Barrick Gold Cooporation : Le défi de l’émergence du Mali

1

Le Complexe Loulo-Gounkoto de la société minière Barrick Gold Corporation a organisé le vendredi 22 janvier dernier, un forum d’information sur la contribution de Barrick au développement du Mali. La cérémonie était présidée par M. Abass Coulibaly, directeur général dudit complexe, en présence des autres responsables. Pour la circonstance, des patrons des entreprises de sous-traitance locale étaient présents pour témoigner l’apport de ladite société à l’épanouissement de leurs entreprises respectives.

Ceux qui pensent que l’or ne brille pas pour le Mali, n’ont peut-être pas compris. En tous cas, il ressort de ce forum de la société minière Barrick Gold Corporation, ex Randgold Ressources, que l’or brille. Et d’ailleurs, cette société ne ménage aucun effort pour que le Mali soit un pays émergent. Sa politique de nationalisation de son personnel est tout d’abord un fait marquant. Sur un total de 5 322 employés, 5 106, soit 96% sont des nationaux. Sans oublier l’apport au développement des localités riveraines à travers des projets. En bloc, tout porte à croire que l’or brille pour le Mali. Au cours de ces 24 dernières années, Barrick a payé à hauteur de 2,9 milliards de dollar sous forme de dividendes, taxes et redevances. De surcroît, la contribution des trois mines de Barrick représentait au cours de ces dix dernières années entre 5 à 10% du PIB du Mali.

Le contenu local, une réalité à Barrick !

275 millions de dollars, c’est le montant qu’a payé Barrick aux sous-traitants et fournisseurs locaux en 2020 (services, achat de pièces de rechanges et du carburant). Pour témoigner leur reconnaissance à la société qui fait en sorte que le concept contenu local soit une réalité au Mali, plusieurs fournisseurs et patrons des entreprises de sous-traitance partenaires de Barrick étaient présents à ce forum. Parmi lesquels, M. Mamadou Yara, Directeur Général de la société d’hydrocarbure « Yara Oil », M. Adama Sidibé, Président Directeur Général de l’Établissement Adama Sidibé, le patron de l’entreprise Traoré et Frère, M.Yaya Traoré. S’y ajoutent M. Mamadou A. Diagne, Directeur de l’opération de AFRILOG ; Nadiourou Dabo, directeur général de DABO&Compagnie et M. Abdoulaye Kalambery, PDG de l’entreprise EAK, pour ne citer que ceux-ci. Tour à tour, ces chefs d’entreprise ont fait la genèse et l’évolution de leur collaboration avec Barrick qui est l’image du panafricaniste Mark Bristow. Dans leur témoignage, ils se sont dits satisfaits de la bonne relation qu’ils entretiennent avec cette entreprise qui leur a permis de grandir et contribuer à leur tour à l’économie nationale aussi bien qu’à la lutte contre le chômage à travers la promotion de l’employabilité dans notre pays.

Le témoignage poignant du DG de Yara Oil qui est un produit de Barrick !

En répondant à la question qui est de savoir si la politique de Barrick permet aux nationaux de se développer, Mamadou Yara, le Directeur général de la société d’hydrocarbure a répondu en ces termes : « La politique de Barrick a toujours été articulé autour du développement des sous-traitants locaux depuis le début. Yara Oil qui évolue dans les hydrocarbures depuis plus de 30 ans, est un produit de Barrick. On a commencé avec Barrick en 1996, à l’époque c’était Randgold Ressources et on est toujours avec la société après des années. Notre collaboration avec Barrick nous a permis de développer notre business dans un autre sens. Notamment dans le domaine de la technologie, la formation sur les différentes techniques d’approvisionnement des sociétés minières. Choses qui nous ont permis de grandir et de développer, voire d’occuper une place de choix dans notre secteur d’activité qui est consacrée à l’importation, le stockage et la distribution des hydrocarbures au Mali », a-t-il expliqué, avant de révéler que Barrick représente 50% de son chiffre d’affaire.

Par rapport à l’autre question de savoir si l’or brille pour le Mali, il répond par Oui.  Pour que l’or continue de briller, il pense qu’il faudra développer d’avantage la sous-traitance locale. Pour ce faire, il invite la société Barrick à redoubler d’efforts et d’être patiente. En ce sens que pour faire face aux exigences de la mine, les sous-traitants doivent être prêts techniquement. Il faudrait donc les accompagner et les former pour renforcer leur capacité et au finish, c’est un partenariat gagnant-gagnant. « Ce qui m’a personnellement marqué durant ma collaboration avec Barrick, c’est la disponibilité de toute l’équipe. Chose qui m’a aidé à m’agrandir et à me développer. Mes sincères remerciements à Mark Bristow qui joue un rôle de directeur commercial pour moi. Il m’encourage et m’ouvre des portes. Ce qui m’a donné la chance de collaborer avec d’autres sociétés consœurs. Aujourd’hui, je suis dans plus de 80% des mines au Mali », nous confie-t-on. Et M. Yara de conclure en invitant les plus hautes autorités, les responsables des mines, les sous-traitants et les populations à se donner la main pour que l’or brille encore mieux pour le Mali.

Adama Coulibaly

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here