Prorogation de la transition : La CEDEAO en déphasage avec Bamako

1

La Communauté économique des Etats d’Afrique de l’ouest (CEDEAO), est actuellement à couteau tiré avec les Autorités de la transition malienne. L’Institution oust-africaine campe sur sa position qui est le respect de la durée de la transition comme souscrit dans la charte de la transition. C’est à dire il faut respecter les 18 mois prévus. Mais les Autorités de Bamako entendent organiser des Assises nationales de la refondation avant toute idée d’organiser des élections.

Les Chefs d’État de la CEDEAO ont récemment attiré l’attention la junte au pouvoir sur le respect strict du délai de la transition sous réserve des sanctions ciblées contre ceux qui entravent le processus.  C’est dans cette optique que le Président ghanéen, également Président de la Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement de la CEDEAO, Nana Akufo Addo, s’est rendu à Bamako le dimanche 17 octobre dernier.

Il a été accueilli à l’Aéroport international Modibo Keita de Senou à 11h2 5mn à sa descente d’avion par le Président de la Transition, le colonel Assimi Goïta.

Conformément à notre tradition, deux jeunes filles ont remis deux calebasses d’eau et de noix de colas à l’hôte de marque, une manière de lui souhaiter la bienvenue en terre malienne. Les deux personnalités ont eu droit aux honneurs militaires. Ensuite s’en est suivie l’exécution de l’hymne du Ghana, de la CEDEAO et celui du Mali.

Les membres du Gouvernement avec à leur tête le Premier ministre, Dr Choguel Kokalla Maïga, le président du Conseil national de Transition, Malick Diaw, des membres du gouvernement et du corps diplomatique accrédités au Mali, des responsables administratifs et politiques étaient tous à l’aéroport pour cet accueil. Après la présentation du corps constitué, les deux présidents ont eu dans le pavillon présidentiel de l’aéroport un bref tête-à-tête où rien n’a filtré.

Le Président de la transition, Assimi Goïta et son hôte  Akufo-Addo  se sont ensuite dirigés à l’hôtel Sheraton son lieu de résidence.

Pour cette visite au Mali, la délégation de la CEDEAO était composée en outre du Président ghanéen Nana Ado, de l’ancien président du Nigeria, Good Luck Jonathan, du président de la commission de la CEDEAO, Aka Brou et de la ministre ghanéenne des Affaires étrangères.

A noter que des partisans de la prorogation de la durée de la Transition ont profité de l’occasion pour exprimer leur désir de prolongation au Président en exercice de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernements de la CEDEAO.

Ces manifestants se sont rassemblés au bord de la route, au premier rond-point de l’Aéroport international Président Modibo Kéita-Sénou, afin de se faire remarquer par l’envoyé de la CEDEAO à son passage puisse les voir.

Certains scandaient des slogans comme « trois ans »,” la transition malienne”. Sur d’autres banderoles et pancartes on pouvait aussi lire également : « bienvenue à la Cedeao, mais les assises nationales d’abord » ; « la refondation du Mali, gage d’élections crédibles et transparentes » ; « seul le choix du peuple souverain du Mali compte ».

Le Président de la transition Colonel Assimi Goïta et son hôte se sont entretenus à huis clos avant de tenir une autre rencontre élargie au Premier ministre et certains membres du Gouvernement. Si rien n’a filtré de ces rencontres, une source sous anonymat nous révèle que le Président du Ghana est venu réitérer un message de fermeté à la junte sur le respect du délai de la durée de la transition.

Après avoir rencontré les Autorités  de la Transition, le Président en exercice de la CEDEAO a aussi eu des échanges avec les ambassadeurs des pays membres de l’Organisation accrédités au Mali.

Les observateurs avertis se posent des questions sur le reste de ce bras de fer entre les Autorités de la transition et l’Organisation sous-régionale

A suivre

Seydou Diamoutené

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. C’est la CEDEAO qui est en déphasage avec elle-même. Quand le Mali et la Guinée se retireront, il restera quoi de la CEDEAO ?

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here