Mine de Morila S.A : Les versions des deux parties

0

Le conflit qui oppose la société Randgold  Ressources qui exploitent la mine de Morila  dans la localité de Domba sous- préfecture  de SanSo  continue à faire des vagues. Selon un cadre de la société Hilar  Diarra, pour l’exploitation de la mine de Morila, plus de 300 millions de fcfa  ont été investis pour la protection de l’environnement et pour la  réalisation  d’infrastructures  suite à un protocole d’accord. Le chef de village de Domba Kourounko Mariko  dit ne pas se reconnaître dans le dit protocole.

 Retour sur les faits :

« Le lundi 05 juin 2017, Yacouba Mariko  secrétaire administratif  adjoint  de Domba Yiriwaton  est revenu de Bamako me soumettre  le même document  que je n’ai pas signé. Devant  mon  refus répété qui traduit la volonté exprimée des chefs  de Famille , des femmes et des jeunes du village , le président de Domba Yiriwaton  m’a contourné et fait signer le protocole par Monsieur le Ministre », a souligné le chef de village de Domba . Avant de poursuivre la mine serrée : « en dépit de tout cela, voila que ce jour 18juillet  2017  le Professeur Elimane Mariko, président de l’Association, toujours accompagné de Seydou et Yacouba Mariko vient de m’annoncer la signature  d’un document dans lequel je ne me reconnais pas et que je ne saurais approuver », a fait savoir Kourounko Mariko. Et le chef de village de dire de vive voix : « je n’ai ni donné un avis favorable  pour la signature du protocole, ni autorisé quelqu’un  à signer  à ma place.

A l’annonce de la nouvelle le Ministre des Mines Tiemoko Sangaré par la voix de son secrétaire général Lamine Alexis Dembelé   a  dit avoir été surpris par cette information : «   le Ministre des mines  dans sa mission  de promotion  du secteur minier  du Mali a comme vision la défense  de l’intérêt  de l’Etat et des communautés  et la garantie des investissements. C’est dans ce cadre que le département   des mines, comme vous le rappelez dans votre correspondance a, depuis 2015 privilégié la négociation  directe  entre la société Morila S .A et vous communautés  de Domba  sans aucune interférence  de l’administration. Monsieur le chef de village quand j’apposais ma signature  au bas du document, comme vous le dites de bonne foi, je n’ai jamais douté  de la bonne foi des autres. C’est vous dire monsieur le chef de village  que je suis étonné et surpris   en recevant votre courrier et vous invite à trouver la solution en votre sein ».

Cette déclaration contraste avec les informations fournies par Morila S.A qui stipulent qu’après un an de négociation suite à l’arrêt des travaux  les contacts directs entre les deux parties , la raison et la sagesse ont fini par  triompher grâce à la qualité des ressources humaines  des deux côtés  qui a été un facteur déterminant .  Pour la société minière c’est cette confiance retrouvée qui va permettre d’aller au but recherché. Déjà il ya eu 500 pétitions venant des populations de DOMBA pour s’opposer   au projet de Morila S.A. Selon ce ressortissant  de Domba  plus question de laisser la société minière se comporter en sangsue sur le dos des villageois.

A  SUIVRE

Badou S. Koba 

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER