Échec des négociations entre le CNSP et les syndicats de l’éducation sur l’application de l’article 39 : l’année blanche en passe d’être consommée !

12

Dans une vidéo qui nous est parvenue hier, mardi 1 septembre, le porte-parole du syndicat des enseignants grévistes, Adama Fomba, s’est exprimé sur la récente rencontre qui a eu lieu entre les syndicats et le CNSP. En écoutant le syndicaliste, le dossier n’a pas bougé d’un iota.

Malgré des négociations, les syndicalistes des enseignants appellent à l’union et au respect des consignes données. Ces membres du comité national pour le salut du peuple (CNSP) qui étaient censés mettre fin à la grève des enseignants peinent, eux aussi, à appliquer l’article 39 du statut des enseignants. Dans une vidéo qui nous est parvenue hier, le porte-porale des syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre, Fomba ne cache pas son insatisfaction. « Cela fait quelques fois que les membres du CNSP et nous, syndicalistes, discutons autour de l’application de l’article 39 du statut des enseignants. Au cours de nos échanges, le CNSP a sollicité repousser la date d’application de l’article 39 jusqu’au mois de novembre prochain. Nous leur avons dit que nous ne revendiquons pas quelque chose, mais demandons plutôt le respect de la loi », confie le porte-parole.

D’après lui, toutes les dépenses devant nécessiter l’application de cet article étaient, avant l’arrivée de la junte au pouvoir, déjà prêtes. Selon Adama Fomba, les syndicalistes ont, au cours de leur échange avec le CNSP, demandé où est parti l’argent qui était déjà prévu pour l’application du présent article. « Nous leur avons demandé où est parti cet argent. Qu’on ne se leurre pas, l’argent prévu pour l’application de l’article 39 ne peut pas être utilisé pour la construction du Mali nouveau dont on a besoin aujourd’hui. S’ils veulent vraiment construire ce pays, ils doivent se doter des moyens pour nous donner cet argent », explique le porte-parole, soutenant que le CNSP qui est censé poser les jalons de la refondation du pays ne doit aucunement violer les textes.

Puis de préciser que les syndicalistes ont même facilité les choses à la junte au cours des échanges : « Dans les procès-verbaux, nous avions demandé à ce que le paiement des alignements se fasse sur le salaire du mois de septembre ainsi que le paiement de toutes les arriérés de 2020 ».Mais , ajoute Fomba, vu la situation nationale, nous avons allégé la tâche.

Au lieu que l’alignement et le paiement se fassent, nous avons jugé utile d’aller avec les alignements simples, repoussant la date du paiement des arriérés. Le CNSP n’a pas accepté cela aussi, regrette-t-il, énonçant que le problème est à ce niveau. D’où ces précisions : « L’avenir des enfants dépend du CNSP aujourd’hui. Sauver ou empêcher l’année blanche dépende du CNSP ». En attendant satisfaction de la doléance, le porte-parole appelle les grévistes appelé  à respecter les consignes données jusqu’à l’application de l’article 39.

Ces échecs des négociations prouvent que l’année scolaire peut être difficilement sauvée. Les enfants et leurs parents doivent donc s’apprêter pour l’année blanche qui est presqu’inévitable.

 Mamadou Diarra

Commentaires via Facebook :

12 COMMENTAIRES

  1. pourquoi les enseignants ont demandé un statut particulier et ils veulent encore bénéficier des avantages du statut général. renoncer donc à votre statut particulier et revenez au statut général pour bénéficier comme tout le monde!!!. vous pensez que les militaires sont naifs pour que vous les bousculer de la sorte.
    les parents d’enfants qui ne sont salariés vont faire comment. c’est plutot ces syndicalistes de métier qui n’ont aucun souci pour nos enfants . trop c’est trop ! on vous dit de rependre les cours qu’on va appliquer avec rappel et vous refuser. ils y a des enfants qui n’ont même pas a manger avant d’aller a l’ecole.

  2. nous sommes tous des enseignants dans nos domaines respectifs. le syndicalisme est devenu une profession , un métier dans ce pays. ce n’est parce que tu te tiens devant un groupe d’enfant que tu penses que c’est toi seul qui sais apporter quelque chose

  3. vous pouvez continuer avec votre grève cela est bien même pour nos enfants, au lieu d’aller bourrer les tètes des élèves de conneries. sachez que le CNSP N’a ni les moyens ni la légitimité de satisfaire immédiatement a vos exigences stupides. si vous ne voulez pas travaillez restez chez vous et cessez de donner vos privés et les cours à domicile!!!

  4. Les discussions sont ouvertes pour la mise en place des organes de transition. En attendant, ces jeunes militaires n’ont aucunement légitimité pour engager le Mali dans une quelconque négociation avec des syndicalistes ou autres. Les enseignants sont censés être assez intelligents pour comprendre cela. Veulent-ils continuer à maintenir les mots d’ordre de grève dans de telles conditions malgré tout ?
    Je trouve que c’est trop enfantin d’adopter un tel comportement tout ou rien…

  5. Syndicalisme ne rime pas avec le radicalisme or tel est le visage affiché par la synergie des enseignants.
    Ou est l’enseignant respecté par les élèves et la communauté?
    Ou est l’enseignant élégant,exemplaire, courtois au service de toute la société?
    N’avons nous pas coutume de dire que les enseignants étaient les parents pauvres de la société?
    Les enseignants étaient tellement doués dans ce qu’ils enseignaient que les élèves n’avaient pas besoin de cours à domicile contre argent.
    Ou est l’amour du métier?
    Lorsqu’on est responsable c’est pour prendre des décisions et donner des ordres.
    Les autorités doivent abroger l’article 39 pour tous ceux qui ont un statut particulier. Celui qui n’est pas d’accord rend le tablier.
    Interdire les cours à domicile par les enseignant payés sur le budget national.D’ailleurs cette pratique fausse les résultats ses évaluations scolaires.
    Mettre fin à la pratique de dispense de cours dans les établissements privés par les enseignants du public.
    Procéder à des inspections inopinées pour mettre hors circuit les incapables.
    Tout enseignant qui n’a pas l’amour du métier doit être remercié.

  6. L ECOLE MALIENNE EST A REFAIRE COMPLETEMENT, DE LA LANGUE D ENSEIGNEMENT AU CONTENU DE L EDUCATION!

    JE PROPOSE QU EN TOUT DEBUT :

    A) CHAQUE ENSEIGNANT OU GROUPE D ENSEIGNANTS FASSE DES LIVRES DANS LEUR MATIERES ENSEIGNEES, EN LANGUES LOCALES, BAMANAN KAN, SONGHAI, PEULH, BOWA,SENOUFO,KHASSOKHE,MALINKE, MINIAKA KAN, DOGONO KAN!

    B) QUE CHAQUE ENSEIGNANT MAITRISE SA MATIERE DANS UNE LANGUE NATIONALE ECRITE!

    C) QUE LE CONTENU DE L ENSEIGNEMENT SOIT PUREMENT ORIENTE SUR LES REALITEES ECONOMIQUES ET SOCIALES DU MALI, INCLUANT LES CONNAISSANCES PRATIQUES, TRADITIONELLES ET NATURELLES. PAR ETAPE DU SIMPLIFIE AU COMPLEXE.

    D) QUE L ENSEIGNEMENT SE FASSE EN LANGUES LOCALES ET LES TESTS ET EXAMENS SE FASSENT EN LANGUES NATIONALES!

    E) RECOMMENDER QUATRE LANGUES ETRANGERES A APPRENDRE PAR CHAQUE ETUDIANT: LE SWAHELI, L ANGLAIS, LE CHINOIS ET LE RUSSE.

    FINALEMENT, L ENSEIGNEMENT DOIT ETRE PAYANT 60% PAR L ETAT 40% PAR LES PARENTS ET DES FOND CREES PAR LA SOCIETE CIVILE SOLIDAIRE .

    • FAAROHW PROPOSE QU ON APPELLE NOS VIEUX ET VIELLES NON-ARABISES ET NON-FRANCISES ET LES IMPLIQUER DANS LE SYSTEME D ENSEIGNEMENT! PAS CEUX QUI VIENNENT EN HURLANT SALAAM ALLEY KOUM! MAIS CEUX QUI SAVENT QUI ILS SONT ET SAVENT OU ILS DOIVENT CONDUIRE LA NATION, PAS DANS L ESCLAVAGE D ALLAH PAS DANS L ESCLAVAGE DES AUTRES ABRAHAMIQUES OU LEURS PROXYS!

  7. Ceux qui manipulaient les syndicats d enseignants doivent réagir rapidement et trouver des solutions a leurs revendications tres légitimes continuité de l état oblige Certes mais qui sera difficiles a appliquer vu les sanctions financières des partenaires et de l embargo de la CEDEAO contre la junte de kati qui souhaite s accroché au pouvoir pour 3 ans de transition. Une chose est sur on ne peut pas gouverner un pays sans de l argent vérifions d abord les caisses de l Etat si on a les moyens de nos ambitions sinon demandons a la russie de verser 18 millards chaque mois dans les comptes du tresor pendant les 3 ans de transition Ce pendant je pense c est possible de l appliquer l article 39 avec une transition civile de 18 mois au cas ou l embargo sera lever et les partenaire financier apporteront leur soutien vive la paix et la stabilité

    • Personne ne manipulait et n’a manipulé les enseignants.
      Les enseignants n’ont demandé que l’application d’une loi de la république.

      • ET SI TOUTES LES PROFESSIONS DEMANDENT LA MEME CHOSE?

      • tu ne vaux rien, il y a loi que lorsque la République existe. Tous le maliens ou presque étaient ces enseignants mais maintenant tous le maliens ou presque seront contre eux. l’intérêt de l’état doit primer.

        • C’est ta mère qui ne vaut rien, aujourd’hui c’est grâce à un enseignant que tu arrives à t’exprimer en français.
          Espèce d’ingrats.

Répondre à bd Annuler

Please enter your comment!
Please enter your name here