Agriculture : Le coton malien peut mieux faire

0

Selon la Compagnie malienne pour le développement des textiles (CMDT), le Mali a manqué son objectif de production de la saison qui s’achève (2015-2016) de près de 100 000 tonnes. Le pays, qui n’a produit que 550 370 tonnes, peut dépasser ce niveau. Il attendait une production de 650 000 tonnes.

Pour les responsables de la CMDT, cette baisse est essentiellement imputable aux pluies tardives. En effet, durant la période d’emblavement il y a eu peu des pluies. Ce qui a entraîné des pertes. Egalement, à la fin de la saison, les pluies se sont poursuivies bien au-delà de la norme avec comme conséquence l’aggravation de la situation.

Toutefois, cette campagne a été marquée par une crise entre les producteurs et la direction de la CMDT autour du renouvellement du bureau de l’Union nationale des sociétés des coopératives de producteurs de coton (UN-SCPC). Selon certains producteurs de la zone de Koutiala, ce bureau est mêlé à l’importation d’engrais frelatés qui auraient coûté plusieurs dizaines de milliards à l’Etat malien.

Un bras de fer sans précédent était alors engagé entre l’ancien PDG Kalifa Sanogo et les producteurs. Au cœur du conflit, il y a aussi les ristournes dont le paiement est réclamé par les paysans, avant l’évacuation du coton graine dans les unités de transformation de la CMDT, concernent la campagne 2014-2015.

Cette revendication est doublée de celle portant sur le renouvellement du bureau de l’UN-SCPC. La direction de l’entreprise avait alors assigné en justice des meneurs du collectif des producteurs de coton devant le Tribunal de première instance de Koutiala. Elle reprochait aux paysans d’avoir refusé l’évacuation du coton graine vers les filiales de transformation, les manifestations pour le paiement des ristournes de la campagne passée et le renouvellement du bureau de l’Union nationale des sociétés des coopératives de producteurs de coton (UN-SCPC).

La réaction des producteurs de coton, qui ont eu le sentiment d’un mépris et un déni de leurs droits à manifester, a été l’organisation d’assemblées générales. Le mouvement de solidarité s’est étendu aux paysans de Fana, Sikasso et Kita. Le collectif des producteurs de coton des quatre filiales de la CMDT, réuni, le 22 Octobre 2015 à Bamako, a demandé le retrait immédiat de la plainte de la CMDT contre les producteurs, au risque de voir la réaction des producteurs de coton de Koutiala s’étendre à l’ensemble des quatre filiales de la CMDT, conduisant à la perturbation de la campagne d’égrenage qui venait de commencer.

Une marche pacifique que le Collectif de producteurs avait programmé de tenir à Bamako, le vendredi 30 Octobre 2015, a été interdite par la mairie de la Commune III du district. Cette marche concernait le Collectif des producteurs de coton des quatre filiales (Koutiala, Sikasso, Fana, Kita) et de l’OHVN.

Les doléances au centre de cette marche avorté sont toujours d’actualité: la suspension des activités de l’actuel bureau de l’Union nationale des sociétés des coopératives de producteurs de coton (UN-SCPC); l’arrêt des travaux et la dissolution de la commission d’appel d’offre des intrants agricoles de la campagne 2016/2017; le paiement des ristournes sur les bénéfices de la vente du coton de la campagne 2014/2015; le renouvellement des instances de l’UN-SCPC conformément aux textes en vigueur.

En dépit de cette contre-performance, le pays enregistre un niveau de production similaire à celui de la campagne précédente. Le Mali est le second producteur d’or blanc de l’Afrique de l’ouest derrière le Burkina Faso et devant l’éléphant ivoirien.

Fakoro Traoré

 

PARTAGER