Bibliothèque Universitaire Centrale : Le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga pose la première pierre

3

Le vendredi 17 septembre 2021 restera gravé à jamais dans les annales de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique au Mali. Il restera dans l’histoire de l’enseignement supérieur, car c’est ce jour que fût posé la première pierre des travaux de construction de la Bibliothèque Universitaire Centrale (BUC) du Mali dont on parle, selon le secrétaire général de l’Association des Élèves et Étudiants du Mali (AEEM), Sirima Niaré, depuis l’avènement de la démocratie.

Le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga a procédé au lancement couplé à celui des travaux de sécurisation des Institutions d’Enseignement Supérieur (IES) du Mali. C’était  à la cité universitaire  de Badalabougou  ou Colline du Savoir, près de l’Institut Cheikh Zayed.  Étaient  présents le Ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, le Pr Amadou Kéita, Mamadou Djibo, Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique de l’innovation de la République  du Niger, le Doyen  du corps  diplomatique, l’Ambassadeur du Maroc au Mali, Hassan Naciri, les Recteurs, les syndicats d’enseignants, les élèves  et étudiants  avec  à leur tête  Siriman Niaré, le  Maire de la Commune V, Amadou Ouattara, etc.  La nouvelle bibliothèque  s’étendra sur  une superficie  de 18.000 mètres carrés pour un coût global de 9 milliards 500 millions de francs CFA pour  un délai  d’exécution de 36 mois. Elle  sera bâtie sur  une  superficie de 18 153, 2 m²  et comprendra les constructions ci-après : le département des activités culturelles ; le département des services publics ; le département des services administratifs ; le département des services scientifiques ; le département des services techniques ; l’exposition des livres ; la guérite; l’aménagement de la cour. Elle sera dotée d’une architecture majestueuse qui s’inscrit dans une démarche écologique et sahélienne et offrira à ses visiteurs des collections variées dans tous les domaines. Quand aux travaux de sécurisation des Institutions d’ Enseignement Supérieur qui consisteront à la construction et à l’installation sur les campus universitaires, de postes de sécurité, de guérites, de caméras, de lampadaires, ils coûteront  2,4 milliards de francs CFA. Ces actes sont posés, précise  le Pr Amadou Kéita, conformément aux recommandations du forum sur l’insécurité en milieu scolaire et universitaire.  Selon le PR Amadou Kéita, l’objectifs de la bibliothèque universitaire centrale sera de rendre plus performant l’espace universitaire malien. “Ce véritable lieu  de convivialité serait un atout considérable pour le monde universitaire et estudiantin. Les enseignants chercheurs et les étudiants viendront chercher le savoir et le savoir-faire”, a déclaré le Pr Amadou Kéita.

S’adressant à l’assistance, Choguel Kokalla Maiga a fait savoir  que l’enseignement occupe une  place de choix dans le développement des Nations, et qu’aucun peuple ne peut se développer sans un enseignement de qualité. De ce fait, insiste le Premier ministre, nous avons l’obligation de rehausser  le niveau de l’enseignement dans notre pays, a déclaré le Premier ministre.

« Cette bibliothèque, qui possède des collections variées dans tous les domaines, permettra d’améliorer les conditions de travail, d’études des étudiants et enseignants-chercheurs », a indiqué Choguel.

L’occupation  illégale du domaine universitaire et son accaparement par les prédateurs fonciers donnent de l’insomnie au ministre Amadou Kéita, au secrétaire général du Snesup et du secrétaire général de l’AEEM. En bloc, ils ont dénoncé cette situation, avant d’implorer le Premier ministre de tout mettre en œuvre pour trouver une situation idoine à cette question. En réponse à cette requête, le Premier ministre a instruit au ministre chargé des Domaines de prendre dans les meilleurs  délais  les dispositions idoines pour que désormais la vocation première du domaine universitaire légalement affecté reste comme telle.

Hadama B. Fofana

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Toutes les occasions sont bonnes pour fanfaronner. Même ce projet vieux d’au moins une décennie n’y échappe pas. Le ridicule ne tue pas, certes.

    Pensées rebelles.

  2. IL FAUT DEVELOPPER L APPRENTISSAGE AVEC LE PRIVE VIA FORMATION ALTERNANCE ET CELA A FOND EGALEMENT COMME EN ALLEMAGNE

  3. LE SAVOIR EST LA CLE DU DEVELOPPEMENT

    SANS SAVOIR ON PEUT PAS ACQUERIR LE SAVOIR FAIRE

    RAISON POUR LAQUELLE LE MALI NE PEUT FABRIQUER CERTAINES CHOSES ESSENTIELLES A SES BESOINS

    TRACTEURS
    MOTOPOMPES
    VEHICULES
    TURBINES
    BULDOZER
    FINISSEUR
    NACELLE
    RAILS
    MACHINES OUTILS
    MOTEURS ELECTRIQUES ET THERMIQUES
    BATTERIES
    PNEUS
    PIECES MECANIQUES DE VEHICULES
    TRAINS
    LOCOMOTIVES
    AERONEFS
    CAMIONS
    BLINDES
    FUSIL D ASSAUT
    TENUES
    MUNITIONS

    ETC….
    J ARRETE LA LA LISTE EST LONGUE

    MERCI CHOGUEL MAINTENANT PLACE AUX FORMATIONS SUPERIEURE PROFESSIONNELLES SCIENTIFIQUES AVEC BCP DE PRATIQUES

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here