In memoriam : Chouaidou Traoré : Un pionnier et un homme de courage

3
Nord-Mali : faire face et ne plus faire semblant
Adam Thiam

En 1990, l’entrée en scène de l’hebdomadaire « l’Aurore » venait renforcer les revendications pour le pluralisme politique, aux côtés de « les Echos », de «la Roue» et des associations démocratiques (Adema, Cnid, Aeem, Adide, etc).  Tous les jeudis, les Bamakois s’arrachaient l’Aurore avec ses éditoriaux incendiaires. Des images et des signatures allaient devenir désormais familières dont celle de Chouaidou Traoré, décédé hier. Vingt cinq ans se sont écoulés depuis ces temps épiques mais on ne peut pas ne pas les évoquer sans se souvenir de Chouidaou et de lui rendre l’hommage qui sied. Oui quel ne fut alors le courage de ce jeune journaliste formé dans l’ex Urss ! Sans gant, sans fard, dans un parler cru qui laissait deviner que pour lui ça passait ou ça cassait ! On ne peut oublier ses éditoriaux interpellateurs ni les révélations contenus dans son journal qu’il cogérait avec d’autres dont Belco Tamboura, son compagnon d’arène qui nous a informé de la terrible nouvelle par un Sms résigné. Chouaidou Traoré fit un bref passage dans la diplomatie mais la presse était sa passion et son métier. Il laisse deux titres connus qui ont eu il est vrai des fortunes diverses : Nouvel Horizon et Soir de Bamako. Mais tant qu’il pouvait, Chouaidou relevait le défi de la régularité de ses parutions qui sont des quotidiens, c’est-à-dire ce qu’il y a de plus difficile à faire en matière de journalisme. Il s’en va  avec son expertise au moment où la seconde génération de la presse démocratique est requise. Mais personne ne restera et à l’héroïque éditorialiste des années de braise, nous disons adieu. Que sa veuve, ses enfants, sa famille, ses proches et amis reçoivent ici nos condoléances sincères.

Adam Thiam     

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Dieu seul peut faire un acte sans avoir de compte à rendre à qui que ce soit. Paix à son âme. 😀 😀 😀 😛 😛 😛

Comments are closed.