Médiation de la Cédéao : Goodluck Jonathan plaide pour la libération  de Boubou Cissé et Moussa Timbiné

7

 Le médiateur de la Cédéao, Goodluck  Jonathan,  a multiplié  les rencontres  et les entretiens avec les autorités militaires du CNSP et le nouveau président de la Transition, le colonel-major  M’Bah Daw,  sur le suivi de l’application des recommandations issues  du récent mini-sommet de l’organisation ouest africaine.

Le médiateur de la Cédéao a démarré sa journée par un entretien avec le président du CNSP, colonel  Assimi Goïta, puis  ils se sont rendus  ensemble  à la maison des hôtes situé au camp de base,  où ils ont  rencontré  le président de la transition par intérim,  M’Bah Daw.

Ce dernier doit prêter serment aujourd’hui vendredi en présence de la délégation  de la médiation de la Cédéao.  Il nous revient qu’en plus de l’application des conclusions  de l’organisation sous-régionale à savoir une transition rapide avec le choix des civils et la dissolution du CNSP, Goodluck Jonathan aurait plaidé auprès de la junte  sur la question de détention de l’ancien Premier ministre, Dr Boubou Cissé.   Hier, Goodluck Jonathan a pu rendre visite à Moussa Timbiné et Boubou Cissé à Kati sans parvenir à obtenir leur libération immédiate.

La Cédéao,  après avoir fait pression sur les militaires  pour que le Président déchu IBK puisse se rendre à l’étranger pour des soins,   souhaite obtenir la  libération d’un certain nombre d’anciens responsables civils et militaires  arrêtés au moment du coup d’État. Ils sont plus d’une dizaine de personnalités  de l’ancien régime toujours détenus  dans la ville garnison de Kati. Parmi eux, on peut citer l’ex-Premier ministre Boubou Cissé, l’ancien président de l’Assemblée nationale Moussa Timbiné et le fils cadet d’IBK, Bouba Keïta, détenu dans la résidence familiale de Sébénicoro. S’y ajoute plusieurs généraux de l’armée qui étaient restés fidèles au régime déchu jusqu’aux derniers instants.

 Par ailleurs, aucune information précise n’a filtré  sur une possible levée des sanctions.  Selon le programme,  Goodluck Jonathan  participera à la cérémonie d’investiture  du Président de la Transition par intérim, puis il animera une conférence de presse  pour s’exprimer sur le bilan de sa mission.  Cette  rencontre avec la presse  qui interviendra  avant l’annonce officielle du nom du nouveau premier ministre de la Transition, car cette prérogative revient au Président de la Transition,  sera mis à profit  par le médiateur  pour certainement  donner une suite aux sanctions  infligées au Mali.  Mais, la  décision finale reviendra au  président ghanéen, Nana Akufo-Ado, président en exercice de l’organisation sous-régionale, s’il faut lever les sanctions ou maintenir cet  embargo sur le Mali.  Tout semble indiquer que  l’organisation sous-régionale  lèvera  l’embargo à  condition que  le colonel–major M’Ba Daw et Assimi Goîta  donnent des garanties en procédant rapidement au choix d’un premier ministre civil et la libération des détenus, qui, après un mois de détention, n’ont jamais été présentés à un procureur.

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

7 COMMENTAIRES

  1. Là la Cedeao exagère. Elle use de la faiblesse du Mali pour imposer des actions qui dépassent sa mission. Oui notre faiblesse est lié au fait qu’on n’est pas un pays côtier, on a pas de port, sinon la Cedeao ne peut rien contre un pays non enclavé comme la Guinée, le Sénégal, la Côte d’Ivoire… Boubou doit rester en prison jusqu’à ce qu’on détermine celui qui a donné l’ordre de tuer et qui a volé les 1000 millards du Mali. Il a été dans tous les gouvernements du Mali et dans des postes clés économiques où l’argent circule. Il doit répondre.

  2. It seem Goodluck Jonathan as ECOWAS lead man in Mali crisis is attached to situations that are not in our best interest unless carefully plus skillfullly managed. Considering seemingly countless number of corrupt plus poverty causing activities took part with lead position in causing Boubuo Cisse should be charged with list of criminal offenses so long it would take six hours to read them. However our primary concerning should be finding out whereabout of those corruptly gotten funds plus how to recovery them. That should be non negotiable condition for Boubou Cisse or any other of detainees release.
    As Mali pursue creating plus maintaining government having transparency plus accountability we must devise formula for rewarding groups that recover funds corruptly gotten by government officials. I suggest we work in teams having some members familiar with international money laundering plus other financial matters plus members who have good sense for investigating. These teams should be rewarded with twenty percent of funds they recover. Yes this might make some rich but if they fail to recover corruptly loss funds we will have nothing where if they do we will get back minus their reward 4 out of 5 cfa francs recovered. Recovery is preferred to loss.
    Work smart Mali.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  3. GOODLUCK NE VOUS MELEZ PAS DANS LES AFFAIRES INTÉRIEURES D`UN ETAT SOUVERAIN

    LEUR LIBERAION N`EST PAS DE SON RESSORT ,C`EST A LA JUSTICE FAIRE SON TRAVAIL

    L`ETA MALIEN FERA UNE PLAINTE CONTRE EUX……

    ILS ONT DEJA DES CHARGES LOURDES PUISQUE PRIS LA MAIN DANS LE SAC…………..

    • Tous ceux qui critiquent la CEDEAO dans cette affaire ne comprennent pas que c’est elle qui défend les intérêts du Mali contre la junte.
      En adhérant à cette organisation notre pays a accordé une partie de sa souveraineté à une puissance au dessus d’elle pour que n’importe quelle groupuscule de criminels armés ne puisse pas prendre le pays en otage!

      Cette parce que nous avons très souvent vu ça dans la sous-région que cette décision a été prise!

      Il faut le rappeler autant de fois qu’il faut à ceux que ni voientt pas plus loin que le bout de leur nez: ce n’est pas CEDEAO contre le Mali mais CEDEAO contre la junte et c’est la CEDEAO qui défend le Mali parce que la voix légitime du Mali est muselée par des hommes armés qui ont décidé tous seuls de chassés les élus du pays!

      La loi du plus fort n’est pas un attribut démocratique de même que la détention arbitraire!

  4. Cai plutôt irresponsable de la part de la junte de détenir des compatriotes sans fondement. Si gérer le pays équivaut à être enfermé, alors, les membres de la junte doivent s’attendre un jour au retour de la manivelle. Ce sera l’arroseur arrosé. Les maliens sont foncièrement méchants.

  5. Oui, Monsieur Goodluck Jonathan, ces libérations sont de la souveraineté de notre pays, de grâce respectez les autorités maliennes et le peuple malien. Ces hommes retenus par la junte, sont fortement impliqués dans la gestion de la chose publique, à ce titre, ils ne pourrons pas être libérés comme de simples citoyens exemptent de toute gestion des affaires publiques. La CEDEAO et son envoyé profitent de la faiblesse de la junte pour enfoncer le clou, c’est irresponsable de la part de la CEDEAO et son envoyé.

    • Tout accusé est présumé innocent!
      Détenir une personne en dehors de tout cadre légal est de la criminalité organisé, pas de la justice!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here