Edito : Les Maliens sont encore divisés autour de l’essentiel

4

Alors qu’on pensait mettre à profit cette occasion idoine, qu’est celle de la transition, pour mettre enfin notre pays dans la voie de la démocratisation, de l’état de droit et du développement harmonieux, ce serait mal connaître nos hommes politiques, aux egos surdimensionnés, qui sont prêts à vendre le Mali pour leurs intérêts égoïstes. Sinon, comment comprendre que la classe politique ne puisse pas s’entendre sur l’essentiel qui est le Mali pour enfin poser les bases d’une véritable refondation, après trente ans de colmatage et de pilotage à vue. Il n’y a pas de raison, disposant de la matière grise, que les Maliens ne se mettent pas ensemble pour sortir leur pays de l’instabilité politico sécuritaire, voire institutionnelle.

La transition semble être cette belle opportunité pour un nouvel envol celui qui nous permettra de corriger tous les errements du passé et de pouvoir doter enfin le pays de solides fondations démocratiques que même si un diable venait au pouvoir ne pourrait pas ébranler. Il suffit juste qu’on sorte des calculs politiciens et des intérêts égocentriques pour ne voire que le Mali. Oui, la classe politique doit, pour une fois, se racheter, redorer son blason et améliorer son image ternie. Elle apparait aujourd’hui, aux yeux du citoyen lambda, comme une classe politique corrompue, égoïste et égocentrique, prête à tout pour préserver ses intérêts sordides. Pourquoi ne pas se laver de ce pêché originel, né avec la démocratie ?

Si la classe politique ne se montre pas suffisamment responsable, si elle ne fait pas son mea-culpa, il revient à l’écrasante majorité de dicter sa volonté, car elle détient la souveraineté, donc elle doit être maitre de son destin. Le grand peuple a sans nul doute l’occasion et le moyen de bâtir un Etat véritablement démocratique en soutenant cette transition et en exigeant d’elle la résolution des sempiternelles crises politico-institutionnelles, voire sécuritaires. Le Mali a trop souffert et les Maliens sont devenus la risée du monde, entendons-nous sur l’essentiel pour le ramener dans le concert des nations démocratiques et prospères.

 

Youssouf Sissoko

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. Choguel et Assimi doivent prendre leur responsabilite et amener le bateau a bon port de statbilite, de paix et de developpement. Point barre! Il faut ecouter tout le monde, mais maintenir le cap du changement! C’est lunique chance pour nous de debarasser le pays de ce pseudo intellectuels corrompus sortis des usines de Alpha, ATT, et IBK et de jetter les bases dun nouveau depart.
    @Sangare: Dioncounda et son bandit chef Diango ont vendu ce pays. S’ils avaient de lexperience de la trame de Choguel ils auraient pas fait toutes ces erreurs dramatiques. Ce sont des psudo intellectuels qui connaissent mieux le mouta et l’argent et non la politique. Des docteurs qui n’ecrivent pas. Diango a fait une brochure sur les correspodances administratives et puis c’est tout. Mon frere mefiez vous de tous ceux qui sont nes avant 1960 et surtout de tous ceux qui ont des doctorats ou expertises qui n’ecrivent pas de livres ou ne sont pas prof international….ca veut juste dire qu’ils sont dans le mouta

  2. C EST IMPOSSIBLE DE TROUVER UN PAYS MUSULMAN DEMOCRATIQUE, L ISLAM EST INSOLUBLE DANS LA DEMOCRATIE!

    DANS UNE FAMILLE MALIENNE L EGOISME EST DIEU-ALLAH!
    COMMENT VOULEZ VOUS QU UN PEUPLE PAREIL VOIT CLAIR DANS SA DESTINE?
    IMPOSSIBLE!

    🙂 IL FAUT UNE MAIN DE FER, COMME DANS TOUT PAYS ISLAMISE, L ISLAM EST INCOMPATIBLE A LA DEMOCRATIE VRAIE, CELLE QUI N EST PAS HYPOCR|ITE DONC PAS ABRAHAMIQUE. 🙂

  3. Et c est la France qui accusé encore alors que il n est rien.Tous Les problèmes du Mali ont été créés par des Maliens eux qui ont pris le pays en otage par des intérêts égoïstes.Un pays divisé est vulnérable mais malheureusement ne mesure pas la gravité de ces conséquences .Vive à une union du peuple malien

  4. Qu’on ne confonde pas les jeux politiques inhérents à la pratique démocratiques aux divisions de la classe politique.
    ELLE N’EST PAS DIVISÉE CAR ELLE SE RASSEMBLE CHAQUE FOIS QUE SES INTÉRÊTS SONT MENACÉS.
    Le débat sur le financement des PARTIS POLITIQUES l’a relevé.
    AGIR EN FONCTION DE SES INTÉRÊTS POLITIQUES EST LOGIQUE POLITIQUEMENT.
    Qu’on nomme un CHEF DE PARTI POLITIQUE à la PRIMATURE déclenche,à raison,automatiquement les hostilités.
    Cest celui qui a nommé CHOGUEL MAIGA qui a déclenché cette situation sur la scène politique malienne.
    Dans la gestion de l’Etat TOUT ACTE POSÉ a ses conséquences.
    Celui qui le pose en est responsable.
    Le Mali est bloqué du fait de l’incompétence des COLONELS a gérer l’Etat.
    L’ACTE POSÉ de nommer NBA DAW à la présidence,d’écarter le M5-RFP donne la situation d’être incapable de respecter la durée de la transition.
    L’ACTE POSÉ de nommer CHOGUEL MAIGA alors qu’on pouvait désigner dans les rangs du M5-RFP,de refuser l’inclusivité dans la formation du gouvernement pour privilégier des proches donne l’impression que LES MALIENS SONT DIVISÉS SUR L’ESSENTIEL.
    Il faut plutôt parler de L’INCOMPÉTENCE D’ASSIMI GOITA À GÉRER L’ÉTAT.
    En 2012 DIONKOUNDA TRAORÉ épaulé par le très expérimenté DIANGO SISSOKO a rassemblé la CLASSE POLITIQUE autour de L’ESSENTIEL.
    On a organisé les élections sans contestation.
    C’EST À ASSIMI GOITA DE RASSEMBLER LA CLASSE POLITIQUE AUTOUR DE L’ESSENTIEL.
    En 1991 c’est ATT qui a nommé SOUMANA SACKO.
    Cet ACTE POSÉ a rassemblé les maliens autour de L’ESSENTIEL au constat de la CRÉDIBILITÉ de L’HOMME.
    En 1994,ALPHA OUMAR KONARÉ a vu son régime entrain de basculer.
    Il a nommé un INCONNU IBRAHIM BOUBACAR KEITA.
    Ce dernier a très vite impressionné les maliens par sa force de caractère.
    Il dira qu’il a sauvé le régime d’ALPHA OUMAR KONARÉ.
    C’est L’ACTE POSÉ par ce dernier de le NOMMER qui a sauvé son régime.
    À partir de 2002 le CONSENSUS POLITIQUE D’ATT est devenu improductif du fait de ne pas respecter la MAJORITÉ PARLEMENTAIRE.
    SES CHEFS DE GOUVERNEMENT N’ONT PAS ÉTÉ DÉSIGNÉS EN FONCTION DE LA COLORATION DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE.
    Ça a fait qu’ATT était seul face à tous les partis politiques.
    Ce choix de ne pas respecter la COLORATION POLITIQUE de L’ASSEMBLÉE NATIONALE est un ACTE POSÉ par AMADOU TOUMANI TOURÉ.
    La conséquence est le vide autour de lui quand il a fallu affronter la rébellion au Nord.
    AUCUN PARTI POLITIQUE NE S’EST SENTI PROCHE D’ATT DU FAIT DU CHOIX DE SES CHEFS DE GOUVERNEMENT,TOUS APOLITIQUES.
    IBK a boudé son parti pour se réfugier derrière sa famille.
    C’est aussi un ACTE POSÉ qui a provoqué l’instabilité gouvernementale qui fait que ses soutiens de 2013 dont devenus ses opposants les plus radicaux.
    ASSIMI GOITA concentre les POUVOIRS entre ses mains.
    C’est lui le responsable de tout ce qui se passe pendant la transition.
    Si ça marche comme avec ATT et DIONKOUNDA TRAORÉ,il sera le principal bénéficiaire.
    Si ça ne marche pas qu’on accepte de l’épingler au lieu d’accuser bêtement la CLASSE POLITIQUE.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

Répondre à BATOS Annuler

Please enter your comment!
Please enter your name here