Mali : le délai de la transition « non négociable » pour la CEDEAO

40

Réunis, ce jeudi, en Sommet extraordinaire à Accra, les Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont pris des décisions fermes sur le Mali. Entre délai « non négociable » et « gel des avoirs », l’organisation hausse le ton contre les autorités de la transition.

  maliweb.net Des « sanctions ciblées » tomberont contre tous ceux dont les actions impactent négativement sur le calendrier de la transition au Mali.  Ces sanctions, détaille le communiqué de la CEDEAO, incluraient entre autres « l’interdiction de voyage pour ces personnes et leur famille et le gel de leurs avoirs financiers ».

Pour mettre sa menace à exécution, la conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement a demandé à l’ivoirien Jean-Claude Kassi BROU, président de la Commission de la CEDEAO, de compiler et soumettre la liste des individus et groupes d’individus concernés par ces sanctions ciblées.

Délai « non négociable »

Au Mali, la situation a été jugée préoccupante par la CEDEAO au regard de la lenteur dans la préparation des élections prévues fin février 2022. L’organisation demande le « respect strict » du calendrier de la transition devant conduire à la tenue effective des élections dans le délai « non négociable » de février 2022.

Selon la CEDEAO, les autorités ont au plus tard « fin octobre 2021 », pour soumettre le chronogramme devant conduire aux étapes essentielles. Passé ce délai, les sanctions tomberont contre les autorités de la transition.

Le Sommet tenu sur la Guinée et le Mali a durci le ton face aux Colonels aux affaires dans les deux pays. Cependant, il faut noter que l’embargo autrefois arme de prédilection de l’organisation, a été abandonné au profit du gel des avoirs financiers. De plus, en l’état actuel un embargo renforcerait à coup sûr l’axe Conakry-Bamako au détriment de Dakar et Abidjan.

 

Mamadou TOGOLA/maliweb.net

Commentaires via Facebook :

40 COMMENTAIRES

  1. Chers Maliens,

    Donner tant d’ importance á la CEDEAO est une SERVITUDE VOLONTAIRE HONTEUSE, sachant bien la nature FRANÇAFRICAINE de sa structure, de son mode opératoire, et des LARBINS CONGÉNITAUX “SON-OF-A-BITCH”-s, qui l’ animent depuis sa création par la france jusqu’ á nos jours.

    Cette CEDEAO qui dirige , décide du sort de nos peuples est UN MONSTRE CRIMINEL venu des TÉNÈBRES de la FRANÇAFRIQUE FASCISTE.

    NOS PEUPLES N’ ONT JAMAIS ÉLU CES DÉCIDEURS de la CEDEAO , donc ils n’ ont aucune légitimité á interdire au PEUPLE SOUVERAIN du Mali de déterminer librement la durée de la transition.

    Oui, le Mali a transferé une partie de sa “souverainité”á la CEDEAO pour la NOBLE cause de l’ intégration régionale.

    MAIS si cette CEDEAO se trouve infiltrée et CONFISQUÉE par la france, alors le Mali doit la QUITTER.

    La CEDEAO ne POSSEDANT aucune LÉGITIMITÉ ISSUE des URNES, des ÉLECTIONS POPULAIRES, DOIT ÊTRE PUREMENT ET SIMPLEMENT DISSOUTE, OU le Mali DOIT la quitter..

    Malcolm X nous a prévenus :
    « Le pire ennemi que le Nègre a est cet homme blanc qui court ici, bave à la bouche, en professant aimer les Nègres et en se disant libéral, et c’est en suivant ces libéraux blancs que les problèmes des Nègres se sont perpétués. Si le Nègre n’était pas pris, piégé ou trompé par le libéral blanc, alors les Nègres se rassembleraient et résoudraient leurs propres problèmes. Je ne cite ces éléments que pour vous montrer qu’en Amérique, l’histoire du blanc libéral n’a été qu’une série de tromperies destinées à faire croire aux Nègres que le blanc libéral allait résoudre nos problèmes. Nos problèmes ne seront jamais résolus par l’homme blanc ».

    CECI DOIT ÊTRE APPRIS DANS NOS ÉCOLES.

    NOUS ALLONS VIDER LE LONG RANG DES RÉSERVISTES FRANCAFRICAINS TRAITRES CONGÉNITAUX….

    QUE TOUS LES ESPRITS DU MALI, DE L’ AFRIQUE-NOIRE, DÉTRUISENT DE HONTE, DE MALADIES LES DIRIGEANTS MALIENS, AFRICAINS, VOLEURS, MENTEURS, TRAITRES ET LARBINS DE LA FRANCE ET/OU DES ARABES…!!!

    AMON..! AMON..! AMON..!
    SANÉÉ ANI KONTRON…!!

    PS:
    1- “Si la guerre est horrible, la servitude est pire.”

    2- “Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.”

    3- Comme l’a dit Poutine, c’est á lui d’envoyer des terroristes á Dieu et c’est ensuite á Dieu de décider ce qu’il doit en faire.

    • LE PEUPLE MALIEN N’ A JAMAIS ÉLU CES DÉCIDEURS de la transition , donc ils n’ ont aucune légitimité pour s’imposer au PEUPLE SOUVERAIN du Mali qui doit choisir librement ses dirigeants l
      Le CNSP et le gouvernement de transition ne POSSEDANT aucune LÉGITIMITÉ ISSUE des URNES, des ÉLECTIONS POPULAIRES, DOIVENT ÊTRE PUREMENT ET SIMPLEMENT DISSOUTS.

  2. Est-ce que le Mali peut organiser des elections credibles et transparentes d’ici fevrier 2022? La reponse est non! La transtion a perdu 12 mois. Cette perte de temps est la consequence de la mauvaise foi des decideurs de Bamako. La grande faute des colonels de Kati est de penser que le non respect de la parole donne’e n’aura pas de consequence! Aujourd’hui, ils sont a’ un endroit ou’ la communaute’ internationale n’accorde plus une grande credibilite’ a’ ce qu’ils disent! Les grands decideurs du monde et leurs partenaires de la CEDEAO ne font plus confiance au CNSP. Ils ont decide’ qu’un president malien, meme mal elu, sera meilleur que l’equipe dirigeante actuelle. Comme vous le savez (je ne parle pas de kinguiranke’ et ses semblables qui ne savent rien), la confiance est une chose qui est tres difficile a’ obtenir. Elle est egalement une chose qu’on peut facilement perdre. Une fois qu’on la perd, on la retrouve plus!
    Colonel Assimi et ses amis du CNSP doivent comprendre que leur salut passe par l’ organisation d’ une election presidentielle et des elections legislatives et municipales pour passer le pouvoir aux elus du peuple! Evitez la fuite en avant! Trouvez une personne a’ qui vous avez confiance et travaillez pour son election a’ la presidence! Tout le reste n’est que foutaise! IL FAUT ABSOLUMENT CESSER D’ECOUTER CES IDIOTS QUI SE VEULENT PATRIOTES MAIS QUI EN REALITE’ ONT DEVENUS LES VRAIS ENNEMIS DU MALI SANS LE SAVOIR!!! Le Mali est parmi les pays fondateurs de la CEDEAO et il est fier d’appartenir a’ cette organisation. La France et le Mali ont des relations ancre’es dans l’histoire. Lesdites relations doivent etre maintenues et developpe’es! Notre faso traverse une crise. Therefore, il a besoin de l’aide de tous les pays freres et amis! ON NE DOIT JAMAIS SACRIFIER NOTRE FASO POUR QUE QUELQUES INDIVIDUS RESTENT AU POUVOIR! LES MALIENNES ET LES MALIENS D’ABORD! LES INTERETS SUPERIEURS DU MALI MALI D’ABORD! COMME LE PRESIDENT IBK DIT: LE MALI D’ABORD!!!!
    Pkagame et les experts des grins qui sont entrain de gambader comme des cabris, AW BE’ KA SABALI!
    J’AIME BIEN LES JEUNES COLONELS MAIS IL EST TRES EVIDENT QU’ILS NE SAVENT PAS GOUVERNER! THEY JUST DON’T KNOW ANY BETTER!!! ILS DOIVENT SE RETIRER DE LA SCENE POLITIQUE POUR LEUR BIEN ET LE BIEN DU MALI!

  3.  Vive la CEDEAO !
     C’est à cette noble et valeureuse organisation que tous les États ont librement donné une partie de leur souveraineté.
     Ne pas respecter ses propres engagements, c’est devenir ignoble, or le Mali est une république digne, qui se respecte.
     S’il y a des gens à objectifs inavouables passant par la prolongation de cette transition, alors qu’ils se préparent à la déception.
     Vive la CEDEAO !

    • Soutien total à la Cédéao ! Elle ne fait que son job. Mais elle risque maintenant de se brûler à force d’avoir joué avec le feu. Elle devait être intraitable dès le départ, et elle aurait au moins garder son âme.

      Pensées rebelles.

      • QUEL EST CE JOB?
        PEUX-TU NOUS L EXPLIQUER UN PEU QUELLE SOUVERAINETEE LES NATIONS ONT CEDE’ A TA CEDEAO? POUR QU ELLE NOUS DICTE, QUI RECONNAITRE COMME LEGITIME ET QUAND!

        🙂 TA CEDEAO EST FAITE EN MAJORITEE DE LECHES Q, DE CORROMPUS COMME SALL LE SALE ET WHAT A RAT OUATTARA 3-IEME MANDAT TOUT COMME CONDE- TOMBE, LES FRANCOPHONES-MUSULMANS SONT PITOYABLES VRAIMENT.. . 🙂

        • LES SEULS RESPONSABLES DE LA CRISE AVEC LA CEDEAO SONT CEUX QUI ONT FAIT LE COUP D’ETAT ET LES DIRIGEANTS DU M5/RFP QUI SONT ENTRAIN DE FAIRE CROIRE A’ CES MILITAIRES QU’ILS PEUVENT DEFIER LE MONDE ET CHANGER LES HABITUDES DES MALIENNES ET DES MALIENS DU JOUR AU LENDEMAIN! ILS N’ONT AUCUN MANDAT DU PEUPLE MALIEN POUR FAIRE CE QU’ILS VEULENT FAIRE. LA CEDEAO EST UNE ORGANISATION QUI SUIT SES REGLES! LES COLONELS ET LES VOYOUS QUI LES SOUTIENNENT DOIVENT SAVOIR QUE LE CHANGEMENT PREND DU TEMPS! TOUTES CES HISTOIRES DE REFONDATION ET D’ASSISES NATIONALES VISENT A’ FAIRE DURER UN POUVOIR ILLEGITIME ET ILLEGAL QUI S’EST IMPOSE’ A’ NOTRE PEUPLE PAR LA FORCE DU CANON!
          ASSIMI, CAMARA, WAGUE, MAIGA ET KONE’, IL FAUT CESSER D’ECOUTER CES IMBECILES QUI SE PRENNENT POUR DES PATRIOTES. ILS SONT EXTREMEMENT BETES ET NAIFS. ILS NE COMPRENNENT ABSOLUMENT RIEN DE LA GEOPOLITIQUE INTERNATIONALE! NOTRE FASO EST TRES VULNERABLE EN CE MOMENT. CES IMBECILES NE FONT QUE L’ISOLER DES PAYS FRERES ET AMIS ET DES PARTENAIRES INTERNATIONAUX! ILS SONT PIRES QUE LES GROUPES ARME’S DU NORD ET CEUX DU CENTRE! CES COCHONS ONT LEURS PLACES EN PRISON POUR ATTEINTE AUX INTERETS SUPERIEURS DU MALI! DES VRAIS IMBECILES, DES INCONSCIENTS, DES NAIFS, DES CONS ET DES IRRESPONSABLES!
          OUMAKO CHI TE’ MALILA!!!!! ILS NE PENSENT QU’A’ LEURS PETITS POSTES ET CE QU’ILS PEUVENT GAGNER IMMEDIATEMENT. LA VISION A’ LONG TERME N’EXISTE PAS CHEZ EUX! OUBE’ MANA MANA MOGOW! OUTE’ FOY KALAMA!!!

  4. AU FRERE PKAGAME
    🙂
    J AIME L APPELLATION KOUROUKAN FOUGA POUR UNE AUTRE PLACE PLUS GRANDE AYANT UNE CONTENANCE PLUS GRANDE ET PAS SITUEE A COTE D UN CENTRE CULTUREL FRANCAIS ET PAS ENTRE DES BANQUES ET INSTITUTIONS ETRANGERES! UNE PLACE A NGALA FOUGA 🙂

    🙂 KAAFRIHW NE SONT PAS FILS D ADAM ET EVE, MAIS FILS DES FAAROHW! 🙂

  5. Le 22 SEPTEMBRE sur la Place Kurukanfuga (Place de l”indépendance” ) pour libération totale du Mali. Jamais jamais jamais les FAUX DÉMOCRATES n’auront le dessus sur les PATRIOTES!

  6. C’est la part marionnette de la CEDEAO en termes de réaction a la situation “Wagner”. C’est après l’ANR que nous allons savoir quand les élections seront possibles….c’est les maliens qui décident et non la CEDEAO.

    Avec ces genre de tons, la CEDEAO risque de commettre une nouvelle erreur irréparable dans la sous région…. car la réaction du peuple sera 100% plus radicale si jamais la CEDEAO contribue au maintien du Mali dans cet état d’esclavage colonial actuel en complicite avec nos faux démocrates locaux (les politiciens)…il ne faut jamais rêver de pouvoir nous barrer la route vers la libération. Les risques sont énormes!

    Le mieux c’est de laisser les maliens décider pour nous même pour des élections crédible et transparentes après une refondation réelle…pour ne plus voir des coup d’états. Cela est 100x plus facile que de chercher a jouer avec nous pour nous maintenir dans le statuquo dont le peuple en a marre!

    • c’est les maliens qui décident et non la CEDEAO

      Les Maliens décident de quoi, alors que 40% du budget national d’État vient d’ailleurs. Quelle puérilité ! Si la force brute réglait quelque chose, le guerrier bamanan n’allait jamais faire appel au guerrier toubab pour lui sauver les fesses…

      Pensées rebelles.

      • TU VEUX DES PROBLEMES AVEC LE FRERE PKAGAME QUI A PERDU LA RAISON DEPUIS QU’IL A DECIDE’ D’ ETRE MEMBRE DU MOUVEMENT EXTREMISTE ETHNOCENTRISTE PULAKU!!!

  7. Sanagre Djeli, tu as tente de defendre le tres grand farfelu de AOK le faiseur des premiers milliardaires fonctionnaires au Mali dont Boua le ventru IBK et maintenant tu nous parles de Barou le fou Mariko un ami au capitaine Sanogo, as-tu oublie qu’il passait son temps a cirer les godasses du petit capitaine a Kati? Mariko est un nihiliste depasse et un politicien d’hier qui n’a pas de place au Mali. Tu n’as vraiment pas honte Sangare Djeli ou sinon que tu a de la boue a la place du cerveau. En tout cas celui qui veut le retour des memes charognards de l’ADEMA et allies y inclu le RPM, ASMA et autres, va imposer des elections prematurees et qui ne representeront pas la voix du peuple!

  8. 😀😀😀😀 La CEDEAO aurait-elle oublié que le Mali est un État souverain et fier ?

    Nous les Maliens n’arrivons pas à libérer un mètre carré de notre territoire. Nous laissons armes et bagages à l’ennemi pour sauver les fesses et après, on les qualifie de bandits armés. 😜 Nous lançons un appel à l’aide internationale pour organiser des simples élections. Après 60 ans d’indépendance, il suffit d’un bon verre de Whisky et d’une Kalashnikov pour qu’un avorton se retrouve chef de l’État. Un Chimpanzé qui sort de la forêt peut venir renverser les institutions et susciter de l’espoir parce que jusque-là nous n’arrivons pas à créer un État stable et respecté.

    Malgré cela nous sommes si fiers et si jaloux de notre souveraineté que nous n’avons de leçons ou d’ordres à recevoir de qui que ce soit. On s’en fout de la CEDEAO, de l’UA et de l’ONU. Tout ce qu’on leur demande est de se battre à notre place pour nous libérer, le reste ne les regarde pas. 🤣🤣😀😀🤣🤣🤣🤣😀🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣

    • “Le Mali est un État souverain….?”
      Mais sous tutelle et en état de mort célebrale.

      “ Delai de la Transition…pas négociable pour la CEDEAO “ , mais pour les colonels et le PM, peut être VIOLÉ.

      Conséquences:Mali EXCOMUNICADO de l’ONU, de l’UA et de la CEDEAO avec comme corollaires le gel de tous ses comptes, asphyxie financière et économique.
      Un grand coup de massue pour les maliens…pas pour les colonels et le PM.

  9. La CEDEAO a tout à fait raison de hausser le ton.
    LES COLONELS DONNENT L’IMPRESSION DE CONFISQUER LE POUVOIR DU PEUPLE.
    D’un CNT illégitime et illégal à un gouvernement non inclusif dans lequel même le M5-RFP n’est pas véritablement représenté,on a un pouvoir qui tourne autour de la personne D’ASSIMI GOITA.
    AUCUNE DÉCISION NE TIRE SA SUBSTANCE D’UNE CONCERTATION DES FORCES VIVES DE LA NATION.
    On ne peut rien réussir en négligence un pan entier de la société:les partis politiques qui ont accompagné IBK sont ridiculisés.
    On ne peut même pas parler de collaboration avec le M5-RFP,mais de connivence avec un CLAN du M5-RFP autour de CHOGUEL MAIGA.
    LA DISTANCE PRISE PAR OUMAR MARIKO N’EST PAS AUSSI NÉGLIGEABLE.
    Pour se faire respecter de la CEDEAO,permettre qu’elle mette de l’eau dans son vin pour la réalisation nécessaire de certaines réformes avant d’organiser les élections,il faut créer le consensus dans la marche de la transition.
    PERMETTRE QUE LES ASSISES NATIONALES DONNENT UN CAP RÉNOVATEUR À LA TRANSITION PAR LA DÉSIGNATION DU NOUVEAU CHEF DE GOUVERNEMENT PAR SES PARTICIPANTS VA LÉGITIMER LE POUVOIR EXÉCUTIF.
    Ce CHEF DE GOUVERNEMENT aura le plein pouvoir car fruit d’un CONSENSUS NATIONAL.
    Il aura pour tâche d’appliquer les résolutions des ASSISES NATIONALES concernant les RÉFORMES POLITIQUES afin de réaliser la SOUVERAINETÉ DU PEUPLE.
    Les COLONELS ne peuvent résister aux sanctions de la CEDEAO,s’ils persistent à entretenir l’opposition à la transition par des actes de division croyant pouvoir confisquer le pouvoir.
    Ils sont entrain de remettre le pouvoir aux laquais de la France tapis dans l’ombre de la CEDEAO.
    Les supporteurs actuels des colonels ne sont représentatifs de la population.
    Sans assise nationale,l’ennemi atteint facilement son objectif.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

  10. Koukalani avait dévié la transition de son objectif , un régime transitoire est là pour préparer la légalité , les reformes sont pour le pouvoir élu et non des gens de circonstance, on est rattrapé par son passé BA DAW voulait uniquement organiser les élections , mais les gueulards ont dit qu’il faut rectifier la trajectoire de la transition en se donnant des tâches populistes et voilà la CEDEAO aussi vient de rectifier leur trajectoire finalement où iront ils ?DEMISSION, terminé .

  11. L’erreur, c’était dès le début de la TRANSITION…
    Au lieu de 18 mois, il aurait fallu faire accepter et imposer à la CEDEAO trois ans de TRANSITION. C’est à dire…, terminer ce qui restait du deuxième quinquennat du Président IBK. Car le PEUPLE Malien ne s’attendait pas à aller à nouveau voter avant 2023. Et maintenant on lui impose de voter en Février prochain alors que rien n’est prêt pour organiser des élections justes, crédibles, transparentes et non contestables.
    C’est un abus de POUVOIR de la CEDEAO.

    Vivement le Mali pour nous tous.

    • Au lieu de 18 mois, il aurait fallu faire accepter et imposer à la CEDEAO trois ans de TRANSITION.

      Pour imposer quoi que ce soit à qui que ce soit, les dirigeants maliens doivent d’abord grandir pour être respectable et pour se faire respecter… Que valent une horde qui ne savent pas ce que signifie le mot honneur ? Il faut bien gueuler derrière vos claviers, mais rira bien qui rira le dernier…

      Pensées rebelles.

  12. Bravo, la CEDEAO CAI LE MALI ET LE BONHEUR DES MALIENS. Sans elle, on va s’entretuer ici pour le pouvoir. Alors, ou Choguel démissionne dès cet instant ou il organise les élections en février, ce qui doit commencer dès maintenant. Mille fois merci à la CEDEAO de mettre au pas des gens ki veulent le pouvoir sans élections, des tricheurs avec le peuple.

  13. Je syis d’accord pour l’organisation des elections dans le delai convenu. Mais la CEDEAO doit commencer par empecher les presidents elus de manipuler les constitutions pour s’octroyer des 3eme mandats. En ce moment ces debats ne se poseront plus si elle veut vraiment la democratie dans nos etats pour les peuples. Qu’elle arrete de rouler pour les chefs d’etats qui font leurs anarchies constitutionnelles devant la CEDEAO sans qu’elle ne bronche et des que un coup d’etat survient, elle vient faire le sapeur pompier au profit du president dechu.

  14. LES NEGRES DE LA CEDEAO ONT PEURS DESORMAIS DES SOLUTIONS MALIENNES, LES VRAIES SOLUTIONS

    ILS VOCIFERENT PARCE QU ON LEUR AURAIT MIS 🙂 LE FEU WAGNER 🙂 SOUS LEURS FESSES PUANTES

  15. QUE DITES VOUS MACKY SALL ET DE ALASSANE OUATTARA?

    🙂 NOUS AVONS DES PASSEPORTS CEDEAO, EN QUOI SOMMES NOUS IMPLIQUES CONCERNANT LES DECISIONS PRISES PAR CETTE MERDIQUE CEDEAO? 🙂

    🙂 QUEL DELAI LA MERDIQUE CEDEAO DONNERAIT POUR LA CREATION D UNE MONNAIE DANS CETTE ZONE, UNE VRAIE MONNAIE INDEPENDANTE A L EURO ET AU FRANC DES FRANCAIS? QUAND?… 🙂

  16. La CEDEAO ne peut pas interdire à des Chefs d’États en place…, de modifier la constitution de leurs pays respectifs pour se maintenir…
    La CEDEAO les laisse tailler leurs constitutions sur mesure pour s’offrir autant de mandats qu’ils veulent quand la première ne leur en accordait que deux…
    Mais la CEDEAO peut interdire les Coups d’État…
    La CEDEAO peut exiger que le Militaire qui fait un PUTSCH ne puisse pas se présenter à une élection qu’il organise…
    La CEDEAO peut imposer un délai de TRANSITION à un POUVOIR mis en place à la suite d’un PUTSCH…
    On con comprend dès lors que les PEUPLES qualifient la CEDEAO de ” Syndicat des Chefs d’ÉTATS et de Gouvernements ” d’Afrique de l’Ouest.

    Vivement le Mali pour nous tous.

    • En tout cas nous nous devons d’être lucides et intelligents. La date et le chronogramme des élections sont des éléments de la charte de la transition qui a valeur de loi aux côtés de la constitution. Cette charte a été préparée par des “Experts” commis par le CNSP et a été adopté lors des concertations nationales sur la transition. Si nous avons des difficultés à le respecter (ce qui est bien normal), qu’on approche les partenaires (CEDEAO en tête) avec des arguments solides et un nouveau chronogramme pour expliquer les raisons d’un glissement du calendrier de la transition. Nous avons comme principal argument le mauvais départ pris par la transition (9 premiers mois) qui a entraîné une rectification. Evitons la ruse qui veut qu’on chauffe des jeunes en blanc pour qu’ils envahissent toutes les rues pour crier à la prolongation de la transition et manifester leur “soutien” à la transition. Les ANR peuvent être vues comme une diversion qui consiste à faire dire aux participants de prolonger la transition et ensuite se servir de cela comme décision du “peuple ou de l’opinion nationale”.
      Evitons à notre pays une autre crise et réduisons les antagonismes entre classes politiques et entre les autorités de Bamako et la cma.
      Bon vendredi.

  17. Le Mali face aux défis sécuritaires: l’enlisement d’aujourd’hui et le piège Wagner

    Bis repetita, quand l’histoire bégaye la géographie et la géopolitique toussent à l’unisson.

    Un groupuscule de jeunes activistes maliens sous le vocal « Yèrèwolo, debout sur les remparts » fait depuis maintenant plus de 9 mois trop de bruits pour demander une intervention militaire russe au Mali en lieu et place des soldats français, exactement comme on l’a déjà vu en octobre 2012, avec les manifestations à Bamako pour réclamer une intervention militaire étrangère dans le même Mali.

    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2012/10/12/l-onu-ouvre-la-voie-a-une-intervention-militaire-au-mali_1774989_3212.html

    https://www.google.fr/amp/s/amp.dw.com/fr/manifestation-contre-la-pr%25C3%25A9sence-militaire-fran%25C3%25A7aise-au-mali/a-56285769

    I. Une détérioration progressive de la situation sécuritaire malgré l’augmentation des moyens dans le secteur de la défense et de l’intensification de la coopération militaire

    1. Insécurité dans les 3 régions du nord en 2011
    Le gouvernement ATT est surpris du déferlement des touareg lourdement armés en provenance de Libye sur son territoire nord déjà infecté par l’Aqmi depuis le début des années 2000.

    Du coup, la rébellion armée touareg de ces régions prend une autre dimension qui contraint le régime ATT à recourir aux pilotes ukrainiens et battre en retraite avec le repli tactique.

    2. La perte totale des 3 régions du nord et une bonne partie de celle de Mopti en 2012
    Les putschistes du CNRDRE, perdent en moins de 10 jours l’intégralité des 3 régions du nord et les font basculer aux mains des rebelles touareg et des terroristes d’Aqmi et du Mujao.

    Alors que sous ATT seuls Aghueloc; In Khalil; Tessalit (toutes dans la région de Kidal) et les villes frontalières comme Andarraboucane (cercle de Ménaka région de Gao, frontières nigériennes); Léré (région de Tombouctou, frontières mauritaniennes) et Tizawantène (région de Kidal, frontières algériennes) qui étaient hors de contrôle de l’armée malienne.

    3. L’intervention militaire étrangère en 2013

    a. Les succès militaires de l’opération Serval et le triomphe de François Hollande à Bamako

    L’armée française intervient sur demande du président de la transition Dioncounda Traoré au moment où l’ONU hésitait depuis plus de 6 mois pour intervenir avec une certaine réticence des américains.

    L’intervention française permet de stopper net et de repousser les positions des terroristes de Diabali au Nord-Est de Ségou et à Konna avant de reconquérir Douentza dans la région de Mopti puis les 3 régions du nord :Tombouctou, Gao et Kidal.

    Hollande, dans l’euphorie des victoires militaires de la France sur le terrain est accueilli comme un pape à Bamako et gagne du crédit et du respect à l’international y compris à Washington et au sein de l’OTAN.

    b. L’intervention des soldats de l’ONU et l’enlisement de l’opération Barkhane

    L’onu envoie dans la foulée près de 10 000 casques bleus (monté aujourd’hui à 13 000) en faveur de la résolution 2100 du conseil de sécurité pour une mission de stabilisation du pays, qui est restée très critique car ce sont des soldats de la paix sans mandat de combats dans une zone infectée par des groupes armés disparates entre banditisme divers et terrorisme islamiste émaillés de vols, de pillages et d’exactions multiformes sur les populations civiles.

    Le péché originel de ces troupes étrangères (françaises et onusiennes) a été de considérer qu’il y a des groupes armés sains (les rebelles touareg de Kidal regroupés dans la CMA) et des groupes armés maléfiques (les groupes armés touareg favorables à bamako comme le GATIA des touareg Imghad ainsi que les terroristes d’Ansardine d’Iyad Ag Ghali, du Mujao et d’Aqmi).

    Cette distinction bancale entre groupes armés créant tous une instabilité et une insécurité permanente, va obliger Paris et l’ONU à faire de leur cheval de bataille un accord de paix tiré par les cheveux sous le régime IBK qui tend plutôt à rendre autonome ces régions nord du pays sans se soucier du nécessaire désarmement des groupes armés (rebelles, terroristes et auto défense).

    Paris comme l’ONU somme le Mali qu’il urge de réformer sa constitution pour calibrer cet accord de paix dans l’échiquier institutionnel national alors qu’il ne répond que de la question touareg et reste circonscrit à Kidal, Tombouctou et Gao.

    Au même moment dans la zone des 3 frontières (avec le Niger et le Burkina) et au centre du pays, d’autres groupes terroristes non signataires de quoi que ce soit sont en œuvre et ni l’armée malienne, ni l’ONU, ni les forces françaises encore moins le G5 Sahel qui regroupe les armées de 5 pays du Sahel, n’arrivent à contenir.

    Au contraire l’insécurité déborde sur le Niger et sur le Burkina voisins et engloutit la région de Mopti et une bonne partie des régions de Ségou, Koulikoro et Sikasso.

    Depuis 8 ans ni la loi de programmation militaire de 1200 milliards de FCFA sur 5 ans sous IBK, ni les formations européennes de l’EUTM, ni les 5000 soldats de Barkhane ni les 13 000 soldats de l’ONU, ni les forces du G5 Sahel ni la force spéciale européenne Takouba n’arrivent à casser la dynamique du terrorisme comme Serval a pu le faire en quelques semaines en janvier 2013.

    Il est d’une évidence mathématique que les moyens mis en œuvre tant par le Mali que par ses partenaires étrangers, n’ont pas eu le résultat escompté sur le terrain et dans plusieurs localités du pays les terroristes et les bandits armés font la loi et les populations ne savent plus à quel Saint se vouer sauf à se constituer en groupes d’auto défense très rudimentaires.

    En termes de sécurité, le Mali se réduit aujourd’hui à quelques villes: Bamako, koulikoro, Ségou, Kayes, Sikasso avec un risque élevé juste à 20 km en dehors de ces villes (forêt classée de la Faya pour bamako, Point A à Markala pour Ségou, et Zégoua pour Sikasso, restent des zones de risques).

    II. Le piège Wagner dans un contexte d’insécurité généralisée

    Société privée de sécurité de droit russe, proche du Kremlin et ayant des expériences en Syrie en Libye et en Centrafrique, Wagner est une redoutable machine de sécurité forte de ces 5000 hommes mais reste une nébuleuse peu regardant des droits humains en zone de conflit.

    1. Un service payant avec un risque de surendettement et d’enlisement

    Les services de Wagner ne sont pas gratuits, il va falloir les financer et s’assurer qu’on peut soutenir ce financement sans autres aides extérieures et que cela donne des résultats tangibles sur le terrain en termes de sécurisation de nos territoires: villes, villages et campagnes.

    Pour cela, il faut imposer une obligation de résultat et un chronogramme de sécurisation du territoire pour ne pas trop gonfler la facture Wagner et tomber dans le piège du surendettement et de la surinsécurité.

    Jean Yves le Drian, le ministre des affaires étrangères français dit que la présence militaire française et internationale est incompatible avec l’intervention de Wagner au Mali.

    Ce signifie concrètement que si le Mali signe un contrat de sécurité avec Wagner, les 5000 soldats de Barkhane, les 13 000 de l’ONU, la force spéciale européenne Takouba, feront leurs valises pour partir du pays.

    Dans ce cas, c’est tout le dispositif sécuritaire du nord du pays là où sont concentrées ces forces étrangères que Wagner doit pouvoir reprendre en priorité, les sécuriser et les transmettre à l’armée malienne avec la garantie que l’armée Malienne puisse tenir longtemps les positions que Wagner aurait conquises auparavant pour ne pas obliger Wagner à refaire le boulot.

    Cela suppose une montée en puissance de l’armée malienne à un niveau de performance plus élevé qu’aujourd’hui.
    Donc cela demande plus de recrutement, plus d’équipements surtout d’équipement aérien car ce sont de vastes étendues et plus de formation pour remplacer les européens de l’EUTM et de Takouba.

    En plus du nord et de la zone des 3 frontières, il va falloir faire le même exercice au centre du pays dans la région de Mopti au Delta central du fleuve Niger (les zones de Djenné, Ténékou, Fatoma, et dans le pays dogon notamment), ainsi que dans la région de Ségou en zone l’office du Niger (entre Ké Macina et Dogofry en passant par Kolongo, Bokiwèrè, Niono, Farabougou, Alatona et Diabali) mais aussi dans l’inter fleuve entre le fleuve Niger et son affluent le Bani.

    Mais les premières infos sur un éventuel engagement de Wagner au Mali ne mentionnent que 1000 hommes de Wagner est-ce cela serait suffisant pour remplacer 18 000 hommes de Barkhane et de l’ONU et faire le boulot de remplacement tout en étant plus efficace avec moins d’hommes engagés dans les missions?

    Wagner ne serait-il pas contraint d’augmenter son effectif au Mali avec à la clé une augmentation substantielle de la facture pour l’État malien plutôt que les 6 milliards de FCFA initialement annoncés?

    2. Une stratégie d’intervention à définir clairement

    Au vue des interrogations ci-dessus mentionnées, les autorités transitoires ont intérêt à bien définir le cahier de charge de Wagner et bien maîtriser juridiquement les contours de ses missions en termes de rapport Coût/Efficacité et en termes de protection des populations civiles.

    Il va falloir établir une situation avec plusieurs scénarios pour sécuriser le pays avec un calendrier précis sans le faire tomber ni dans le surendettement ni dans la clochardisation de l’armée malienne qui doit pouvoir continuer à faire sa mission régalienne de défense nationale en tant qu’armée républicaine opérationnelle.

    Or la facture Wagner s’imputera sur le budget de défense nationale du pays et sans un apport financier conséquent venant de l’extérieur cela risque de mettre le gouvernement malien en situation de faire des arbitrages entre le financement de la sous traitance des missions de défense à Wagner et le financement du renforcement indispensable des capacités militaires nationales du pays.

    Du bon dosage de ces arbitrages financiers stratégiques dépendra le succès de l’option Wagner pour la sécurité et la défense nationale du Mali.

    Si la transition militaire et politique en cours au Mali, s’embarque dans l’option Wagner sans en avoir pris conscience avec gravité et responsabilité et surtout y mettre des garde-fous et des garanties, alors elle prend le risque de s’enfermer et avec elle, le Mali, dans un piège Wagner où l’armée serait délestée de ses moyens et le pays de ses ressources financières sans pour autant être ni en paix ni en sécurité.

    Un peuple-Un but- Un doute.

    Salute.

  18. LA CEDEAO FAIT QUELLE POPULATION?
    🙂 ET CES QUELQUES IDIOTS CORROMPUS ECOUTENT LA FRANCE! 🙂

    🙂 LA FRANCE A MOBILISE SES LARBINS, L OCCIDENT A MOBILISE SES LARBINS NOIRS 🙂

    Réunis, ce jeudi, en Sommet extraordinaire à Accra, les Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont pris des décisions fermes sur le Mali. Entre délai « non négociable » et « gel des avoirs », l’organisation hausse le ton contre les autorités de la transition.

  19. QUE LA CEDEAO AILLE SE FAIRE VOIRE AILLEURS , SE FAIRE FOUUUUUTRRRRRRE AILLEURS!

    NOTRE TRANSITION NOOOOOTRE DECISION DE LA PROLONGER SAAANNNS CHOGUEL POURTANT!

    🙂 ASSIMI DOIT Y RESTER LE CHEF, MAIS AVEC DES PREMIERS MINISTRES COMPETENTS! 🙂

    🙂 VOUS VOYEZ, ILS ONT DEJA PEUR DE LA PRESENCE PROCHAINE DE WAGNER ET RUSSES AU MALI, CES IDIOTS DE LARBINS DE LA FRANCE SURTOUT APPELLES PAYS FRANCOPHONES DE CETTE CEDEAO ONT PEURS QUE LEURS PEUPLES LES RATTAPPENT, ET LEURS CASSENT LA GUEULE ET LES QUEUES DE SINGES! 🙂

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here