Putsch râté à la FNTRM : Youssouf Traoré se tire une balle dans le pied

0

Comme un tonnerre dans un ciel serein, la nouvelle des premières assises, de la FNTRM (Fédération Nationale des Transporteurs Routiers du Mali), a retenti, dans le camp du « pédégé » de Bani- transport, prétendant sérieux au poste de président du Conseil Malien des Transporteurs. Youssouf Traoré, puisque c’est de lui qu’il s’agit, risque d’encourir les foudres de ses électeurs, pour s’être auto- proclamé président de la FNTRM, à l’issue d’un congrès bidon. Pourtant, ce congrès s’est tenu, sans celui des sections de l’intérieur…

C’est une véritable douche écossaise que Youssouf Traoré, 1er vice-président de la FNTRM et challenger désigné  de sidi Moctar Théra (promoteur de Binké-Tranport), vient d’essuyer. Surtout, en cette veillée d’armes, pour l’élection du futur patron du Conseil des Transporteurs du Mali.
Convoqué en violation flagrante des textes de la fédération, et tenu  dans le respect scrupuleux de  l’intérêt personnel, ce congrès de Youssouf entendait se placer sous le signe de la redynamisation et du renouveau.

Pour abattre son chien, on l’accuse de rage. La tenue de ce congrès, selon le chef de Bani -Transport, est motivée, entre autres, par un dysfonctionnement des instances  et organes de la fédération, et une gestion opaque et sans partage de ses ressources, par certains responsables…
Comme pour  prendre sa revanche sur le président de la fédération Sidi  Morctar Théra, le Vice -Président du même regroupement, Traoré youssouf a initié ce congrès, après moult démarches  nocturnes, auprès de certains membres du Syntrui. Avec, à leur tête, le premier vice-président, Soumaïla Thiam. Mieux, Youssouf se dit prêt à tout, pour être « presse dent » du Conseil des Transporteurs. « La léthargie et la dilapidation des ressources de notre fédération ne sauraient durer indéfiniment dans le temps » argue-t-il, avant d’ajouter : «  La convocation de ce congrès est la réponse, sinon la correction, de telles situations regrettables ». Pour  s’être auto -proclamé président de la FNTRM, youssouf Traoré a misé gros : achat de  consciences et miroitement de fortes promesses à des transporteurs déjà au bord de la déroute nationale. Aussi, les membres de la fédération,  qui ont protesté pour la tenue de ces assises ont été conduits à la police.

Sale Temps pour Youssouf

A l’origine de la tenue de ce congrès extraordinaire, l’obstination  de  Youssouf Traoré à être président du conseil Malien   des Transporteurs. Selon des sources concordantes, l’homme ne bénéficie pas de soutien pour  se faire élire chef du Conseil des Transporteurs. D’où  sa situation inconfortable, et sa décision de semer la division au sein du syndicat des transporteurs. Et de la  fédération. En clair, Youssouf Traoré veut diviser pour mieux régner. Paniqué et sentant  son désaveu aux prochaines élections du 17 février et du 3 mars, il cherche protection et hospitalité, sinon « l’asile électorale » au sein des bureaux de la fédération et du syndicat des transporteurs.

De sources concordantes, c’est le  1er vice président du SYNTRUI, Soumaïla Thiam, qui est à l’origine de ce retournement de vestes de certains membre  du syndicat et de la fédération. Ce dernier, devenu, du jour au lendemain, Pro-Youssouf, s’est, contre toute attente, livré à des diatribes contre Théra, lors de ce congrès du samedi. Mais au-delà, ce congrès jugé illégal risque de jeter le discrédit sur la moralité de Youssouf Traoré et des hommes qui l’entourent. Surtout, en cette veille de campagne où, le moindre faux pas se paie cher. Très cher.

Jean Pierre James. 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER