Transition au Mali : La CEDEAO disposée à obtenir la version finale et officielle de la Charte

3

Une délégation de la CEDEAO conduite par l’ancien président de la République fédérale du Nigéria, Goodluck Jonathan, a pris part, le vendredi dernier, à la cérémonie de prestation de serment du président et du vice-président de la transition au Mali. Après avoir félicité ces nouvelles autorités, la délégation de l’institution sous régionale a demandé un Premier ministre civil et l’obtention de la version finale et officielle de la charte de la transition.

 

C’est fait. La CEDEAO a validé Bah N’daw comme président de la transition au Mali. Une délégation conduite par Goodluck Jonathan a même participé à la prestation du serment par le président et le vice-président, le vendredi dernier. L’institution sous régionale attend, selon son communiqué finale, la nomination d’un Premier ministre civil pour la levée des sanctions contre le Mali. « La mission a rappelé l’importance et l’urgence de la nomination d’un Premier ministre, chef du Gouvernement, civil qui sera chargé de conduire, sous l’autorité du président de la transition, les chantiers des différentes reformes du Dialogue national inclusif de préparer les prochaines élections présidentielles et législatives », a précisé le communiqué de la CEDEAO.

Même si l’institution sous régionale a validé Bah N’daw comme président, elle insiste sur le fait que le vice-président ne doit pas pouvoir remplacer le président de la transition en cas de vacances du pouvoir. Le vice-président, selon elle, est uniquement chargé de la sécurité et de la défense. Aussi, la CEDEAO insiste sur la dissolution du comité national pour le salut du peuple conformément aux conclusions du mini-sommet de Accra. C’est pourquoi la délégation a demandé à avoir la version finale et officielle de la charte de transition. Par rapport à la durée, la CEDEAO a validé les 18 mois. Cette période a commencé, selon elle, depuis le 15 septembre passé.

Selon le communiqué, un comité de suivi de la situation du Mali a été mis en place par la CEDEAO. Ce comité, précise le document, qui est composé de 6 membres dont Goodluck Jonathan, a été installé. « Ce comité de suivi travaillera en concertation avec l’ensemble des partenaires bilatéraux pour accompagner la transition au Mali », a indiqué le communiqué de la CEDEAO.

Il faut rappeler que lors de cette mission au Mali, la délégation de la CEDEAO a exprimé ses préoccupations quant à la situation des personnalités civiles et militaires détenues à Kati depuis le 18 août 2020. Elle a ainsi sollicité leur libération « urgentes » conforment aux décisions des Chefs d’État et de Gouvernement.

 

Boureima Guindo

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. La CEDEAO ne travaille pas pour les africains, elle travaille pour les colons et pour les dictateurs africains qui siegent au sein de l’organisation. Qui peut me citer une seule bonne chose que ce club a fait pour l’Afrique? Selon Doumbi Fakoli (autorité de la spiritualité traditionnelle africaine) les chefs d’états regionaux avaient 2 choix pendant la creation de la CEDEAO: etre un organe politique ou un organe economique. Ils ont opté pour l’economie, dit Dombi Fakoli. Et maintenant ils pretendent gerer la politique du Mali. Alors qu’ils n’ont rien fait pour l’Afrique sur le plan economique, ce qui est leur mission. Au contraire, ils sont là pour faciliter le pillage de nos pays par les colons. A commencer par le CFA qui nous rongent depuis 75 ans, ce franc CFA que beaucoup de ces dictateurs qualifient de bonne monnaie et saine. La creation de la monnaie unique qu’ils avaient signée avec le colon pendant la creation de la CEDEAO, ils n’ont pas pu la realiser. Cela aurait vu le jour en 2020, mais maintenant ils projetent ca dans 3 ans. Et ils veulent accepter de la france d’arrimer la future monnaie sur l’euro. Encore pour que l’europe continue à se nourrir du sang des africains. Le Mali ne doit pas avoir peur, nous ne creverons pas si nous quittons ce club de traitres et d’esclaves. Au contraire, ca nous permettra de gerer nos propres affires de facon favorable pour les maliens. Il faut seulement reorganiser et reorienter nos affaires. Par exemple ne plus passer nos marchandises pars le Senegal, Guinnée, Cote D’Ivoire et Benin, mais par la Mauritnie. Ces pays que nous allons virer se rendront compte combien leur economie est depandante du Mali. Aussi nous devrons apprendre a consommer maliwns dans tous les sens; manger, habillement, meubles, medicamments traditionels, etc…

  2. quand nous parlons de quitter la cedeao

    la plus part des gens pensent que c`est impossible

    et pourtant c`est une chimère que de penser que c`est impossible……..
    je ne donnerai pas d`exemple car les éternels pessimistes me diront que les cas sont différents.

    je vous dis une chose /tant que tu ne prend pas ton destin en main personne ne le fera A ta place.
    telle sont les fondements de la loi de l`attraction.

    il faut vouloir Aller quelque part tout d`abord avant de pouvoir le faire…..
    le jour ou Paul Kagame a remplace sur le champ le francais leur langue officielle par l`anglais
    on aurait du me dire que c`est pas possible au Mali ou même que le Mali est continental /
    penche toit sur ton sort et les autres te respecteront /le Rwanda est bien un pays continental comme le Mali…………je pourrais remplir cette toile d`exemple.tant que nos dirigeants ne prenent pas de décisions audacieuses radicales ,il y aura toujours des révolutions cycliques accompagnées de coup d`états de libération point de doute la dessus…………..

  3. LES VOISINS DE LA CEDEAO SONT DES AMIS ENEMIS DU MALI.
    SES SYNDICATS DE CHEF D’ETAT N’ONT JAMAIS ET NE VONT JAMAIS SOUTENIR LE PEUPLE MALIEN.
    DONC IL EST IMPORTANT DE TROUVER D’AUTRES PARTENAIRES SERIEUX.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here