Taliban du Mali

0

A l’heure où l’Afghanistan est tombé aux mains des Taliban, n’oublions pas que certains au Mali souhaitent un dialogue avec les groupes djihadistes. En opposition évidente avec le principe même de la lutte contre le terrorisme, cette doctrine met fin à la guerre menée par les forces armées maliennes, appuyées par les militaires de l’opération Barkhane et du G5 Sahel. Cette campagne aura permis d’empêcher de nombreuses attaques sauvages envers des populations civiles, et de neutraliser plusieurs chefs terroristes.

La lutte contre le terrorisme ne peut se concevoir sans un Etat stable, et l’application de l’accord d’Alger définissant la coordination des groupes armés signataires est une nécessité absolue. Au Mali, les différents acteurs ont désormais les moyens d’empêcher la prolifération de la perversion et de la cruauté. Maîtres de leur destin et accompagnés par l’esprit de résistance de certaines populations, ils sont aujourd’hui en mesure d’imposer la paix durablement.

Si le retrait brutal des troupes américaines d’Afghanistan a provoqué la reprise immédiate du pays par les Taliban, la transformation du dispositif militaire français se fera progressivement en accompagnement des forces armées maliennes et avec l’appui grandissant de la force Takuba. Enfin, le 15 juillet, Antonio Guterres a annoncé son intention de porter à 15 000 le nombre de militaires de la MINUSMA, renforçant ainsi la coopération dans la lutte contre le terrorisme.

Même s’il ne s’agit que d’une estompe pour adoucir les traits de la charia, les Taliban sont parvenus à esquisser une légitimité illusoire, qui leur a permis d’arriver au pouvoir sans rature.

A l’inverse, les groupes djihadistes au Mali affichent sans nuance leur silhouette de pillards-prédateurs.

Et face à l’obscurantisme, un nouveau plan de défense se dessine.

 

Boubacar Samba

@BoubaleSamba

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here