Visite présidentielle en 4eme région : IBK donne un coup d’accélérateur au développement de Ségou

Accompagné d’une forte délégation,  le Président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, a entamé une visite dans la région de Ségou le lundi 7 décembre, qui prendre fin le samedi 12 décembre  2015. A cette  occasion, sous la protection d’un impressionnant dispositif sécuritaire, il a livré aux populations de Ségou des infrastructures socioéconomiques. Ce qui motive la mobilisation monstrueuse des habitants de la capitale des balanzans.

0
Ibrahim Boubacar Keita IBK lors de son accueil à Barouéli

Dans le cadre de sa visite à Ségou pour non seulement prendre contact avec la population et les livrer des infrastructures de développement socioéconomique, le Président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta a aussi recensé les préoccupations des Ségoviens. Ensuite, il a partagé avec eux sa nouvelle vision pour un Mali meilleur de demain.

Ainsi, il a procédé au lancement et à l’inauguration de plusieurs infrastructures de développement socioéconomique.  A Ségou, le chef de l’Etat a lancé les travaux de 2×2 voies de la section –San sur 7  km de la route nationale 6 ; de 10  km dans la ville  de Ségou et d’un échangeur au carrefour de Markala. L’objectif de ces travaux routiers est de décongestionner le trafic à l’entrée Est de la ville de Ségou tout en mettant en place des ouvrages modernes permettant d’améliorer la sécurité et la qualité de vie des citoyens.

A en croire le ministre de l’Equipement, des Transports et du Désenclavement, Mamadou Hachim Koumaré, la réalisation de ces infrastructures est la concrétisation d’une promesse du Président IBK à faire du Mali une puissance exportatrice de ses produits. Pour ce faire, soutiendra-t-il, il faut la construction des infrastructures adéquates. D’où l’importance des présents travaux. Dans son intervention, il soulignera que l’échangeur coûtera 8 milliards de FCFA. Les 10 km nécessiteront l’investissement de 11 milliards. Quant à l’aménagement de 2×2 voies, il coûtera 9 milliards. Avant de souligner que la réalisation des présents travaux est financée par la Boad à hauteur de 96% et 4% par l’Etat malien.

A l’occasion de cette activité, le Maire de la commune urbaine de Ségou, Ousmane Simaga a salué les efforts investis par le chef de l’Etat pour le développement du Mali en général et celui de Ségou en particulier. Outre la réalisation des routes, il a gratifié IBK d’avoir offert un échangeur à Ségou, premier du genre dans une région du Mali. Toutefois, il a déploré l’état de dégradation de la route Ségou-Bamako qui n’est même pas encore réceptionnée.

Dans son intervention, le chef de l’Etat, IBK dira que Ségou étant une ville malienne de renommée internationale et carrefour entre le Sud et le Nord attendait avec impatience la construction des présentes infrastructures pour être à hauteur de réputation. En plus, ajoute IBK,  le rôle des routes dans le développement d’un pays n’est plus à démontrer. Pour cette raison, il a exprimé sa volonté à réaliser de tels travaux dans les autres capitales régionales du pays. Nous mettrons tout en œuvre pour le développement du Mali au grand bonheur des Maliens, précisera IBK.

Pour la  création de 400 emplois à Ségou

IBK pose la 1ère pierre des travaux d’extension du site industriel du Moulin moderne du Mali

Juste après avoir lancé les travaux susmentionnés, le Président et sa suite se sont rendus sur le site industriel du Moulin moderne du Mali appartenant à l’opérateur économique, Modibo Keïta.

Pour la circonstance, Modibo Keïta, communément appelé Gdcm, dira que ce projet vise à promouvoir la transformation de nos produits agricoles afin de poser les jalons pour une agriculture moderne et compétitive  au plan international. Financé par un pool bancaire à hauteur de 36 milliards de FCFA, l’extension de son site industriel consistera à réaliser 7 nouvelles unités. Il s’agit, entre autres,  d’une unité de farine qui produira 90 000 tonnes par an, d’une semoulerie de blé pour une production prévisionnelle de 90 000 tonnes par an et d’une unité de mil et de maïs qui produiront chacune 43 200 tonnes par an.

A en croire les responsables du Moulin moderne du Mali, ces unités qui seront opérationnelles dans 18 mois créeront 400 nouveaux emplois.

Ce qui amènera le ministre du Commerce, Abdoul Karim Konaté à dire que ce projet est une source de fierté nationale. Car non seulement elle créera des emplois, mais aussi répondra aux préoccupations de déficit de notre balance commerciale.

Rappelons qu’auparavant, tôt le lundi matin, la tournée présidentielle a commencé sa visite par Baraouéli, où IBK s’est entretenu avec la population. A cette occasion, le maire de cette ville, Mohamed Tounkara, a salué les efforts consentis par le Président de la République pour le développement de sa commune. Notamment, la construction de 50 logements sociaux et l’extension du Lycée public de Baraouéli. Toutefois,  pour désenclaver davantage le cercle,  il a sollicité le bitumage la route Baraouéli- Tamani et la construction d’un marché moderne dans sa ville.

Dans cette ville réputée pour son islam multiséculaire, le chef de l’Etat a sensibilisé la population contre toute infiltration des terroristes qui ternissent l’image de cette belle religion qui est l’islam. Dans ce même registre, il a sollicité le soutien de Baraouéli qui pratique le vrai islam, l’islam tolérant, à barrer la route aux pseudos djihadistes.

S’agissant des préoccupations soulevées par le Maire Tounkara, IBK dira qu’il n’a rien au cœur si ce n’est le développement du Mali. Fort de cet engagement, il a rappelé qu’il a augmenté à 15%  la part du budget allouée à l’agriculture. Avant de subventionner 1000 tracteurs attribués aux agriculteurs. Partant, il promettra à Baraouéli de satisfaire ses besoins de bitumage et d’électricité.

Inauguration du château d’eau de Macina  et fin du calvaire des habitants

Le mardi 8 décembre 2015, le Président de la République a inauguré un château d’eau à Macina. Ledit ouvrage qui a coûté 360 millions de FCFA se présente comme suit: un château d’eau en béton armé de 150 mètres cubes, érigé à 25m sous cuve; un réseau de conduite de 10 700 mètres linéaires de long; 16 bornes fontaines à 2 robinets; 12 branchements particuliers ; 1 groupe électrogène de 13,5KVA sous abri; 1 local avec un dispositif de chloration. S’y ajoute un forage d’alimentation de 21 mètres cubes/heure. Une occasion pour le maire de Macina, Karim Tangara, d’exprimer sa joie pour la réalisation du château d’eau, des aménagements rizicoles et la construction des 50 logements sociaux en cours. Cependant, il a égrené un chapelet de doléances. Il s’agit de l’aménagement de 10 000 hectares dans le casier de Soumouni et le réaménagement du casier rizicole phases 1 et 2 de Macina. A cela s’ajoute le bitumage de la route  Macina-Téninkoun.

Visiblement ému, le Président IBK déclarera : «c’est du bonheur. Avec la réalisation de château d’eau, les maladies diarrhéiques s’éloigneront de Macina ». A la BAD qui a financé ce projet à hauteur de 68%, il lui a exprimé sa reconnaissance. Car, dit-t-il, l’eau est source de la vie. Celui qui apporte de l’eau potable est un véritable ami.

Quant aux revendications des Macinaké, il leur promettra de faire tout son possible pour combler les attentes de Macina en terme d’aménagement et de développement des infrastructures routières.

Pour sa part, le ministre de l’Energie et de l’Eau, Mamadou Frankaly Keïta, indiquera que la réalisation du présent ouvrage prouve l’attachement du Président Keïta à la mise en œuvre de sa politique pour laquelle le peuple l’a plébiscité. Il s’agit d’améliorer le cadre de vie de nos populations dont l’accès à l’eau potable en quantité et en qualité est une condition essentielle.

Après avoir salué la BAD pour son appui constant à notre pays, le ministre Keïta a invité les bénéficiaires à une utilisation judicieuse du château d’eau.

Précédemment, dans la même journée, le Président de la République a visité le Canal de Kolongo, dans la zone Office du Niger, à Macina. Sur ces lieux, il a visité les cages flottantes empoissonnées et les potentialités de la retenue d’eau permettant d’installer d’autres cages empoissonnées. Les objectifs  recherchés, expliquent les techniciens de l’Office du Niger, sont : installer et empoisonner 180 cages flottantes dans la zone Office du Niger; fournir 540 tonnes d’aliment poisson; fournir 2 340 000 alevins et de former 900 jeunes à la conduite de la pisciculture.

A cette occasion, IBK dira que c’est un gage à préserver les ressources halieutiques du Mali et souhaite que chaque jour la production augmente pour nourrir tout le Mali. «Ce que j’ai vu en préfiguration sera de nature à émerger l’ensemble des solutions», a espéré le chef de l’Etat.

Oumar KONATE  depuis Ségou

 

INAUGURATION DU POSTE DE TRANSFORMATION ELECTRIQUE DE NIONO

L’infrastructure a couté plus de 10 milliards de nos francs

Dans le cadre de sa visite dans la région de Ségou, le Président de la République s’est rendu à Niono ce mercredi 9 décembre 2015. Une visite qui a redonné l’espoir de vivre aux populations de ladite ville avec l’inauguration d’un poste de transformation électrique.

A la suite des lancements et inaugurations des infrastructures de développement à Ségou et à Macina les lundi 7 et mardi 8 décembre 2015, Niono a eu son lot de bonheur ce mercredi. En effet, le Président IBK a inauguré un poste de transformation électrique réalisé dans le cadre du renforcement du réseau électrique interconnecté d’EDM-SA.  Il s’agit d’une liaison de 63KVA Ségou-Markala-Niono.

Ce projet a été réalisé en partenariat avec la Banque ouest africaine de développement, (Boad) et a coûté  10,3 milliards FCFA, à en croire les responsables du département de l’énergie et de l’eau. Selon eux, ce projet a permis entre autres : de raccorder de la ville de Niono au réseau interconnecté en procédant à l’arrêt de la Centrale thermique existante ; d’améliorer l’alimentation en électricité de la localité de Markala ; de fournir de l’électricité aux unités agro-industrielles de la zone. Et aussi d’électrifier les localités de la zone Office du Niger aux immenses potentialités. En plus, ce projet contribue à la création d’emplois directs et indirects à travers les recrutements effectués par EDM. Et l’augmentation des activités tributaires de l’amélioration de qualité et de la desserte en électricité, ont-ils laissé entendre.

A la suite de l’inauguration du poste de transformation électrique, le chef de l’Etat n’a pas caché sa satisfaction. Car pour lui, non seulement l’électricité contribue à l’amélioration de la sécurité, mais aussi à l’attraction des industriels dans la localité. Il se dit aujourd’hui soulagé après l’inauguration de cette infrastructure qui, dit-il, le met à l’aise devant n’importe quel investisseur qui désirerait  installer une unité industrielle à Niono.

Niono gratifie IBK pour ses actions

En meeting devant le pied-à-terre de Niono, IBK a été chaleureusement accueilli et adoubé par le public. Pour la circonstance, le maire de Niono, Moriba Coulibaly a salué le chef de l’Etat pour l’intérêt qu’il accorde à l’agriculture. «Nous vous remercions pour l’augmentation du budget alloué à l’agriculture, à la subvention de 1000 tracteurs et à la réalisation de notre poste de transformation électrique qui met fin aux coupures intempestives », ajoutera-t-il. Il saluera aussi IBK pour la mise à la disposition des services de  santé de deux ambulances avec des options modernes. Cependant, le maire égrènera un chapelet de doléances, notamment la réhabilitation de leur grand collecteur obstrué qui ne cesse de provoquer des inondations. A cela s’ajoutent le renforcement et l’équipement des forces de sécurité et de  défense de la zone, compte tenu de sa position géographique, ainsi que la rénovation du palais de justice.

Impressionné par la mobilisation de la population, IBK a réaffirmé son engagement à faire de l’agriculture le moteur de développement économique de notre pays. Pour ce faire, il se dit déterminé à moderniser et mécaniser l’agriculture. En plus de cela, pour l’atteinte de ses objectifs, le chef de l’Etat estime que la subvention des intrants agricoles et des matériels, qui sont les conditions premières, nécessitent une augmentation du budget alloué à l’agriculture.  « À Maputo, il a été décidé que chaque pays africain accorde 10% de leur budget national  à l’agriculture. J’ai décidé de faire mieux en accordant 15% du budget national au secteur afin de promouvoir l’’autosuffisance alimentaire», soutient IBK.

S’agissant de l’Office du Niger, IBK regrette la faible exploitation de la zone. Sur plus d’1 million d’hectares, seulement 127 000 hectares ont été aménagés. Pour améliorer cette situation, il a promis de faire son mieux pour valoriser le reste de l’espace non exploité. Avant de terminer, il incitera la jeunesse à développer l’esprit d’entreprise et de s’investir dans l’agriculture car la terre ne ment pas.

Oumar KONATE Envoyé spécial à Ségou

PARTAGER