Commune II du district de Bamako : Polémique autour de l’aménagement de la rue 224 à l’Hippodrome

0

La mairie de la commune II du district de Bamako et les riverains de la rue 224 située à l’hippodrome sont à couteaux tirés au sujet de l’aménagement de ladite rue.

Rien ne va plus sur la rue 224 à l’hippodrome. Les riverains et la mairie ne parlent pas le même langage. Cette dernière est accusée de vouloir profiter de l’aménagement de la rue pour construire des magasins.

La mairie veut construire des magasins sur la bande de terre

Dans le cadre du projet d’assainissement et de développement urbain de Bamako (PADUB), il est prévu d’aménager la rue en une fois deux voies avec un terre-plein central. C’est justement autour de ceterre-plein que se situe tout le problème.

Selon les riverains, il ne fait aucun doute que la mairie veut construire des magasins sur la bande de terre. Ils en veulent pour preuve le flou entretenu par le maire, Aba Niaré. «Au cours d’une réunion publique, il a déclaré n’avoir pas à répondre à la question sur la construction d’un terre-plein central», confie un riverain.

Comme si cela ne suffisait pas, la population accuse la mairie de vouloir transformer la nature du projet. «Au lieu d’une fois deux voies, la mairie prévoit de construire une seule partie et construire des magasins à la place de l’autre», témoigne une autre source, qui ajoute «avoir tout fait pour avoir une copie de la maquette du plan au niveau du maire sans succès». «Pourquoi Aba Niaré ne veut-il pas nous donner le plan s’il n’a rien à cacher ?»s’interroge-t-il.

Par ailleurs, lors de la même réunion, le maire avait indiqué que les travaux débuteraient dans la première semaine de mars. «À ce jour, rien n’a été fait», commente un riverain. Pourtant, poursuit-il, la mairie  avait invité les occupants de la rue à quitter avant le 20 février, délai de rigueur. Ce retard dans le démarrage des travaux prouve aux yeux de la population la volonté de la marie de détourner la vocation initiale du projet.

La rue 224 morcelée

«La rue 224 a fait l’objet de plusieurs choses à la fois», reconnaît un agent de la mairie de la commune II, sous le couvert de l’anonymat. Il était prévu de recaser sur la rue 224 les victimes de l’opération de déguerpissement lancée par l’ex-gouverneure de la ville de Bamako, Ami Kane.

L’intransigeance de la population a contraint la mairie à abandonner le projet. Ce n’est pas tout. La rue 224 a fait l’objet de lotissement de la part de la marie du district de Bamako. Un des bénéficiaires, TénimakanDoumbia, a même assigné en justice, à deux reprises, les sieurs SambalySoumano et DamantanCissé devant le tribunal de la commune II.

Dans ses convocations, dont «Le Wagadu» a reçu une copie, le requérant  affirme être propriétaire de la parcelle de terrain à usage d’habitation n°HMS1/12 sise à l’hippodrome, objet de la concession urbaine n°001674 en date du 16 novembre 2107, suivant décision n°2900 en date du 29 août 2017 de la mairie du district. Il dit s’être heurté à la résistance des sieurs SambalySoumano et DamantanCissé qui l’empêchent de construire sa parcelle.

«Nous avons passé toute la journée au Tribunal à tourner en rond sans qu’un jugement ait lieu.J’ai tout de même saisi le maire de la commune II», précise DamantanCissé. À l’en croire, des personnes sont venues le voir avec quinze millions pour la jeunesse et une enveloppe spéciale pour lui, afin qu’il accepte la construction des magasins sur le site. «En plus de cela, je devrais avoir des boutiques», raconte-t-il.

«Techniquement, il n’est même pas possible de construire des magasins sur un terre-plein»

Approché son assistant indique que le maire, Aba Niaré, ne reçoit que les jeudis et nous a invité à prendre attache avec le secrétaire général de la mairie, Moussa Bouaré. Celui-ci se dit surpris de l’information. Selon lui, la mairie n’est qu’une croix de transmission.

«Il est vrai que le projet a été initié par la mairie. Mais c’est l’Etat qui a pris en charge le dossier à travers le décret 0050/P-RM du 7 février 2017. Les travaux sont déclarés d’utilité publique», a-t-il expliqué. Et d’ajouter qu’«en l’état des choses la mairie ne peut changer quoi que ce soit dans le projet initial».

Les terre-pleins sont, d’après lui, destinés à la plantation d’arbres. Maquette du plan exposée devant lui, Moussa Bouarépoursuit : «Techniquement, il n’est même pas possible de construire des magasins sur les terre-pleins», précise le secrétaire général. «Où seront les portes des magasins ?»s’interroge-t-il. Il affirme ne rien cacher dans cette affaire. Sur le démarrage des travaux, Moussa Bouaré indique que l’ordre de service a été signé le 15 mars. Les occupants ont un mois pour libérer les lieux.

Concernant le lotissement de la rue 224, le secrétaire général dit en être au courant et affirme avoir écrit au président du Tribunal pour lui expliquer la situation. Par ailleurs, il a aussi précisé que la mairie de la commune II n’est impliquée ni de près ni de loin dans le processus de lotissement. «Nous avons appris comme tout le monde et nous avons saisi qui de droit», assure-t-il.

Aux dernières nouvelles, une assemblée générale des riverains serait en gestation. Ils affirment soutenir le projet à la seule condition que l’on ne construise pas des magasins sur les terre-pleins.

Abdrahamane Sissoko

Source : Le Wagadu

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here