Approvisionnement du pays en produits de première nécessité et évolution des prix à la consommation: Le ministre Mahmoud Ould Mohamed fait le point

0

Dans un exercice qu’il s’est donné de rencontrer régulièrement les journalistes pour faire le point de l’état d’approvisionnement du pays en produits de première nécessité et présenter l’évolution des prix à la consommation, afin d’informer à travers la presse les populations et couper court aux rumeurs circulant en ce moment sur les réseaux sociaux, le ministre de l’Industrie et du Commerce, Mahmoud Ould Mohamed a animé le vendredi 5 novembre dernier dans son cabinet, une conférence de presse. Il était accompagné par le président de la CCIM, Youssouf Bathily et Boukadary Doumbia, DG de la Direction général du commerce et de la concurrence (DGCC). Cette conférence de presse intervient à quelques jours de la grève des boulangers consécutive à l’augmentation fulgurante du prix du pain sur les marchés à Bamako.

Dans son intervention, le ministre dira qu’en réponse aux effets de la Covid-19, le Gouvernement de transition a adopté de mesures d’incitation fiscales au cordon douanier. Malgré tout, selon le ministre Mahmoud Ould Mohamed, les opérateurs économiques retenus n’arrivent pas effectuer à souhait leurs transactions commerciales en raison de la rareté des conteneurs, du renchérissement des prix des denrées sur le marché international et des frais maritimes et logistiques.

Cette situation peu reluisante affecte tous les pays du monde, qu’il soit développé ou en développement, selon le conférencier, le Mali ne faisant pas exception.

S’agissant de la filière farine/pain, selon le ministre, le prix du pain fait l’objet d’un consensus entre le Gouvernement et l’ensemble des acteurs du sous-secteur au sein d’un cadre de concertation mis en place à cet effet.

En application du protocole d’accord signé le 30 mars 2021, le prix consensuel du pain aux consommateurs a été fixé à 250 FCFA pour le pain de 300g et 125 FCFA pour celui de 150g et celui de la farine aux boulangers à 20 000 FCFA le sac de 50kg au maximum, a-t-il rappelé. Et de déplorer que l’application du protocole a été interrompue le 1er novembre 2021, suite à une déclaration unilatérale d’augmentation du prix indicatif sur les réseaux sociaux par un groupe de boulangers mécontents de la fluctuation du prix de la farine aux boulangers.

En réaction, le ministre a indiqué que son département a pris des mesures de représailles pour maintenir l’ordre commercial et faire respecter les prix consensuels fixés.

A cet effet, il soulignera que le cadre de concertation mis en place auprès de mon département, tout en condamnant cette attitude, a décidé de se réunir prochainement pour examiner les préoccupations des acteurs en lien avec l’augmentation du cours mondial du blé.

AMTouré

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here