Pose de la première pierre de la centrale solaire de Pélengana-Ségou : «L’Amader doit revoir sa position, il n’est pas question de faire du mercantilisme» dixit IBK

0

Après le meeting à Bla, le vendredi 11 décembre, le président de la République Ibrahim Boubacar Keïta a procédé à la pose de la première pierre du projet de centrale solaire photovoltaïque de Pélengana-Ségou, développé par la société norvégienne Scatec Solar, en partenariat avec la société financière internationale Infra Ventures et le développeur malien Africa Power I.

 

La production annuelle de cette centrale de 33 MW est estimée à 60.000 mégawatts-heure. Il s’agit de la première centrale solaire à grande échelle d’Afrique de l’Ouest pour laquelle un contrat de concession avec l’Etat malien et un contrat pour la fourniture d’électricité à Edm pendant 25 ans ont été signés le 9 juillet dernier. Cette centrale photovoltaïque au sol va déployer environ 130.000 modules photovoltaïques sur un système de structures fixes et sera connectée au réseau électrique national à la station Edm de Ségou.

 

D’un coût total d’environ 33 milliards de Fcfa, ce projet sera financé à 45% par le biais d’une dette senior. La société financière internationale  arrangera la dette pour un montant total de 15 milliards de Fcfa avec d’autres institutions de développement. De plus, un prêt concessionnel, qui couvrira 30% des coûts totaux du projet, a été accordé par Climate Investment Fund à travers le programme Scaling Up Renewableenergy in Lowincome Countries Program, géré par la Banque africaine de développement. Les 25% restants, soit plus de 8 milliards de Fcfa, seront fournis en capitaux propres par les partenaires du projet. C’est Scatec Solar qui sera actionnaire à hauteur de 50% de la centrale, tandis que la société financière internationale et Africa PowerI détiendront respectivement 32,5% et 17,5%.

 

À l’ère des enjeux sur le changement climatique, ce projet constitue une initiative importante pour réduire les émissions de carbone du secteur de l’électricité en Afrique de l’Ouest. Une fois la construction achevée, la centrale permettra de réduire les émissions de CO2 d’environ 46.000 tonnes par an.

 

«Ce projet est vital. Je le porte dans mon cœur. Ségou mérite un confort ; c’est une sécurité énergétique que cette centrale va lui procurer. Cela préfigure  le futur pour toutes les villes du Mali. L’Amader doit revoir sa position, il n’est pas question de faire du mercantilisme», a déclaré IBK dans son intervention.

 

Diango COULIBALY

PARTAGER