Désenclavement du Mali : Les prouesses du ministre de l’Equipement

2
Sous la houlette de Mamadou Hachim Koumaré, ministre de l’Equipement, du Transport et du Désenclavement, l’année 2015 sera marquée par le lancement d’importants travaux de  désenclavement du pays en proie à une crise routière. La première phase de l’axe Bamako-Ségou est arrivée à échéance en février.

L’année 2015 verra le lancement de la deuxième phase de l’autoroute Bamako-Ségou, d’un coût de plus de 90 milliards de F CFA. Dans la région de Ségou, il sera construit un échangeur au rond-point de Markala suivi de 7 km en 2×2 pour desservir la Commune urbaine de Pélengana, cette commune devant abriter d’importants sites comme l’Université de Ségou et la nouvelle station d’énergie solaire. A Ségou l’avenue An-2000 (2×2) est en pleine rénovation. Une voie est en finition.

Il y aura le pont sur le fleuve Niger à Ségou qui va relier des zones à fortes potentialités rizicoles à la ville de Ségou. Les études de faisabilité y ont été déjà effectuées par une entreprise chinoise.

La route de Koulikoro, une voie accidentogène, sera également au cœur des activités du MEDT. Sur une distance de 60 km, elle sera revêtue en 2×2. En plus, de cette route de la Capitale de Méguétan sera reliée à l’autoroute Bamako-Ségou à partir du village de Zantiguila, à travers un pont prévu à Kayo sur le fleuve Niger.

Cet axe va raccourcir la distance entre la ville de Koulikoro à la 2e grande ville du Mali, Ségou, où l’on ne serait plus dans l’obligation de passer par Bamako. Le coût de réalisation de cet axe est estimé à plus de 100 milliards de F CFA dont le financement est convoité par deux grandes banques internationales.

D’autres ouvrages d’envergure existent comme le 4e pont de Bamako, financé par la Chine. Il faut ajouter l’axe Yirimadio-Tour de l’Afrique, Koro-Barrage, le cordon ombilical Sikasso-Koutiala et la route en 2×2 Sikasso-Zégoua et plein d’autres projets sont au calendrier du MEDT.

Quand on parle de désenclavement du Mali, il faut ajouter le développement de la navigation sur le fleuve Niger qui constitue la voie naturelle principale d’approvisionnement des localités du Nord en produits vivriers, en denrées de première nécessité comme l’huile, le savon et les tissus ainsi que les hydrocarbures.

En plus, il dessert plusieurs localités des régions de Koulikoro, Ségou, Mopti.  Pour ce faire, le MEDT vient de doter la Comanav de deux bateaux baptisés des noms du premier président du Mali indépendant, Modibo Kéita et d’un résistant touareg à la pénétration coloniale, Firhoun, ces deux bateaux seront bientôt mis en service avec le concours du concepteur chinois.

Ousmane Daou

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. que du bla-bla ce ministre ne fait que tourner en rond. tout ce que ce journaliste raconte n’est que des ambitions de tous les ministres successifs mais jamais réalisés!!
    là où les meilleurs ministres ont échoué c’est pas ce koumaré frileux sur tout qui va réussir
    wait and see

Comments are closed.