Manifestation devant la mine d’or de Morila-SA : Des manifestants tirés à balles réelles

5

Depuis le mercredi 24 novembre 2021, huit (08) jeunes des Communes de Sanso et de Domba sont emprisonnés à Bougouni suite à une plainte introduite auprès du Procureur du Tribunal de Bougouni par le Directeur de la Mine D’or de MorilaSA, M. Drissa Arouma.

Selon des sources, tout est partie d’une doléance adressée à la direction de la mine par les jeunes ressortissants des deux Communes rurales. Dans cette doléance, comme convenue dans les cahiers de charges, les jeunes demandent à la direction de recruter en majorité parmi les jeunes des localités concernées.

Devant cette position affichée de la Direction des mines de ne pas recruter parmi ces jeunes, les jeunes se sont révoltés avec comme motifs la Direction ne veut pas respecter ses engagements contenus dans les cahiers de charges. Et dans la nuit du mercredi 03 novembre 2021, les jeunes ont coupé l’accès à la mine. Donc, une délégation conduite par le Commandant de la gendarmerie de Sikasso s’est rendue sur les lieux enfin de demander aux jeunes de libérer les voies d’accès. Ce qui fut fait.

Après la libération des voies d’accès à la mine, les jeunes ont été invités à la table négociation avec la Direction de la mine.

Aux dires du représentant des communes, M. Samou Mariko, cette négociation avait permis de baisser la tension. Brusquement, huit (08) responsables de la manifestation ont été convoqués à Koumantou. Accompagné du maire de Domba, Cheick Abou, le représentant des communes Samou Mariko s’est rendu à Koumantou, pour connaître d’avantage les raisons desdites convocations.

Arrivés sur place, le Chef de la Brigade leur informa qu’il a reçu les instructions de la part de sa hiérarchie d’interpeller les responsables de la manifestation, aussi bien que le soi-transmis du Procureur de Bougouni.  ​”Donc, j’ai demandé aux jeunes d’aller répondre aux convocations et quelques jours après leur audition, j’ai saisi le Commandant de la gendarmerie de Sikasso, le Gouverneur de Bougouni, le Général Kéba Sangaré et le Procureur de Bougouni pour leur demander de surseoir la procédure enfin de passer à la négociation avec les parties, gage de la paix et de la stabilité.

Et le mercredi 24 novembre 2021, les 08 jeunes ont été convoqués par le Procureur et mis sous de mandat de dépôt. Dès lors, les jeunes ont barricadé toutes les issues qui mènent à la mine et réclament la libération immédiate de leurs camarades arrêtés”, a déclaré M. Samou Mariko.

​Avant de poursuivre : ”Malgré les interventions des autorités communales et coutumières, Procureur refuse catégoriquement leur libération argumentant que la plainte a été introduite par le Directeur général de la Mine d’or de Morila SA, en la personne de M. Drissa Arouma.

Suite aux négociations avec le Directeur de la Mine, ce dernier fera savoir tout d’abord que les jeunes lui ont humilié devant ses supérieurs mais devant notre résistance, le directeur a finalement retiré sa plainte. Malgré tout, les jeunes restent toujours en prison. Car aux dires du Procureur de la République, le retrait de la plainte du directeur ne peut pas arrêter le cours normal des procédures pénales. Nous avons demandé aux manifestants de lever les barrages enfin de pouvoir décongestionner la situation. Eux aussi conditionnent la levée du blocus à la libération des personnes arrêtées”.

Aux dernières nouvelles, nous apprenons que les forces de l’ordre ont tiré sur des manifestants. Pour le moment, le bilan provisoire est de trois (03) blessés dont un grave qui a été urgemment à l’hôpital Gabriel Touré à Bamako. Les localités, principalement le village de Sanso où se trouve la mine, n’a pratiquement plus de terres cultivables. Il est temps que les autorités prennent cette réalité en compte. Depuis le début de la mine en 2000, la population est exposée à toute sorte de pollution, très peu de ressortissants travaillaient dans la mine faute de qualification. Donc, la direction de la mine doit mettre en exergue la formation locale enfin de pallier à ces genres de difficultés.

Les autorités doivent impérativement prendre cette situation à bras le corps enfin de minimiser les dégâts qui pourront se poser dans les jours à venir. Il faut signaler qu’au moment où nous mettions sous presse cet article, la situation était rendue dans les deux communes concernées. A Suivre !

Y. MARIKO

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. Malians government submission to psychological slavery is deeply ingrained even in mining as it chose to legitimately do business with mining company rumored to be owned by caucasians that insult us by using African ethnic group name of Ashanti as part of its parent company name. Where this is allowed this kind of belittlement is adopted by world in dealing with Malians thereof having world perpetually trying to trick us into bad business deals to proof we are not worthy of fair treatment. That clearly is another example of costly psychological enslavement to foreign religions plus ways where way is to unfairly deal with us.
    Of all mining companies available for deals we should pick of those that treat us honorably plus do not belittle Negroid people anywhere. Deals should be structured to where our piece of profit increase in size as amount of gold mined increase. We deserve bonus where gold is plentiful however, with our bonus we also share in normalizing farm area to as it was prior to mining. We need keep mining condition within range of it may be normalize.
    If information on mining company parent company name being insult to Negroids is true or untrue make it known? If true demand change or cancel deal. We will not accept being insulted in most harmful way by those we make richer. That is too much dangerous ass kissing.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  2. Mining company in it’s best interest plus community should be training personnel members from community where mines are located as at least assistant to every mining position. It is not to much too ask plus more to point should be done without asking.
    When mining officials withdrew complaint they knew by law prosecutor if he desired was obligated to hold to complaint but could put it aside if he chose. If he was not ass kissing mining company in wrong way plus doing as in all best interest he would have dropped complaint plus released prisoners with written assurances given by prisoners that group would no longer block roads. If group again block roads without first trying to solve difference with mining company no member of group would be released from jail without full process of law being carried out.

    Mining company must be held to leaving farm territory as able to be farmed as it was able to be farmed before mining company started mining. This also include water of territory. We must not allow people method of sustaining themselves to be destroyed for sake of mining gold. Our good people value exceed value of gold by far.
    Why is it police did not use rubber bullets if their safety was at issue or government property was about to be destroyed? That is life or death incompetence that create terrorist/jahadist/ violent criminals Competent police force should have rubber bullets. That failure in this instance aid terrorists/ jahadists/ violent criminals recruitment of fighters willing to kill police. Police actions of shooting live ammunition without threat of injury or destruction of government property was dangerously stupid plus those partaking in that kind of policing needlessly endanger all Malians police. We need better action from police plus will get it even if necessary to replace incompetent police. Please police give us competent police actions?
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  3. Comment embaucher des jeunes sans qualification à la place des ingénieurs ? Il n’est pas du ressort de la mine de former ou d’éduquer nos enfants à notre place.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here