IER : vers la performance au service du développement rural

0

La 22ème session ordinaire du Conseil d’Administration de l’Institut d’Economie Rurale (IER) s’est tenue, le lundi 28 décembre 2015, dans la salle de conférence  dudit établissement. Cette session était placée sous la présidence du ministre du Développement rural, Dr. Bocary Treta, en présence des administrateurs sous la houlette de Directeur général, Dr. Bourema Dembélé.

Au cours cette 22ème session ordinaire du Conseil d’Administration les administrateurs ont eu à examiner de façon approfondie les documents qui leur sont soumis.

Dans son allocution, le ministre du Développement rural, Dr. Bocary Treta a indiqué que le développement du secteur Agricole reste un axe prioritaire pour l’atteinte de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et de la souveraineté alimentaire du pays. « Il doit être envisagé à travers la transformation et la modernisation de l’agriculture ». selon lui, il s’agira, à travers des technologies appropriées mises au point par la recherche Agricole, de rendre plus résilientes et plus performantes nos exploitations familiales et entreprises Agricoles.

A l’instar de la campagne agricole précédente, il dira que l’hivernage 2015 a également connu une installation tardive de la saison des pluies. Cependant,  la campagne a été jugée bonne dans l’ensemble des sites de recherche de l’IER.

En effet, il est à retenir que les activités scientifiques de 2015 ont été menées à travers l’exécution de plus de 150 projets de recherche, dans le cadre de conventions et de réseaux de partenariat de recherche. Au cours de l’exercice, les recherches effectuées sur des espèces animales et végétales ont permis la mise au point de technologies et d’innovations performantes et résilientes aux effets des variations du climat dans différents domaines de développement du secteur Agricole.

Malgré ces avancées constatées, l’arbre ne doit pas cacher la forêt, le climat social au sein de l’Institut d’économie rural reste affecté par les difficultés rencontrées dans le processus de hiérarchisation des jeunes chercheurs, par rapport à leurs homologues de l’Enseignement supérieur.

Par ailleurs, le Dg Dembélé a souligné que le vieillissement du personnel de la recherche marqué par les départs de plus en plus importants des chercheurs seniors appelés à faire valoir leur droit à la retraite est un probleme. « Cette situation demeure une préoccupation et nécessite des mesures diligentées et appropriées de recrutement, d’une part, de conventionnaires de l’IER déjà rompus à la recherche, et d’autre part, de jeunes chercheurs dont les capacités seront renforcées » a-t-il regretté.

Seydou Karamoko KONÉ

PARTAGER