Empêchée pour cause d’examens : La Miss Mali France 2017 Aïssata Traoré était représentée à Bamako par sa 1ère dauphine Coumba Sidibé

2

C’est Mlle Aïssata Traoré qui a été élue, le 4 décembre dernier, Miss Mali France 2017.

 Elle devient du coup la nouvelle Ambassadrice de la beauté malienne en France. Mlle Coumba Sidibé et Mariam Traoré ont été respectivement 1ère et 2ème dauphine. Douze postulantes ont pris part à ce concours cette année.  Malheureusement, la Miss Mali France, Aïssata Traoré, n’a pu effectuer le déplacement sur Bamako pour la grande finale de Miss Ortm, qui s’est tenue le 16 décembre dernier, au Palais de la Culture. La raison était très simple : cette finale coïncidait avec ses examens en France. Du coup, elle a été remplacée par sa 1ère dauphine, Coumba Sidibé.

“Je vous annonce que je n’irai malheureusement pas à Bamako pour concourir pour le titre national car la date de l’élection Miss Ortm coïncide avec mes examens. C’est donc Oumou Sidibé, ma 1ère dauphine, qui représentera la diaspora malienne de France. Je compte sur vous pour la soutenir. Elle a accepté de me remplacer et je sais qu’elle sera à la hauteur” a précisé la Miss Mali France sur son compte Facebook.

Notons que la couronne de l’élection Miss Ortm cuvée 2017 a été remportée par Mlle Fatoumata Tounkara, Miss Bamako.

       A.B. HAÏDARA

 

 

Election miss ORTM 2017 :

La plus mauvaise organisation de l’histoire de ce concours de beauté

De plus en plus, l’organisation de l’élection Miss Ortm   se dégrade. En effet, l’organisation de l’édition 2017 de ce concours de beauté a été décriée par beaucoup de Maliens. Pour eux, c’est la plus mauvaise édition de l’histoire de l’élection Miss Ortm.

L’élection Miss Ortm cuvée 2017 qui s’est déroulée le vendredi 16 décembre dernier, dans la salle Bazoumana Sissoko du Palais de la Culture, se passe de tout commentaire. La mauvaise organisation de cette soirée organisée chaque année par le Comité syndical de l’Ortm est passée par là. “C’est la plus mauvaise organisation depuis la création de ce concours de beauté. Nous avons l’impression que le Comité syndical de l’Ortm n’a plus envie d’organiser ce concours ou alors il mise sur ce qu’il gagne en termes d’argent plutôt que sur la bonne organisation. En tout cas, c’est l’image du Mali qui est en train de se ternir puisque l’élection est retransmise en directe. Il est temps que les organisateurs pensent à améliorer cette soirée en s’inspirant des élections d’autres pays comme la Côte d’Ivoire ou le Sénégal” nous a précisé une femme très remontée contre le Comité syndical.

Autres aspects très importants, c’est le décor, qui n’était pas à la hauteur d’une soirée de l’élection Miss Ortm. Même le décor d’un simple événement était mieux que celui du vendredi dernier. Et les présentateurs, à savoir B.K et Ibrahim Diombélé, n’étaient pas aussi à la hauteur. Ils étaient là comme de simples figurants.

Côté personnalité, aucun invité de marque n’a répondu au rendez-vous à commencer d’abord par le ministre de la Communication, Me Mountaga Tall ou encore le directeur général de l’Ortm, Sidiki N’Fa Konaté. Ils étaient tous représentés. Et pourtant, l’élection Miss Ortm est une véritable fête entre le personnel de Bozola.

La durée ? Cet aspect a été maintes fois décriée par beaucoup de téléspectateurs. Cette année, çà a été pire encore. Commencée  aux environs de 23 heures, c’est aux environs de 4 heures du matin que le nom de la Miss a été dévoilé. Cinq heures d’horloge pour rien d’intéressant.

Parlant également des récompenses, vraiment le Comité syndical de l’Ortm doit revoir avec son partenaire Sotelma-Malitel les différents prix décernés à la Miss et à ses dauphines. Tenez-vous bien, la Miss recevra seulement 2 millions de Fcfa, 1,5 million Fcfa pour la première dauphine et 1 million Fcfa pour la 2ème dauphine.  Ces montants sont très signifiants pour un concours de ce genre. Voilà, pourquoi les belles filles ne se bousculent plus pour l’élection Miss Ortm.          

                  A.B. HAÏDARA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

Comments are closed.