Editorial – Le président en campagne pour le candidat

0

Le président sortant Amadou Toumani Touré n’est pas encore candidat à sa propre succession, mais tous les observateurs avertis savent que cela ne saurait tarder. Il prend son temps et va à son rythme. Mais en attendant sa déclaration qui sera sans doute un non événement parce que secret de polichinelle, le président laboure le terrain. Il court dans tous les sens avec pour objectif  de se faire voir ou revoir par le maximum de Maliens. Pour cela, toutes les occasions sont bonnes et aucun alibi n’est trop petit pour déployer les moyens et les ressources de l’Etat.

 Puisque par la force des choses ATT est non seulement président de la République mais également Premier ministre, gouvernement et depuis peu Assemblée nationale (cette institution ayant terminé ses sessions de la précédentes législature), il est au four et au moulin. Du robinet financé par le budget de l’Etat à la petite maisonnée bâtie par une ONG, tout est bon pour que le président de la République soit au contact des Maliens. Ce qui fait dire que le candidat probable profite des habits du Président de la République pour battre campagne. A telle enseigne que le jour où il sera formellement candidat, il n’aura plus besoin de cavaler partout et de se comporter comme quelqu’un en vadrouille. Ce qui a fait dire à IBK, lors de la conférence du FDR, que le jeu est faussé dès le départ. « Imaginez qu’on doive faire une course Bamako Koutiala, alors même que tous les concurrents sont à Bamako pour le départ, ATT lui, est posté à M’Pessoba ».rn

Mais il faut reconnaître que c’est le président sortant lui-même qui donne des arguments à ceux qui voudraient le déloger de Koulouba. Lors de sa récente virée qui l’a conduit successivement à Banamba, Touba, Koulikoro, Sikasso, Koutiala et Ségou, il a particulièrement insisté sur deux choses. La première, présentée d’ailleurs sous forme de doléance, a consisté à exhorter les populations à sortir massivement pour voter lors des scrutins à venir. La seconde, que certains observateurs ont interprétée comme étant un conseil, a consisté à demander aux populations de voter pour ceux qu’ils connaissent « or ceux que vous connaissez sont ceux qui viennent vous voir ». Et qui va les voir ? Précisément celui qui se tient en face d’eux. Avec les moyens de l’Etat, il va régulièrement voir les populations engendrant parfois des dépenses qui coûtent deux ou trois plus chères que la réalisation inaugurée.

rn

L’attitude du président s’explique par la trop grande personnalisation du pouvoir. Les responsables du RPM ont parlé de néo-patrimonialisme. Il ne lui suffit plus que les ministres parlent en son nom et pour son compte, il se charge personnellement d’annoncer les « bonnes nouvelles » et les promesses qui vont avec. C’est ainsi que pour que les Maliens de la diaspora puissent avoir l’ORTM dans leur salon et ne plus avoir la nostalgie du pays, c’est lui. Pour faire en sorte que nos « vieilles grands-mères puissent regarder Top étoiles et musique du terroir », c’est encore lui avec la gratuité de l’opération ophtalmologique. Les logements sociaux pour que chacun ait son chez soi, c’est ATT. Pour palier l’insuffisance pluviométrique, c’est toujours lui avec le programme de bombardement des nuages. A telle enseigne que pour le Malien moyen, ATT est un homme providentiel qui subvient à tous leurs besoins. Il est parvenu à se confondre avec l’Etat ; ce d’autant plus facilement que les laudateurs de tous poils germent tous les jours avec la volonté de ne pas céder un pouce sur le terrain de la propagande.

rnElhadj Tiégoum Boubèye Maïga

(La Nouvelle Republique du 16 Mars 2007)

Commentaires via Facebook :

PARTAGER