Grippe aviaire : Le département de tutelle annonce de nouvelles mesures

1

Suite à l’apparition de la grippe aviaire dans les périurbains de Kati, Sikasso et dans le District de Bamako, le ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche à travers la Direction nationale des services vétérinaires et le Laboratoire central vétérinaire de Bamako a fait un communiqué  pour informer l’opinion publique nationale sur le fléau.

Ils ont également procédé à des investigations qui ont révélé dans lesdites exploitations, l’infection au virus de la Grippe aviaire. Les mesures conservatoires suivantes ont été prises et édictées. Il s’agit sont entres autres de : la mise en quarantaine des élevages concernés; la désinfection des locaux et des matériels d’élevage; le vide sanitaire d’au moins 2 mois avant l’introduction de nouveaux sujets; l’installation des pédiluves à l’entrée des poulaillers; la destruction des cadavres par incinération et enfouissement ; le suivi sanitaire régulier des exploitations par les services vétérinaires.

Aussi, un plan d’urgence a été élaboré et est en train d’être mis en œuvre. Dans ce cadre la Direction nationale des services vétérinaires a dépêché deux (2) équipes auprès des Directions régionales des services vétérinaires de Koulikoro, Sikasso et du District de Bamako, avec pour mandat d’appuyer ces structures à la riposte à travers l’application correcte du plan d’urgence, notamment pour la prise des mesures administratives nécessaires et l’application des mesures sanitaires dans les zones touchées et à risques. Par conséquent, le ministre de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche invite : les professionnels de la filière à signaler toute mortalité aux services vétérinaires les plus proches ou aux autorités administratives et politiques de leur ressort;  les populations à ne pas manipuler et manger les oiseaux malades, de même que les cadavres de volailles.

Enfin, il rassure l’opinion publique que des mesures sont en cours pour contenir la maladie, afin de protéger la filière avicole.

Bréhima DIALLO

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Ces mesures n’iront nulle part et je me demande en fait si le département de tutelle veut réellement combattre ce mal ou bien ils le font juste pour qu’on ne dise pas qu’ils restent les bras croisés devant le problème “grippe aviaire”?
    Quand des foyers de grippe aviaire sont détectés dans des exploitations avicoles au Mali, quelles sont les mesures d’accompagnement prises par l’état pour aider l’aviculteur qui aura la malchance d’avoir cette sale maladie aviaire dans sa ferme? Vous voulez faire recours à l’abattage préventif de la volaille comme le font les pays sérieux sans pour autant faire ce que ceux-ci font dans pareille situation; qu’en est-il du dédommagement de tous les aviculteurs qui auront perdu leur business? Au Mali tant que l’état ne va pas mettre en place une structure chargée de dédommager les aviculteurs, personne n’ira se déclarer volontairement. On préfère se débrouiller à essayer de traiter la maladie pour ne pas tout perdre et la grippe aviaire aura eu tout le temps nécessaire pour se répandre.
    ASSUREZ LES AVICULTEURS MALIENS QU’ILS SERONT DEDOMMAGES A 100% SI LA MALADIE DANS LEURS FERMES QU’ILS VONT DECLARER S’AVERENT ETRE LA GRIPPE AVIAIRE ET VOUS VERREZ QUE LA MALADIE VA VITE ETRE ENDIGUEE.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here