En un mot : Paris renvoie dos à dos gouvernement et ex-rebelles

4

Selon la presse française, les autorités de l’hexagone comptaient profiter de la réunion de mercredi dernier à Paris pour «redynamiser le processus de paix, qui progresse peu depuis quelques mois». Elle souligne que la décentralisation de l’Etat  présentée comme étape cruciale de la mise en œuvre de l’accord d’Alger, n’a toujours pas avancé.

«Les responsabilités du blocage sont partagées, estime-t-on à l’Elysée. Il y a des défaillances dans tous les camps : Bamako, les mouvements, et ceux qui sont chargés du suivi  de l’accord.»

Soulignant les victoires de la coalition conduite par les Etats-Unis en Irak et en Syrie est proche d’annoncer la disparition du califat proclamé par l’Etat islamique  lancée il y a trois ans, Emmanuel Macron, veut désormais «des victoires au Sahel pour le premier semestre 2018». Pour ce faire, en plus de la mise en route définitive des forces du G5, il entend mettre la pression sur les différents acteurs du processus de sortie de crise. Les prochains mois s’annoncent donc cruciaux pour l’avenir de notre pays.

DAK

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. LE FOYER DE LA GUERRE MONDIALE, SOUS SON ‘NEW LOOK’, SE DÉPLACE DE LA SYRIE VERS LE MALI.

    QUI PEUT DIRE LE CONTRAIRE ? LA VÉRITÉ EST LÁ…!

    CETTE FOIS-CI LE MALI SERA SACCAGÉ JUSQU’ Á BAMAKO …..

    MALIEN, PRÉPARE-TOI POUR LA GUERRE D’ INDÉPENDANCE CONTRE LA FRANCE ET LES ARABES !

    LES DIRIGEANTS MALIENS FONT SEMBLANT DE CHERCHER 400 MILIONS D’ EUROS POUR DÉTRUIRE 500-800 TERRORISTES, TACHE QUI LEUR EST ASSIGNÉE PAR L’ OCCIDENT… .

    LES LARBINS DIRIGEANTS , Á LA RECHERCHE DE FAUSSES SOLUTIONS AUX FAUX PROBLMES ÉNNONCÉS PAR LA FRANCE, SE VOIENT IMMERGÉS PAR 6000 TERRORISTES SUPLEMENTAIRES AÉROPORTÉS AU MALI PAR L’ OTAN.

    LE MALI ET LES MALIENS SAURONT MAINTENANT LA GUERRE, LA FRANCE ET SES ARABES AUSSI, SANS OUBLIER SES NEGRES FRANCISÉS-ARABISÉS…..

    WAZEKWA TOLO Doe,
    SPIRIT OF Zimbabwe Banconi Ghetto-City of Wadawada,
    Colombia of Bamako DC .

  2. FUTUR PROCHE DU MALI, HISTORIQUE DE LA GUERRE EN SYRIE:

    L’Armée syrienne libre (ASL), LE NOEUD DE LA GUERRE, avait été créée en juillet 2011 par la France.

    Prétendument commandée par le colonel Riad el Asaad (sans lien de parenté avec la famille du chef de l’État), elle aurait été composée de déserteurs de l’Armée arabe syrienne refusant les ordres du « régime ».
    Le drapeau de l’ASL est celui de l’occupation coloniale française qui fut maintenu au tout début de l’indépendance.
    Cependant, ne parvenant pas à trouver les déserteurs annoncés, les services secrets occidentaux firent appel aux jihadistes libyens avec lesquels ils venaient de renverser Mouamar Kadhafi.

    En novembre 2011, le représentant spécial de Ban Ki-moon et ancien secrétaire général d’Amnesty International, Ian Martin, organisa le transfert par bateau de 1 500 jihadistes d’Al-Qaïda vers la Turquie.
    Ils furent placés sous l’autorité d’Abdelhakim Belhadj (ancien numéro 3 d’al-Qaïda) et de Mehdi Al-Harati (ancien leader de la Flottille de la Liberté pour Gaza).
    Débarqués en Turquie, ils furent transportés par des autobus affrétés par le MIT (services secrets turcs) à Jabal Al-Zouia en Syrie, où durant un mois ils formèrent sous les yeux émerveillés des télévisions occidentales un village « rebelle ».

    À partir de juillet 2012, l’ASL recruta des combattants syriens, mais uniquement parmi les populations tribales.
    En 2013, un de ses chefs, Khalid Al-Hamad, posta une vidéo où on le voit manger le cœur d’un soldat de l’Armée arabe syrienne et annoncer le sort qu’il réserve aux alaouites.
    En 2015, alors que l’ASL avait disparue, la Turquie récupéra son sigle et ses symboles pour embaucher à son service certains de ses combattants.

    Contrairement aux affirmations de la presse occidentale, l’ASL n’a jamais ambitionné la démocratie, ni toléré le pluralisme religieux.

    LAURENT FABIUS, CRIMINEL No1 DE CETTE GUERRE SYRIENNE, EST AUJOURD’HUI PRÉSIDENT DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL DE LA FRANCE QUI PRÉTEND COMBATTRE LE TERRORISME AU SAHEL.

    IBK ET AUTRES DIRIGEANTS MALIENS CONTINUENT Á CONFIER LA FAMILLE MALIENNE AUX ASSASSINS, FRANCAIS ET ARABES, PLUSIEURS MILLIONS DE FOIS RECIDIVISTES.

    LA COMPLICITÉ EST MARQUANTE….

    QUE LE PEUPLE MALIEN S’ ASSUME..!

    WAZEKWA TOLO Doe,
    SPIRIT OF Zimbabwe Banconi Ghetto-City of Wadawada,
    Colombia of Bamako DC .

  3. Macron ne sait pas, que le gouvernement d’IBK a engagé le Mali dans une affaire plus compliquée qu’elle ne parait. Les accords, en l’état, ne sont pas applicables, pour plusieurs raisons. Les accords d’Alger ne font pas l’unanimité au Mali. L’insouciant président avait catégoriquement rejeté la proposition des autres acteurs politiques d’aller à des concertations nationales inter-Maliens, qui devaient être la feuille de route des délégués Maliens aux négociations d’Alger. IBK est allé tête baissée, se lancer dans des choses qu’il ne maîtrise pas. Il ignore totalement la sociologie politique du pays, surtout celle du Nord en particulier. Il a signé, il a accepté tout ce que voulaient les rebelles, sans tenir compte de l’avis de la majorité des populations du Nord-Mali. Ce qui en lui-même, constitue un déni grave de la supériorité numérique des noirs dans les régions concernées. Tout a été fait à la seule faveur des Touaregs, qui ne constituent même pas 2% de la population de cette partie du pays. Les gens n’accepteront jamais de se soumettre au diktat du petit nombre sur le grand. Il faut être vraiment con comme ce vaurien de président, pour imposer aux autres la supériorité des uns. Paris devra lui aussi revoir sa copie, puisqu’il est aussi comptable de ce qui arrive en ce moment dans le blocage de l’application des accords. La situation ne peut que se bloquer, car les populations du Nord n’avaient pas été concertées sur le fond de ces accords compromettants, alors qu’elles sont les premières concernées. C’est grave! C’est vraiment dommage pour le Mali, d’avoir à sa tête de tels crétins qui, au lieu de faire avancer le processus de paix, l’ont fait reculer, parce qu’inapplicables en l’état à tous ses articles et rubriques. Ces accords doivent être revus de fond en comble, afin de trouver le juste milieu des engagements, sincères et applicables au profit de toutes les communautés des régions concernées. Il ne saurait être question pour les populations noires des régions de Gao, Tombouctou, Ménaka, Kidal et Téssalit de se soumettre à la loi d’un Azamerde utopique, une fausse idée séparatiste qui, à la longue, conduira inéluctablement à la partition du Mali. Vraiment IBK ne vaut rien. Comment peut-il aller engager tout seul, l’avenir de tout un peuple dans des affaires troubles, que ni lui, ni ses larbins et thuriféraires ne comprennent pas? Si par la grâce de Dieu, ce farfelu est dégagé aux prochaines élections, le nouveau pouvoir devra forcément remettre en cause ces accords maudits. Il devra faire table rase de tout ce qui a précédé leur signature, afin de trouver le juste milieu entre toutes les communautés peuplant ces régions du Nord-Mali. C’est un impératif catégorique à la conscience humaine. Vivement, que ces salopards foutent le camp, et que les négociations reprennent car, les rebelles eux-même savent que, trop de concessions leur ont été faites sans aucune base légale. Le Mali doit rester un et indivisible. Qu’on ne s’y méprenne pas, la régionalisation avancée est une menace directe sur l’intégrité du pays. De Kidal à Kayes, en passant par le centre du pays, la loi doit rester la même pour tout le monde sans exclusif, et s’appliquer sur toute l’étendue du territoire national.

    • Bien vu: l'accord est une vente du Nord du Mali, une véritable instabilité pour l'ensemble du Pays.

      IBK a exclu tous les maliens qui pouvaient jouer un rôle dans le processus d’Alger pour éclairer les parties et éviter des arrangements compromettants comme l’accord signé par le président sans consultation préalable des maliens.

      Non seulement IBK ignore les réalités du Nord mais aussi, il s’est fait représenter par Modibo Keita qui ne représente rien face aux acteurs rebelles et qui aussi étranger aux problèmes posés par les séparatistes.
      L’opposition et tous les responsables connaissant les vrais problèmes du Nord et des rebelles ont été écartés.

      Au lieu de consulter le Peuple et de se cacher derrière sa décision, IBK a d’abord signé l’accord de compromission avant de se transformer en avocat pour le faire avaler aux populations.
      Il a menti au Peuple qu’il a historiquement trahi et a fait mentir son clan et son gouvernement de famille.

      La vérité est entrain de les attraper petit à petit. Caque jour une conséquence négative de l’accord émerge.

      L’accord est inapplicable au Mali tant que survivra un seul malien épris de justice et un seul malien qui tient à sa dignité.

      L’accord, c’est la domination des populations majoritaires par la poignées d’assassins et de malfrats.
      Honte éternelle à IBK et sa clique qui ont signé cet accord de vente du Nord.

Comments are closed.