tradition valorisée

0

La semaine dernière, Yaya  Sacko, Président du lion sport, a procédé au lancement  de la 2ème Edition du festival de l’exposition-photos de lutte africaine. C’était en présence  de  Mahamadou SYLLA, Président de la Coopérative des Jeunes Eleveurs du Mali, Cojem Bakan Kanu, sponsor officiel du festival.

Le président de l’association-écurie Lion Sport de Bagadadji, organisateur du festival, a remercié  le Président de Cojem Bakan Kanu KANU et ses partenaires des ‘’garbals’’ du district de Bamako pour leur accompagnement. Il a aussi  déclaré que la vocation première du festival, c’est de mieux faire connaître l’écurie lion sport et valoriser les cultures traditionnelles : « La lutte est pratiquée ici depuis sept cents, huit cents ans. Mais avec l’islamisation et la colonisation du Mali, on a tout oublié. » Il précise : « Pour le président de l’Association Ecurie de lutte traditionnelle Lions Sports de Bagadadji, la lutte est pour les Africains et pour nous. « Nous sommes là aujourd’hui pour ne pas oublier la tradition africaine, qui est la lutte traditionnelle. Nous voulons faire avancer et élargir la lutte traditionnelle dans tout le Mali », a-t-il déclaré.

Quant au président de la Cojem Banka Kanu, il  s’est réjoui du choix porté sur sa coopérative comme sponsor officiel. Il a profité de l’occasion pour  développer  les grands axes que la COJEM entend mettre en œuvre pour le développement de l’élevage au Mali.

Selon Mahamadou Sylla, la COJEM a pour priorités : « La lutte contre le chômage par la création d’emplois décents pour les jeunes ; le berger gagnant le statut de fermier, qui sera assisté d’un vétérinaire ;la rationalisation de la gestion du cheptel par la production d’une viande de qualité meilleure et identique, susceptible d’être mise sur le marché à tout moment de l’année ; la promotion de l’agro-industrie locale par le renforcement de l’approvisionnement de l’abattoir industriel ; la diminution de la pression du cheptel bovin sur les pâturages naturels, donnant lieu à la reconstruction du couvert végétal à travers la réduction des feux de brousse autrement nécessaires, selon les éleveurs, à la poussée de l’herbe fraîche (impact environnement) ; une meilleure gestion du territoire donnant lieu à l’établissement de plus en plus d’éleveurs sur un espace réduit. ».

En outre, le président de la COJEM a souligné le lien entre l’élevage et la lutte traditionnelle qui était jadis pratiquée dans nos contrés et villages par les agriculteurs et les éleveurs après les travaux champêtres.

MS

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here