Durée de la transition malienne : Bamako ne transige plus avec la CEDEAO

11

C’est désormais officiel : la durée de la transition est de 24 mois, à compter du 26 mars dernier. Le Décret N°2022/ PT-RM du 06 juin 2022 est signé  du  Colonel Assimi Goïta.

L’article 1er de ce décret dispose que la durée de la Transition est fixée à 24 mois, à compter du 26 mars 2022, conformément à l’article 22 de la Loi n°2022-001 du 25 février 2022, portant révision de la Charte de la Transition. Coup de tonnerre, dans les rangs de la CEDEAO. L’annonce de la nouvelle est tombée comme un cheveu sur la soupe au siège de l’organisation intergouvernementale, comme la qualifie l’ex-président de la Commission de la CEDEAO, Jean Claude Kouassi Brou, .

Dans un communiqué de presse, elle déclare avoir pris acte de la signature dudit décret. Toutefois, elle regrette que cette décision ait été prise à un moment où les négociations se poursuivent en vue de parvenir à un consensus. Elle ne désespère pas que le Médiateur de la CEDEAO conviendra avec les Autorités du Mali d’un chronogramme mutuellement acceptable de transition.

Un compromis possible sur les dates des élections au Mali selon Macky Sall, président en exercice de l’Union africaine, le 9 juin dernier. L’on se rappelle que les recommandations des Assises Nationales pour la Refondation de l’Etat  portent sur une fourchette de 6 mois à 5 ans. Soumise à la CEDEAO,     celle-ci furieuse n’a pas voulu faire le distinguo entre le délai plafond et le délai plancher de la durée de la transition.

Suivirent alors les décisions inédites contre le Mali le 9 janvier 2022 : embargo économique, gel des avoirs maliens à la BCEAO et dans les banques commerciales, rappel de ses ambassadeurs, fermeture de ses frontières terrestres et aériennes avec le Mali, pressions sur la Mauritanie et la Guinée pour refuser les services de transit de leur port au Mali et tutti quanti.

Manque de pot pour la CEDEAO. Les mesures injustes, illégales, illégitimes et inhumaines n’ont pas produit l’effet escompté qui était d’asphyxier les populations maliennes. Mais aussi elles ont fait souffrir des signataires de ces décisions comme la Côte d’Ivoire et surtout le Sénégal qui perd chaque jour 1 milliard 500 millions de FCFA, du fait de l’arrêt des 1000 camions faisant chaque  jour la navette entre les deux pays.

Avec ou sans compromis, le Mali poursuit la refondation de son Etat avec succès. Et quand le vin de la refondation est tiré, il faut le boire.

Mohamed Koné,

Correspondant à  Kadiolo

Commentaires via Facebook :

11 COMMENTAIRES

  1. Je pense que le Mali doit avancer, il faut avoir le courage de le faire.
    La libertée est un choix, elle s acquiert quand on le décide, rien ne peut arrêter un peuple déterminé. Comme l autre aux “pseudos multiples” nous le répète incessament il faut une liberté spirituelle linguistique et financière.

  2. Well educated, energetic, intelligent younger leaders conscious of total circumstance Mali exist under who are respectful of growing dynamic of unstoppable accelerating Global Warming plus that those conditions must be addressed are making difference in Mali plus soon all of Africa. Those leaders realize that God or Allah if you like do not mind if we set cultural plus religious ways aside in favor of being practical Greater Good in our perception, planning plus actions in order to achieve comfortable world class modern living conditions under unstoppable accelerating Global Warming.
    We must continue along practical Greater Good passage. In steps plus stages it is allowing us to quickly become leading nation Negroid Africans need. We must not go astray to follow elite who have consistently led showing great incompetence. Instead we must lead in way all Negroid African citizens agree is good plus they are capable of doing same.
    Chosen Decree fulfill obligations set plus could have done it without all drama if ECOWAS had been more yielding to Mali dynamic plus unique total circumstance.
    ECOWAS attitude in condition is cause many foreign organizations of world side step ECOWAS plus form agreement free of ECOWAS input with ECOWAS member nations. Decree is Good Work Mali Transitional Government.
    We now wait to see if ECOWAS portray good guy for Africa it should be or portray it’s servant to colonialists master role in decision it make concerning normalizing conditions in Mali.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  3. On dirait qu’il n’y a pas d’hommes capables de réfléchir dans cette CEDEAO, tous les leaders se comportent comme des animaux, des personnes sans aucun cerveaux, quelle ignominie? Nous sommes dans quel espace? Ces décideurs de la CEDEAO doivent être chassés de leur place par les peuple de cette organisation pour le bonheur de cette sous-région, ce qui reste certain avec des personnes comme ça aux commandes de cette institution rien ne marchera, cela est indéniable. Ce sont des rapaces de type charognards vampires qui sont à a tête de l’organisation nous demandons à Assimi d’envisager de faire sortir le Mali de cette organisation fantoche incapable de construire ou de bâtir, mais capable de détruire cette sous-région.

    • Merci Coulibaly, nous sommes sur la meme longueur d’onde et espérons de voir une autre CEDEAO et pas une organisation manipulee et instrumentalisée par la maudite France et dirigée par ses sous-préfets a Abidjan, Niamey, Dakar et Accra!

  4. Yugo calmes-toi ne voies pas seulement la foret mais voies aussi les arbres dans cette foret, ce sera mieux pour toi, ce que je dis est tres vrai que la CEDEAO a manque de comprehension et d’analyse et a loupe l’opportunité d’organiser notre region en une region stable et homogene en accompagnant ces processus de resolutions des problèmes au lieu de faire des prescriptions similaires (meme ordonnance médicale) depuis Accra pour le Burkina, le Mali, et la Guinee en ignorant les causes des coup-d’État dans chaque pays!

  5. Yugo ou est-ce que tu as jamais vu qu’on mette un pays qui est en guerre contre les terroristes sous embargo economique et financier? Sinon que l’on desire aider les terroristes a gagner la guerre? Yugo la CEDEAO a perdu toute crédibilité, toute logique ici et de mon point de vue c’est une organisation dirigée par les épidermiques sans cerveau et sans capacité d’analyse. Les dirigeants de la CEDEAO doivent vite prendre du recul vis-avis de leurs reactions infantiles et aider la region toute entière contre le terrorisme et ce ne sont pas les elections la solution mais faire la guerre et la gagner!

    • Ce n’est pas la CEDEAO mais plutôt les Maliens qui ont fait de la lutte contre le terrorisme un fonds de commerce politique. Au lieu de s’investir dans la lutte, tout le monde en profite pour faire du n’importe quoi. On ne peut pas demander aux autres de faire preuve d’un sérieux que nous-mêmes n’avons pas. Depuis 10 ans on voit la foutaise des différents régimes sous prétexte que le pays n’est pas stable. Ces bidasses de Kati ne sont pas plus clairvoyants que les dirigeants de la CEDEAO réunis. Ces derniers savent ce qu’ils font.

  6. La CEDEAO doit comprendre que l’on ne doit pas et on ne peut pas prendre un pays souverain en otage et dicter ses volontés sur ce pays, non loin de la. Si la CEDEAO appartient au Mali, le Mali appartient aux Maliens! A bon entendeur, salut!

  7. Si seulement Bamako pouvait faire preuve de la même intransigeance face aux terroristes et aux rebelles qui l’humilie depuis plus d’une décennie ! Tout se passe comme si on avait pas de problème avant la venue de Barkhane et de la CEDEAO chez nous. On cherche à dissimuler notre lâcheté en les présentant comme étant non la conséquence mais la cause de notre faillite….

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here