Festival culturel Dogon : la 1ère édition prévue du 29 au 31 janvier prochain à Bamako

0

La première édition du « festival culturel dogon », a été lancée le mercredi 6 janvier 2016, sous le ‘’Togouna’’ de la société ‘’Toguna Agro-Industrie’’ sis sur la route de l’aéroport de Bamako-Sénou. C’était à la faveur d’une conférence de presse animée par la commission d’organisation, présidée par Amassagou Dougnon, en présence de Mamadou Togo, président du ‘’Ginna Dogon’’ et de Seydou Nantoumè, PDG du groupe Toguna Agro-Industrie.

L’association ‘’Ginna Dogon’’ ou la ‘’Grande famille dogon’’ est l’association malienne de protection et de promotion de la culture Dogon. Organisation non gouvernementale et à but non lucratif, a pour but de préserver et de promouvoir la culture Dogon. Il faut noter que ce festival est organisé par la Commission technique des cadres (CTC) de Ginna Dogon. Ladite commission est présidée par Amassagou Dougnon, avec comme membres : Mme Goro Ramata Ongoïba, Abdoulaye Augustin Tèmè, Mme Togo Marie Madeleine Togo, Amagana Poudiougou, et Adégné Togo.

Pour le président de la commission d’organisation du festival, notre pays est humainement et culturellement très riche et apprécié de par le monde. Cette richesse s’est ébranlée suite à la crise sécuritaire qu’a connue le Mali en 2012. « L’insécurité a mis à mal l’économie nationale, et les acteurs du domaine ont assisté impuissamment à l’arrêt presque total de toutes les activités culturelles, artisanales et touristiques dans notre pays », a-t-il rappelé.

Il a estimé que de nos jours, grâce aux différentes initiatives et actions du Mali et de ses partenaires, l’on assiste à un retour progressif de la paix et de la sécurité. Pour cela, l’apport de chaque groupe socio-culturel est nécessaire pour le retour de la paix et du développement durable au Mali. C’est ce qui explique, à ses dires, l’organisation du « festival culturel Dogon », qui se tiendra du 29 au 31 janvier 2016 à Bamako. Au cours de ce festival, il y aura des conférences-débats, des défilés de masque Dogon ‘’EM’NA’’, de la musique traditionnelle (Dogon, Malinké, Sonrhaï, Bozo, Tamasheq, Arabes et Peulhs), des concerts live, l’exposition d’objets d’arts et de cuisine Dogon, des défilés de mode valorisant les habits traditionnels et un diner gala.

A travers ce festival, Ginna Dogon veut faire accéder le grand public à une connaissance de la culture et du savoir-faire Dogon ; de promouvoir les artisans et artistes frères, voisins et cousins des Dogons (Malinkés, Bozos, Sonrhaïs, Arabes et Tamasheq). « Une façon de consolider la paix et le retour d’un développement durable par l’interpénétration culturelle », a souligné le conférencier.

Les organisateurs attendent la participation d’environ 10. 000 personnes. Les ressources générées serviront à la réalisation des projets de développement au pays Dogon. Pour le représentant du ministre de la Culture, Andogoli Guindo, l’organisation de ce festival se situe en droite ligne de la politique nationale culturelle du Mali adoptée par le gouvernement. Cette politique, conformément aux missions assignée au ministère de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme, a pour mission principale de protéger, conserver et promouvoir la culture dogon mais aussi malienne en général. Une culture ancrée dans les traditions et les valeurs ancestrales, mais ouverte sur le reste du monde. « Une initiative comme celle-ci ne peut être que saluée par le département », a déclaré le représentant du ministre.

B. Bouaré

 

PARTAGER