Promotion de l’élevage par insémination artificielle : L’engagement ferme du département de tutelle

0

Le Gouvernement du Mali et le Royaume du Maroc avec l’assistance technique de la FAO organise depuis ce lundi, 09 décembre 2019 un atelier de formation de cinq jours à l’intention des techniciens d’élevage en insémination artificielle.

L’ouverture des travaux de cet atelier qui se déroulent au Centre National de l’Insémination Artificielle Animale (CNIA) était placée sous la présidence de Dr KANE RokiaMaguiraga, ministre de l’élevage et la pêche. C’était en présence de Adama Diallo, le Représentant résident de la FAO au Mali, Diakaridia Traoré, Directeur général du CNIA et le Consultant du Royaume du Maroc, chargé de la formation des inséminateurs.

Cette formation s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du projet de coopération Sud-Sud Mali-Maroc-FAO « GCP/MLI/046/MOR » initié par le Gouvernement du Mali et le Royaume du Maroc avec l’assistance technique de la FAO.

L’objectif principal de la Coopération Sud-Sud est de contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle nationale, à travers un accompagnement des initiatives et projets dont le développement des Agropoles en cours. Cela, en renforçant l’appui technique à la fois aux structures nationales de recherche et d’appui- conseil qu’aux petits producteurs et leurs organisations.

Dans son intervention, le Directeur général du CNIA, a déclaré que cette formation se passe à un moment où la sollicitation en insémination est extrêmement forte. ‘’Ça veut dire tout simplement que les agro-pasteurs commencent à être convaincus de l’importance de l’amélioration génétique pour l’accroissement des productions animales. Lors de nos dernières missions de suivi et supervision sur le terrain, plusieurs localités ont eu à manifester l’intérêt d’avoir un inséminateur sur place. De nos, le CNIA collabore avec une trentaine (30) d’inséminateurs qui ne peuvent pas couvrir l’ensemble demandes en insémination’’, a-t-il souligné.

Pour sa part, le représentant de la FAO a indiqué que : « la session de formation dont nous procédons au lancement s’inscrit dans le cadre du Programme de coopération Sud-Sud entre le Royaume du Maroc et la République du Mali avec la facilitation de la FAO. Ce programme d’un coût global de 200 000 USD, démarré en septembre 2017 a déjà à son actif des résultats ».

Dans le discours d’ouverture, Dr Kané a rappelé qu’en 2014, le Mali a bénéficié de 135 000 doses de semences bovines ainsi qu’un important lot de matériels d’insémination, offerts par Sa Majesté le Roi du Maroc, pour la promotion de l’insémination artificielle. Cette importante donation a permis la mise en place d’un dispositif opérationnel de diffusion de l’insémination artificielle sur l’ensemble du territoire. Plus de 40 000 vaches ont été inséminées avec ce stock et plus de 19 000 veaux sont nés de ces inséminations s’est-elle félicitée.

Durant cette  session de formation, les techniciens auront à suivre des modules de formation sur l’insémination artificielle et à apprendre des techniques de base pendant les séances de travaux pratiques. Cette formation initiale est déterminante pour le métier d’inséminateur car, elle constitue la première étape d’une série de formations nécessaires pour la qualification, a-t-elle ajouté.

Bréhima Diallo

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here