Edito :Assimi Goita et compagnons rentreront-ils par la grande porte de l’histoire ?

8

Le coup d’Etat du 18 Août 2020 est le quatrième d’une longue série  qui a débuté un 19 novembre 1968. Mené de la façon la plus élégante et d’une main de maître par des jeunes officiers, tous des colonels, ce putsch, bien que considéré comme un crime imprescriptible par la Constitution du 25 février 1992, a été salué parce que libérateur. Sa particularité, comme d’ailleurs celui du 26 Mars 1991, est qu’il s’est passé après une insurrection populaire contre le régime qui a mis à genou le Mali. Comme une sorte de délivrance, ce coup d’Etat du CNSP a été favorablement accueilli par une frange importante du peuple, surtout celle regroupée au sein du Mouvement du 5 juin Rassemblement des Forces Patriotiques, M5 RFP. Ce Mouvement du 5 juin a été sans nul doute le facteur affaiblissant le régime IBK et qui a fini par créer les conditions  favorisant l’avènement des militaires sur la scène politique. Mais très vite, ces derniers ont voulu tourner le dos au M5 RFP en nourrissant la prétention de diriger la transition envers et contre toute la communauté internationale et même l’opinion nationale dans sa large majorité. Elles souhaitent  que la transition soit dirigée par des civils, mais la junte, ayant  déjà pris goût au pouvoir,semble avoir  son propre agenda, celui de diriger la transition. Parviendra-t-elle à le faire ? Pourra-t-elle résister aux sanctions internationales ? Quel risque courre-t-elle en  s’accrochant  vaille que vaille au pouvoir ?

Assimi Goita et ses compagnons auteurs du putsch du 18 Août 2020 ont rendez-vous avec l’histoire. Ils ont une occasion idoine d’écrire l’une des pages les fabuleuses de notre pays en acceptant de rendre le pouvoir aux civils et cela dans un bref délai.Cette option est la meilleure pour eux d’abord et pour le pays qui souffre déjà du poids de l’embargo. Que la junte comprenne qu’il n’y a pas d’autres alternatives que de se soumettre aux injonctions de la CEDEAO, pour éviter à notre pays une situation dramatique. Les militaires ont leur place dans les casernes et au front, mais pas sur la scène politique. C’est pourquoi l’organisation sous régionale exige un transfert du pouvoir aux civils et donne même une date butoir pour l’exécution de sa décision. Donc, le CNSP a jusqu’au mardi 22 septembre 2020 pour installer des civils à la présidence et à la primature. Passé ce délai, le Mali subira un embargo total et la junte sera prise pour responsable de toutes les conséquences qui en découleront. Pour éviter que le Mali ne s’écroule totalement, alors même que le coup d’Etat avait été considéré comme un coup de grâce, la junte doit accepter les principes de la CEDEAO, parce que le pays ne pourra pas résister aux sanctions de la communauté internationale.

Les membres du CNSP doivent sortir des calculs politiciens pour n’être que des patriotes soucieux de la paix, de la stabilité et du développement de leur pays. Qu’ils sachent que le temps joue en leur défaveur et courent véritablement les mêmes risques que les auteurs du coup d’Etat de 2012. Assimi Goita et ses hommes doivent prendre langue avec le M5 RFP si ce n’est déjà fait, afin de convenir d’un schéma harmonisé pour la gestion de la transition. La composition du collège devant choisir les hommes et les femmes  pour la diriger la transition. Avec le partenaire naturel qui est le M5 RFP, le CNSP n’a d’autres choix que de composer une équipe homogène en respectant les principes de la CEDEAO pour un démarrage effectif de la transition, après plus d’un mois de temps perdu pour rien.

Youssouf Sissoko

Commentaires via Facebook :

8 COMMENTAIRES

  1. La mafia des multinationales qui occupe le mali, est plus intelligente et organisé que ces officiels immature politiques et désorienté, he oui ils ont vite démarché les réseaux pour prendre les choses en main, je peux dire que la junte se fait bien acculé

  2. La deception, et même la honte à ses officiers, écouter les pays étrangers à la place du peuple malien, on voit bien que la tutelle de notre nation continue, qu’elle humiliation !

  3. MERDE A LA FRANCE
    NOTRE PIRE ENNEMI SUR TERRE APRES NOUS MEME.
    IL FAUT QU’ON SOIT DETERMINE ET SAVOIR CE QU’ON VEUT.
    LA FRANCE EST LIMITEE AINSI QUE L’ALGERIE FACE A UNE DETERMINATION REELLE DU PEUPLE MALIEN.
    LE CNSP DOIT ETRE DESORMAIS LE GARDIEN DE CETTE REVOLUTION A LA MALIENNE CONTRE TOUS NOS NOUVEAUX DIRIGENTS.

  4. DJOWALAKI
    La transition, c’est pour donner une autre orientation à notre pays ou continuer à perpétuer le système politique en vigueur.
    GARDER OU PAS LA TÊTE DE LA PRÉSIDENCE N’EST PAS IMPORTANT POUR CELUI QUI SE DONNE POUR OBJECTIF L’ÉPANOUISSEMENT DE LA POPULATION MALIENNE.
    ASSIMI GOITA et ses CAMARADES donnent l’impression de privilégier leurs préoccupations personnelles.
    Le Mali ne semble pas être la priorité absolue expliquant les manipulations pour garder le pouvoir.
    Penser au Mali, c’est agir dans l’intérêt supérieur du Mali qui consiste à oublier sa petite personne comme le font les soldats sur le théâtre des opérations.
    Avec cet ESPRIT, le choix militaire ou civil,pour occuper la présidence, devient insignifiant.
    Ce qui va les préoccuper,c’est intégrer rapidement le Mali dans le concert des nations.
    ON DOIT SE MONTRER DIGNE D’UNE NATION MILLÉNAIRE EN RESPECTANT NOS ENGAGEMENTS INTERNATIONAUX.
    Le Mali a adhéré aux exigences d’une nation démocratique prônée par la CEDEAO,conscient des sanctions prévues si elles ne sont pas respectées.
    Accepter ces sanctions pour ensuite prendre rapidement des mesures pour qu’elles ne perdurent pas doit être la ligne de conduite de tout patriote.
    Les exemples de désignation de la présidence de la transition sont connus dans la sous région.
    Il s’agit de s’en inspirer pour élaborer un cas adapté au contexte malien.
    Ça devrait être la première démarche des jeunes officiers supérieurs.
    Le Mali n’aurait pas à subir assez longtemps les sanctions
    La décadence de ce pays, commencée le 19 novembre 1968,est liée à la priorité donnée aux intérêts personnels.
    Les jeunes officiers supérieurs ont été élevés dans cette atmosphère.
    Ils ont la pression forte des parents,amis de se préoccuper de leurs cas personnels.
    Très peu donnent conseil de privilégier la nation malienne en oubliant leur petite personne
    Ce qui explique cette erreur enfantine de s’éloigner des animateurs du M5-RFP.
    Les jeunes officiers supérieurs ont oublié qu’ils ont arrêté IBK pour appliquer les exigences du M5-RFP que personne ne conteste la pertinence.
    On ne se préoccupe pas des personnalités politiques qui animent le M5-RFP, mais de l’esprit incarné qui a mobilisé des milliers de maliens car le choix des animateurs des organes de la transition n’est pas à priori à faire parmi ses cadres.
    LA COMPÉTENCE EST PRIVILÉGIÉE.
    Ce qui veut dire que toutes les compétences du Mali sont sollicitées pour désigner les meilleurs d’entre-nous.
    Les animateurs du M5-RFP sont sollicités pour fixer le cadre de la transition, ensuite lui donner une orientation politique conforme à l’esprit du changement prôné.
    L’exécution est confiée à des cadres compétents de tous bords.
    C’est d’autant plus important que les partis politiques se préparent aux compétitions politiques.
    L’impartialité des organes de la transition est primordiale pour réussir la mission assignée.
    Donc CHOGUEL MAIGA, MOUNTAGA TALL qui sont indexés ne sont pas naturellement intéressés par le gouvernement,mais peuvent siéger dans l’organe législatif pour surveiller l’application des réformes politiques nécessaires.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

  5. La France les deteste et utilise cedeao contre eux.

    l Algerie je pense qu’il faut qu’elle clarifie ses demarches .sinceres ou mu par la France l’avenir le dira car on jugera aux actes.

    moi j’appelle les Algeriens a ne pas servir de couverture a la France et a s afffirmer en tant que puissance militaire en AFRIQUE pour sortir de l etau FRANCO MAROCAIN OU ELLE SE TROUVE

  6. ILS VONT TRANSMETTRE LE FLAMBEAU AUX CIVILS ET RETOURNERONT DS LEUR CASERNES AVEC U OEIL OUVERT
    L ENNEMI ES TJ LA TAPIS DS L OMBRE

    CEDAO-ALGERIE QUI SONT DES MARIONNETTES DE LA FRANCE NE POURRONT RIEN CONTRE LE PEUPLE MALIEN

  7. COLONEL ASSIMI ET AUTRES SONT RENTREE DANS LA GRANDE PORTE DE L’HISTOIRE
    MAINTENANT C’EST COMMENT EN SORTIR PAR LA GRANDE PORTE.
    QUE DIEU LES Y AIDE.CAR ILS ONT SAUVE LE MALI

  8. GOITA, la grande porte de l’histoire, c’est garder la tête de la Transition quoi qu’il arrive. C’est refuser de donner la présidence à tous ces anciens ministres et PM qui cherchent à renforcer leur parti.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here