Affaire Birama Touré : Qui veut jeter de l’huile sur le feu ?

22

A la suite de sa disparition en janvier 2016, l’Affaire du journaliste Birama Touré du journal ‘’Le Sphinx’’ qui, même, prise très au sérieux par les autorités du pays, est devenue pour certains, un exercice favori de nuisance et de discrédit, basé sur des suppositions. Chose qui, dans un Etat de droit, doit interpeller les intelligences les plus justes.

 L’on se rappelle des premières heures de la disparition du journaliste Birama Touré en janvier 2016. C’était comme hier : C’est toute la presse du pays qui s’est levée pour demander aux premiers responsables maliens à aider à retrouver leur confrère qui venait de quitter son journal.

Les jours qui ont suivi, les associations de presse et les premiers responsables des médias maliens ont été reçus par qui de droit et rassurés à travers l’ouverture d’une enquête judiciaire à ce sujet.

Quant à ce qui pourrait justifier sa mystérieuse disparition, ses proches collaborateurs qui veulent de ses nouvelles, n’avaient en tout cas écarté aucune hypothèse.

Néanmoins, il leur a semblé étonnant qu’un  journaliste dont l’œuvre s’est toujours résumée aux reportages se soit éclipsé de la sorte.

Où est-il donc rentré ?

Si simultanément aux enquêtes ouvertes, plusieurs sources ont tenté de blâmer l’Etat, il s’est avéré de ce côté que rien n’a été épargné en termes de voies et moyens pouvant permettre à retrouver le journaliste malien dont rien ne peut expliquer la disparition.

Interrogé par ses confrères, le Directeur du Sphinx Adama Dramé n’avait exclu «aucune hypothèse. Nous sommes un journal qui dérange, mais je veux préciser qu’à ce stade, rien n’indique qu’il y a un lien avec le métier, nous n’en savons rien », avait-il ajouté.

A pied d’œuvre, Dramane Aliou Koné, le Président de la Maison de la Presse a dit avoir approché les différentes autorités du pays pour la cause, citant le Premier ministre, le ministre de la Sécurité, le ministre de la Communication et les Services de renseignement, tous informés de la situation.

Sur le dossier qui n’en finit pas d’alimenter les rumeurs les plus folles, c’est tout l’appareil de l’Etat malien qui est mobilisé. Mais que malgré les efforts, rien. Birama reste introuvable.

Dans certains milieux sévères à l’égard du pouvoir en place, l’on claque le doigt accusateur, « sans moindre preuve », regrette-t-on du côté des autorités qui se disent être au four et au moulin pour retrouver le journaliste.

Aujourd’hui encore, ils reviennent à la charge. Et si l’on s’en aperçoit du mode opératoire, tout laisse croire que ceux qui profitent de cette disparition, se l’en servent pour atteindre leurs objectifs.

Alors que du côté de la justice, peu d’informations circulent, et rien n’indique le sort définitif du premier concerné.

Quoiqu’il en soit à ce stade, personne n’a intérêt à jeter l’anathème sur telle ou telle responsabilité tant que les preuves de l’assassinat ou de vie du journaliste sont absentes.

En se précipitant aussi pour faussement détourner les esprits vers des hypothèses affolantes, l’on s’auto flagelle. Car, la vérité sur Birama éclatera un jour.

C’est pourquoi, il est d’ores er déjà souhaitable que la raison prime sur les intérêts et les subjectivités. Sinon, ce ne serait bénéfique ni pour ses confrères, sa famille, ni ses collaborateurs, encore moins sa famille.

 

Mamadi Cissé, enseignant (Contribution).

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

22 COMMENTAIRES

  1. Monsieur l’enseignant journaliste! Nous espérons que vous soyez autant un bon enseignant que journaliste (très professionnel). Pourquoi ne pas nous renseigner sur la position de l’avocat de Bourama Toute?! A-t-il renoncé à “tout usus” dans le dossier… ?

  2. Rien ne peut s’ériger contre la volonté divine, Birama TOURE sera retrouvé sans équivoque, cela est indéniable. Aussi, les bourreaux de Birama seront démasqués et très bientôt car Allah juge sans partie-pris, il n’est pas comme nos juges et avocats qui préfèrent couvrir les voleurs en déclarant les non lieux pour des milliards dérobés à l’état. L’affaire Birama sera élucidé très bientôt.

  3. Les personnes qui veulent que le Mali soit détruits periront bien avant que cela ne puisse avoir lieu.
    Au lieu d’accuser les gens impunement; il faut bien apporter des preuves des affirmations que nous faisons.
    Les personnes qui n’ont pus rien à dire sur la gestion du président de la république parce que l’intoxication passant difficilement de nos jours sont celles qui veulent utiliser ce sujet assez sensible pour mettre à mal le président de la république.
    Même si on veut le pouvoir à tout prix; il faut au moins un peu de décence.

  4. Certes nous déplorons la disparition du journaliste Birama Touré, mais ces fausses accusations vont complètement à l’encontre de la déontologie du journalisme. Vous les journalistes aviez l’obligation de donné des bonnes informations à la population, donc arrêtez vos diffamations et arrêtez également de prendre parti. Le Mali est un pays de paix et de tolérance sinon de telles accusations est passible d’une peine de prison avec des amendes. Cependant il faut que la justice fasse son travail en sanctionnant ces genres de comportement.

  5. Boubacar yalkoue pour c qui n le savent pas encore est un journaliste aigris qui est a la solde de rasta donc ces publication sont à prendre avec des pincettes tan l’homme est vicieux malhonnête corrompu il c cache derrière sa profession pour essayer de nuire a I B K dont la cote de popularité est en hausse ces temps si

  6. On voie très claire dans cette affaire de disparition du journaliste birama touré il faut faire parts des choses c journaliste boubacar Yalkoue qui lance ces rumeur sur karim est en réalité le porte-parole caché de rasta a partir de la on comprend la manipulation qui c trame derrière cette affaire

  7. Tout ce que je dis au malien faisons beaucoup attention aux intoxications, si birama est disparu personne ne sait ou ce dernier ce trouve, il incombe à nous tous de lui chercher sous l’eau et non de mettre la disparition de ce dernier sur un homme ou sur le régime en place sinon tout le monde sait ce que le pouvoir en place fait pour défendre les journalistes dans la quête de leur droit.

  8. Personne ne pourra compromettre la popularité du président IBK, nous savons que l’enjeu des polémiques sur la disparition de Birama vise à inculpé les proches du président IBK mais aucun malien ne va croire à votre manigance car le souhait du président du président IBK est tous les maliens soient à l’abri d’une telle tragédie.

  9. Si l’Etat ne defendaient pas les journalistes ,aujourd’hui trouvera aucun journal ou journalistes en service ,combien de journaliqtes devaient pourrir en prison ,mais l’appuie de gouvernement ils ont ete sauvés donc n’accusons pas l’etat dans cete affaire .Mais comme ces bandes d’escrots ,asoiffés du pouvoir qui ne cessent de corompre les journalistes pour devaloriser le pouvoir en place cette affaire est la votre .

  10. On doit comprendre ces vendus de Rasbath et Boubakar Yalcoué qui chercheur de nom au près de Rasbath .Ils n’ont plus d’autres sources d’inspiration c’est pourquoi ils rebattent sur cette vieille histoire qui créer des bouleversements dans le pays .Qu’ils sachent que leurs sales méthodes n’aboutira pas .

  11. Ceux qui veulent mettre l’huile au feu tous les maliens les connaissent bien et belle ,vous qui bouchez les oreilles et yeux des maliens avec vos pourris journaux ,detraceurs que vous etes ,ils n’ont pas fini hein c’est le pays mm qu’ils veulent mettre en peril ,mais heureusement vous faites face a une societe eveillée .Allez y dans vos coins reculés pour avoir des interlocuteurs et leceurs comme vous qui vont vous croire ,on a en marre de vous ,bande hypocrites .
    Nous faisons entierement confiance a notre Etat a toutes ses institutions .

  12. le regime en palce est un regime exemplaire qui n’a pas son droit là?
    Il est qui pour lui faire disparaitre ,il y’a des elements plus dangeureux ici ,tel que Ras bath ,boubacar yalcoué ?
    si c’etait le regime qui etait fautif lui retrouver serait a la hate ,la justice est apte ,la securité d’etat en plus .Donc n’accusez personne dans cette affaire .Chacun a son destin .Y’a des gens qui disparaissent nuit et jour pourquooi vous accusez pas L’Etat ?puisque c leur destin ou des comptes a rendre ,faites confiance a la justice chers maliens et parliculierement les journalistes .

  13. Dans cette affaire de disparition il y’a plusieurs hypotheses pour ceux qui ont une bonne pensée ,quelqu’un d’autre peut avoir un mepris a son egard pour lui faire disparaitre ;si non l’etat n’a rien a avoir dans cette nation

  14. Les pseudos détracteurs veulent forcement indexer le pouvoir en politisant tout pour avoir de l’estime. Birama peut avoir des antecedants avec n’importe qui qui n’a rien avoir avec les autorités. Les enquetes sont en cours et situeront tout le monde. Il est temps qu’on arretent d’accuser les gens sans preuves qui ne que mettre a mal la cohésion

  15. Celui qui veut mettre de l’huile sur le feu dans cette histoire; c’est bel et bien le pseudo rasta par l’intermédiaire de son lèche botte Boubacar Yalkoué qui n’a de domaine de prédilection que de s’attaquer au président de la république.
    C’est parce que nous réfusons de voir les choses en face sinon Yalkoué a publiquement dénoncé le fait qu’il ne réçoive plus de marché de la part du gouvernement donc ses actions ne doivent plus nous étonner.
    Il est en campagne d’intoxication sur pour se venger, chose qu’il n’aura pas.

  16. Le savoir parler manque a beaucoup si non personne ne peut defendre cet etat de Karim et Son pere ils sont coupables de tous ces actes indignes qui se produisent dans le Mali .Comme un journaliste peut disparaitre ainsi ,ou sommes nous dans un etat de droit je dirai non et non .
    ILs savent bien ou se trouve Birama .La presse aussi se laisse faire si non pourquoi se taire meme a une seconde sur l’affaire de la disparition .

    • Et qu’est ce que vous voulez que la presse fasse quand celle-ci n’a aucune preuve concrète pour incriminer qui que ce soit?
      Il ne suffit pas d’accuser pour accuser mais il faut que cela soi fondé et donc il faut des évidences.
      Quand la presse aura des preuves elle parlera mais tant qu’elle n’en aura pas; elle doit se garder de se lancer dans les diffamations comme Yalkoué le fait.

  17. cet Etat est honteux ,comment peut-il se faire qu’un journaliste disparaisse d’un claque de doigt comme de l’eau versée ? Ou sont les responsable de ce pauvre Mali ?

  18. Non vraiment je suis désolé pour le pauvre Birama, sinon ça devrait être soit Yalcoué, soit Ras bath, ou Souleymane Koné, pourquoi pas DAK lui même le président de la maison de la presse parce que les journalistes maliens sont des menteurs, qui ne mangent que le mensonge seulement.

  19. Yalcoué et Ras bath pense qu’il peut faire perdre à Karim ce qu’il a dans ce pays mais vous vous trompez pour rien parce que dans la vie chacun à son destin à lui, le destin de Karim c’est être élu de son Etat et par contre pour vous c’est de mentir sur lui sans les preuves, des pauvres cons.

  20. Tout ce que je dis au malien faisons beaucoup attention aux intoxications, si birama est disparu personne ne sait ou ce dernier ce trouve, il incombe à nous tous de lui chercher sous l’eau et non de mettre la disparition de ce dernier sur un homme ou sur le régime en place sinon tout le monde sait ce que le pouvoir en place fait pour défendre les journalistes dans la quête de leur droit.

Comments are closed.