En un mot : Iyad s’invite à Paris

1

Il y a une quinzaine de jours dans un enregistrement sonore d’une vingtaine de minutes, le chef du groupe jihadiste Ansardine, Iyad Ag Ghaly, appelait les jeunes dont “le sang et la terre ont été bradés” par les anciens mouvements rebelles, à répondre “à cette offense par les ceintures d’explosifs, les charges télécommandées et les engins piégés”. Iyad Ag Ghaly saluait également “les moudjahidines retranchés à Sikasso au Macina, à Sévaré, à Tombouctou et Kidal où opèrent des groupes jihadistes alliés à Ansardine”.

Quelques jours après, l’attentat de Radisson a été perpétré avec “l’aide d’Iyad” à en croire le Mouvement de libération de Macina d’Amadou Kouffa qui a revendiqué cette attaque terroriste tout comme le mouvement Al Mourabiratoune de Belmokhtar. Samedi, ce fut le tour de Kidal de recevoir une salve de roquettes d’Ansar Dine qui ont causé la mort de 3 personnes (deux casques bleus et un civil) et fait plus de 20 blessés. La population craint d’autres attaques dans la ville alors que les anciens camarades appellent à une élimination d’Iyad (il a été aperçu le 19 novembre dans la ville de Kidal) dont la présence constitue une menace permanente sur la paix.

En tout cas, selon de sources bien introduites, les dirigeants du Mali et du Niger vont profiter de la Cop-21 à Paris ce lundi pour poser son cas. Reste à espérer que le  protégé présumé des généraux algériens soit lâché par le pays de Bouteflika dont la politique d’aide à notre pays demeure incontournable.

DAK

PARTAGER

1 commentaire

  1. Tout les problèmes de notre pays est dû à l’incapacité de Ibk qui na plus de crédibilité au niveau international

Comments are closed.