Il faut le dire sans rancune : pitié, à boire Laji Burama !

64

Il y a un grand poète lyrique arabe bédouin qui a dit quelque part à peu près ceci : « il y a trois bonnes choses dans la vie : « l’eau, la verdure et un beau visage ». L’appréciation d’un beau visage est à notre avis universelle, quant aux deux autres éléments : eau et verdure, leur magnificence est relative. Il n’est pas sûr que l’amazonien ou le bantu de la forêt équatoriale ressente les mêmes émotions que le poète devant eux. En tant que sahéliens, nous nous rapprochons davantage du bédouin que du bantu ou de l’amazonien quant à notre relation émotionnelle devant l’eau et la verdure.

La preuve est que dans notre société, dans le protocole d’accueil, la première chose que l’on offre à un hôte, c’est l’eau. Elle précède les salutations. De plus, l’eau représente en moyenne 70% de la masse du corps de chaque individu adulte. C’est donc une trivialité de dire que l’eau a une importance vitale particulièrement pour nous sahéliens qui vivons dans un environnement où le taux et la vitesse de déshydratation sont élevés.

Parler de l’eau dans tous ses états au moment des heures de grandes écoutes est donc plus important pour nous, que des retransmissions des matches de football ou des diffusions,  de telenovelas brésiliennes ou mexicaines  et autres top étoiles, ceux  auxquels nous assistons malheureusement dans la plus part des cas dans les programmes de l’Office de Radiodiffusion Télévision du Mali (ORTM).

Cependant, il arrive quelques fois que, « la passion du service public » s’exerce à servir effectivement le public malien. C’était le cas la semaine dernière, dans son reportage sur le problème de l’eau.

En effet, ce reportage nous a édifiés sur le calvaire que vivent au quotidien les populations aussi bien citadines que rurales dans l’acquisition de cette denrée de première nécessité : l’eau.

Ce problème ne date pas d’aujourd’hui. Comment comprendre qu’après plus d’un demi-siècle d’indépendance, que nous ne puissions résoudre aucun des problèmes primaires, bases d’une amorce de développement : eau, électricité, santé, éducation. Comment peut-on donc rêver d’émergence pour un pays qui ne peut même pas satisfaire les besoins primaires de sa population en eau ? Pour juguler ce problème structurel de manque d’eau, il faudrait de la part du président de la république, une politique volontariste dont la première manifestation pourrait être le retour à un département uniquement chargé de l’eau.

A la lumière de ce reportage qui est largement en deçà de la réalité, on ne peut qu’interpeller le gouvernement, mieux, le président de la république. Même si elle n’est pas le seul aliment dont nous avons soif, donnez-nous de l’eau à boire Monsieur le président ! Pitié, à boire Laji Burama !

Wamseru A. Asama

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

64 COMMENTAIRES

  1. L’eau c’est la vie. C’est dommage de voir des compatriotes en 2016 se bousculer pour avoir de l’eau.
    Maintenant, que l’on dise que c’est de la faute d’IBK, le mensonge a encore pris sa place habituelle.

  2. Cheick Sy
    Comme l'indique cet article, le reportage de l'ORTM est loin de cerner la problématique de l'eau potable au Mali et plus particulièrement à Bamako et encore plus à Kalabancoura extension sud.
    Dans ce quartier bamakois de la commune V où je suis résident depuis 2001, l'eau a toujours été une denrée rare, surtout en cette période canicule. Figurez vous que depuis deux semaines aucune goutte ne sort des robinets et même ceux des fontaines publiques. Le bidon de 20L se vend à 100 voire 150 Fcfa l'unité, si vous avez la chance d'en trouver. A croire que les autorités communales n'existent pas ou peut être qu'elles ne vivent pas dans le même quartier que cette brave population martyrisée.
    Nous lançons un S O S à toutes les bonnes volontés, AU SECOURS NOUS CREVONS DE SOIF!!!! CAR CES AUTORITES IL NE FAUT PAS TROP Y COMPTER. QU'ALLAH NOUS VIENNE EN AIDE.

  3. Cheick Sy
    Comme l'indique cet article, le reportage de l'ORTM est loin de cerner la problématique de l'eau potable au Mali et plus particulièrement à Bamako et encore plus à Kalabancoura extension sud.
    Dans ce quartier bamakois de la commune V où je suis résident depuis 2001, l'eau a toujours été une denrée rare, surtout en cette période canicule. Figurez vous que depuis deux semaines aucune goutte ne sort des robinets et même ceux des fontaines publiques. Le bidon de 20L se vend à 100 voire 150 Fcfa l'unité, si vous avez la chance d'en trouver. A croire que les autorités communales n'existent pas ou peut être qu'elles ne vivent pas dans le même quartier que cette brave population martyrisée.
    Nous lançons un S O S à toutes les bonnes volontés, AU SECOURS NOUS CREVONS DE SOIF!!!! CAR CES AUTORITES IL NE FAUT PAS TROP Y COMPTER. QU'ALLAH NOUS VIENNE EN AIDE.

  4. Le problème d’eau que connait notre pays est un problème qui existe depuis bien arrivée l’arrivée du président IBK.
    Mais depuis son arrivée,il ne cesse d’apporter des solutions à ce problème et nous voyons que les choses changent dans le bon sens.

  5. Que population malienne prenne son mal en patience, les autorités compétentes sont en train de faire leur mieux pour que la population malienne ne soit plus confronté à des pénuries d'eau et d'électricité. Le gouvernement malien a déjà commencer les travaux.

  6. Le gouvernement en particulier les autorités compétentes sont en train de tout mettre en place pour sortie la population de cette crise. C’est la mauvaise gérance des régime passé qui plongé le pays de cette crise, le régime d’IBK n’est pas le fautif mais plutôt élu pour résoudre cette crise multidimensionnelle.

  7. Certes IBK est le président de la République mais cela n’est point de sa faute, plus encore il y a des autorités compétentes chargés pour la bonne mise œuvre de ce domaine. Nous devrions plutôt accusées ces autorités au lieu d’accuser le président de la République.

  8. Je pense que nous devrions plutôt invité le régime au pouvoir à faire face à ce problème qui crée d’avantage des polémique au sein de la population. L’eau est indispensable dans le mode de vie quotidienne.

  9. Et pourtant nous devrions compter sur le gouvernement malien, car le régime au pouvoir est en train de trouver une solution à ce problème. Ce maux n’est pas la faute du régime au pouvoir. Le régime est en train de chercher une solution pour cela.

  10. beaucoup d’amélioration sont en train d’être faites dans le secteur de la santé pour le bien être des maliens que chacun de nous des efforts car pour un développement propice il faut un changement de mentale.

  11. Je pense que ce journaliste malintentionné veut seulement porté atteinte au régime au pouvoir. La pénurie d’eau, d’électricité est une chose que les autorités malienne devrait d’avantage tenir compte de cela. Certaine population malienne vie des calvaires.

  12. Je pense que la bonne manière est d’invité le président IBK et son gouvernement a se pencher sur le problème d’eau existentielle et non indexer le président IBK. Ce problème existe depuis l’indépendance de notre pays alors pourquoi accuser le régime au pouvoir aujourd’hui.

  13. Je pense que nous ne devrions indexé les président de la Répulique de cette situation, mais plutôt indexé le ministre de tutelle. Tous cela ne peut être la faute du président de la République, il y a des ministres qui sont chargés pour cela.

  14. Le problème d’eau persiste depuis les régime passés, c’est la mauvaise gouvernance et le preuve de laxisme des régimes passés qui ont poussé la population a faire face a ce problème.

  15. Certes l’eau occupe une place très importante dans le quotidien d’un être vivant, mais le problème de la pénurie d’eau ne dérive point de la faute du régime au pouvoir. Il faut aussi le souligné.

  16. Monsieur le journaliste le,Mali n’est quand même pas le plus mal logé des pays sahélien en matière de problème.
    Soyez donc objectif dans vos jugement car certains voudraient être à notre place en moment…

  17. sans eau il n’y a pas de production d’électricité, il faut penser à la création des barrages hydroélectrique je pense que l’utilisation des panneaux solaire aussi n’est pas mauvais. tous au travail car cela c’est l’affaire de tous.

  18. Je pense que le président fait tout son possible pour que le peuple malien soit en parfaite harmonie, une vie normale, mais pour le problème d’eau le président IBK a les solutions pour venir au secours à la population qui en a besoin.

  19. Il est certes vrai que notre pays connait un problème crucial en matière d’eau.
    Mais les uns et les autres doivent savoir que le président IBK a déjà fait beaucoup dans ce sens et continue de faire ce qu’il peut.
    Évitons donc de lui jeter la pierre pour ce problème-ci car c’est un problème qui dépasse l’être humain qu’il est.

  20. tous les pays sont touchés par ce problème d’eau car lorsque nous sommes en saison sèche, le fleuve tari et donc le ravitaillement en eau potable baise et il y a des coupures d’eau et lorsque nous sommes en saison pluvieuse pas de problème en eau et cela est partout en Afrique même les pays en voie de développement.

  21. Que nous ne mettons pas tout sur le gouvernement surtout le premier responsable de ce pays. il faut que nous entreprenons cela sera mieux. Le problème concerne tous donc mettons au travail, nous pouvons exploiter les zones non exploitées par le gouvernement avec la création des forages.

  22. le président IBK est là pour nous le peuple il comprend les maux de son peuple. lui et son gouvernement travaillent pour que le peuple du mali soit heureux. il est au pouvoir cela fait dix ans et il fait ses preuves nous devons l’encourager.

  23. Qui parle de développement a déjà son projet de développement et sans eau nous ne pouvons parler de développement mais le Président IBK a dit qu’il fera du mali un pays développé donc nous devons lui permettre et l’aider à réaliser ses projets pour notre pays.

  24. il faut dire que la population est devenue très nombreuse et nombreux sont ceux qui sont raccordés. nous pouvons dire que le gouvernement verra dans quel circonstance l’eau sera accessible à tous.

  25. L’eau source de vie ce qui veut dire sans eau nous mourons mais le bon Dieu est merveilleux car nous sommes ses enfants. Nous vivons dans un pays sahélien donc nous ne pouvons bénéficier des mêmes avantages que nos voisins qui ne sont pas un pays désertique car les deux tiers du pays est désertique donc cela est normale que tout le territoire n’en bénéficie pas il faudra privilégier les forages.

  26. Renforcement des capacités de services publics afin qu’ils puissent remplir leur mission de contrôle et d’appui/conseil aux collectivités territoriales.

    – Renforcer les capacités des collectivités territoriales dans la maîtrise d’ouvrage en lien avec les services déconcentrés de l’État et le secteur privé.

    – Augmentation du taux de décaissement des projets d’alimentation d’eau potable et d’assainissement

  27. Le financement du sous secteur : plus de 40% des financements extérieurs du BSI, déjà faible au regard des besoins, ne sont pas consommés annuellement. On estime à 40 milliards par an le financement nécessaire pour atteindre les OMD.

  28. L’accès à l’eau potable est l’une des priorités des actions de lutte contre la pauvreté et un des premiers objectifs des OMD.
    Le taux d’accès à l’eau potable au Mali est estimé à 73 % de la population (81.7 % en milieu urbain et 74 % en milieu rural)

  29. Nous avons confiance à l’état car il met tous en oeuvre pour lutter contre les coupures intenpestive d’eau potable à l’état.

  30. Ne dit on pas que la plus belle femme du monde ne peut donner que ce qu’elle a?
    Alors,comprenez que le président IBK n’est pas dieu pour créer de l’eau pour sa population malgré sa bonne volonté.

  31. Vous devez comprendre que le bon dieu a créé chaque pays aces ses ressource hydrauliques disponibles.
    Mais pourquoi venir polémiquer sur une affaire dont nous connaissons otus les tenants et aboutissants?

  32. Si nous reconnaissons que cette situation de manque d’eau ne date pas d’aujourd’hui nous ne devons donc pas acculer nos dirigeants pour cela. Nous devons nous mettre ensemble, proposer des solutions pour que ce problème soit loin de nous. Notre pays a accumulé des problèmes de tous ordres durant toutes ces décennies et les corriger n’est pas du tout facile.

  33. Dans une société tout ne peut pas être rose. On ne peut pas en vouloir à l’ORTM de ne pas toujours faire des reportages sur le problème d’eau. C’est un sujet qui fâche et il faut plutôt y trouver des solutions que de faire des reportages pour irriter encore plus la population.

  34. je pense que le président de la république SEM IBK a entendu votre crie il faut le dit honnêtement que cela est un problème ne datant pas d’aujourd’hui le président IBK oeuvre pour le développement du pays. pour la construction de grand chantier nous avons besoin d’eau nous devons encourager IBK dans ses œuvres pour pallier au problème d’eau.

  35. Je le dis une fois encore certes le président IBK a promis des choses mais nous ne devons pas nous leurrer car ce n’est pas en 3 ans qu’il va régler des problèmes datant de 40 ans. Nos dirigeants qui se sont succédé à la tête de ce pays bien que connaissant les défaveurs que nous avons tant au plan climatique qu’économiques; n’ont pas mis en place de réelles politiques pour juguler ses problèmes ou du moins établir les bases pour que cette situation puisse être évité.
    En matière d’eau et d’électricité les équipements sont vétustes ou soient inexistants de même que dans l’éducation et la santé.
    Il faut donc construire des équipements modernes et faire des recrutements pour que cette situation ne soit qu’un mauvais souvenir.

  36. Pendant les périodes de grande chaleur le problème d’eau s’accroît .Cela parce que les sources d’approvisionnement d’eau se tarissent.Le gouvernement malien est conscient de la situation et prend les dispositions pour faire face à cette situation.

  37. Le paradigme traditionnel de la gestion de l’eau et de l’assainissement est à bout de souffle depuis des décennies. C’est pourquoi il est important de mettre l’accent sur le bon travail effectué par le gouvernement actuel dans le domaine d’eau.

  38. Moi je pense que comme le journaliste l’a mentionné ici nous sommes un pays sahélien et c’est justement pour cette raison que nous ne devons pas être durs avec nos autorités. Les pluies qui demeurent nos principales sources d’eau sont rares dans notre pays et aussi vu la texture de notre sol; la nappe phréatique ne peut être atteinte facilement ce qui fait que la construction d’équipements est très couteux mais des efforts sont faits, on doit les apprécier à juste valeur.

  39. La même logique économique implacable nous amène a gaspiller sans compter les ressources en eau de nos pays . Les solutions sont des plus simples elles font appellent au bon sens.

  40. La solution est mondiale, comme la plupart des problèmes sont aussi mondiaux.L’eau est malheureusement traitée comme une matière première inépuisable.Il faut qu’o arrête de faire du gaspillage et utiliser à des fins plus humains.

  41. Ce n’est pas une justification en soit mais je pense que nous ne devons pas jeter la pierre à nos dirigeants parce que des pays qui ont des sources d’eau indénombrables comme la Côte d’Ivoire sont souvent confrontés à des pénuries d’eau à plus forte raison le notre où les sources d’eau se comptent au bout des doigts. Les autorités sont conscientes du calvaire que nous vivons quand il y a des pénuries raison pour laquelle la société de gestion d’eau mais sur place son programme “citerne” afin de pouvoir approvisionner les populations pendant les pénuries.

  42. Il n’y aura de solution pour le problème de l’eau que si on peut arrêter les multinationales délinquantes qui “investissent” dans les agrocarburants et qui “ravagent” des millions de mètres cubes d’eau potable (en appauvrissants des régions de la planète en privants l’agriculture vivrièrs de ses ressources) .

  43. L’une des préoccupations première du régime d’Ibrahim Boubacar Keïta est d’offrir la quantité voulue et demandée aux maliens. La survie n’est possible qu’avec l’eau. S’il n’y a pas d’eau, il n’y a pas de vie sur terre.

  44. Le problème de fourniture en eau surtout à la capitale est en grande partie du au à la prolifération des nouveaux quartiers qui n’ont pas de plan convenable d’approvisionnement et aussi aux branchements anarchiques qui provoquent souvent des fuites d’eaux incontrôlées.
    Il y a aussi le tarissement des sources d’approvisionnements comme nous pouvons le constater tous. Raison pour laquelle nous ne devons pas en vouloir à nos gouvernants qui font tout ce qui est en leur pouvoir pour nous offrir de bonnes conditions de vies.

  45. La vie de l’homme est liée à l’eau. Il n’existe pas de vie s’il n’y a pas d’eau. Donc la population malienne ne veut que tout manque dans ce pays sauf l’eau, la végétation et la santé. L’une ne peut pas aller sans les autres.

  46. Ladji Burama est en de tout faire pour que ce pays soit émergent. Cette émergence passe par l’accès pour les citoyens à l’eau et autres nécessites qui donnent vie sur terre. La vie sans l’eau n’existe pas et est impossible. J’exhorte le président et son gouvernement continuer sur leur chemin.

  47. Monsieur le journaliste, le président de la république est, certes, le premier citoyen si je peux le dire ainsi mais cela ne veut pas qu’il doit avoir les pieds partout. Il y a des services chargés de résoudre les problèmes de ce genre.

  48. J’invite les citoyens de la nation malienne à prendre leur mal en patience. Le président de la république et toute son équipe travaille pour que les trois choses les plus importantes voire même vitales pour la survie de l’homme qui sont : l’eau, la santé et la nourriture ne soient inaccessibles aux maliens. Il savoir aussi que les deux dernières sont liées et dépendent de la première.

  49. Le manque d’eau dans la vie humaine cause beaucoup de problèmes liés les uns aux autres. Les autorités maliennes qui sont engagées à bannir le problème à travers la construction de châteaux d’eau dans les cercles de la nation, ne peuvent pas faire l’impossible mais veulent à tout prix offrir le bonheur aux citoyens maliens.

  50. Pour appréhender toute l’ampleur du problème, il nous faut commencer par faire le bilan de l’immense impact que l’eau a sur nos vies au quotidien et sur notre capacité de nous créer un meilleur avenir.

  51. Je ne nie pas le fait que l’eau soit plus importante que toute autre chose dans la vie. Mais être gouvernant d’une nation impose tant de chose que les autorités maliennes conscientes du problème d’eau ne peuvent pas consacrer tout leur temps à résoudre ce seul problème en oubliant les autres.

  52. L’eau est un bien sensible et doit être pensée comme un système fermé, un système en boucle. Adopter le principe de subsidiarité et essayer de gérer les boucles de façon plus locale ne constitue pas une panacée.Le Mali est sur la bonne voie.

  53. L’eau est certes, vitale dans la vie d’un être, mais elle n’est pas la seule chose que la vie dépende. Donc nos autorités ne peuvent pas se tourner seulement vers le problème de l’eau que je ne sous-estime pas du tout.

  54. La place de l’eau dans la vie de toute créature de l’être suprême qui est Dieu est importante. Les autorités maliennes sont celles que nous sollicitons pour tout problème qui secoue la population. Le pouvoir en place dans notre pays travaille pour que ce problème fasse partie de l’histoire.

  55. Le gouvernement d’Ibrahim Boubacar Keïta est engagé à pallier tous les problèmes de la nation malienne. Vu la place que l’eau occupe dans la vie des êtres humains et autres créatures du tout puissant, je crois que le président est en train de faire de son mieux.

  56. Le problème de l’eau dans cette nation est une affaire qui ne date pas de cette époque que nous vivons. Chaque régime, de l’indépendance à aujourd’hui, a eu à affronter le défi d’eau, d’électricité, de santé et autres. Maintenant que c’est Ibrahim Boubacar Keïta que nous connaissons tous bien placé pour relever ce défi, il lui faut le retour de la paix pour poser tout acte en faveur de ce manque d’eau.

  57. Ce problème d’eau que notre pays vie est dû au manque de vision qui n’ont pas mis en place une bonne stratégie de desserve des populations en eau. Quand on sait qu’on a un pays aussi défavorisé au plan climatique; il faut avoir une bonne stratégie de distribution et d’approvisionnement mais ce ne fut pas le cas.

  58. La pénurie d’eau touche déjà tous les continents et plus de 40 pour cent de la population de la planète. D’ici 2025, 1,8 milliard de personnes vivront dans des pays ou des régions victimes de pénuries d’eau absolues, et deux tiers de la population mondiale pourraient être exposés à des conditions de stress hydrique.

  59. L’eau est la source de toute vie, qu’elle soit animale donc humaine ou végétale.C’est pourquoi le gouvernement malien en a fait une priorité en créant des infrastructures d’adduction d’eau.

  60. L’eau comme on le dit est source de vie car elle est nécessaire pour presque la quasi totalité des actions de l’homme à commencer par le breuvage. Notre pays dispose d’une société de gestion d’eau avec un budget conséquent mais qui n’arrive pas à satisfaire nos besoins. Il faut de ce fait que l’état puisse prendre en main de secteur et mettre en place un plan d’équipements de proximité tels que les bornes fontaines, les forages et autres afin que l’eau soit disponible partout.

  61. Le problème d’eau dans notre pays est dû à plusieurs causes.Mais le gouvernement malien a fait des efforts pour que l’eau soit accessible à tous.Pendant les périodes sèches dans notre pays les sources d’eau tarissent ce qui accroît le problème d’eau.

  62. Le problème d’eau est un problème vraiment crucial mais les actions du gouvernement dans ce secteur ne sont pas négligeables. Notre pays a des problèmes d’eau parce que nous n’avons pas assez de sources d’approvisionnements ce qui fait qu’en période de sécheresse, nous avons des problèmes de pénuries. Il faut donc penser à d’autres sources d’approvisionnements mais aussi des réserves conséquentes pour éviter de souffrir des problèmes d’eaux.

  63. Il faut créer des infrastructures pour fournir de l’eau de façon massive et encourager le secteur privé à prendre des risques pour s’aventurer dans les zones non explorées par le gouvernement.Je pense que le gouvernement malien fait des efforts dans ce sens.

  64. A quoi va servir donc de vôter pour des irrésponsables qui ne pensent qu'à leur pôche rien que leur fin ploiticien. Les maliens ne meritent cela ah nous gouverner par des scrupulent sans conviction de developpement.

Comments are closed.