Examens de fin d’année : Les épreuves du DEF démarrent dans un climat tendu

2

Les candidats du Diplôme d’Études Fondamentales (DEF) passeront, à partir de ce lundi 16 août 2021, leurs épreuves. De plus en plus de perturbations, à l’initiative de la synergie des syndicats de l’Éducation signataires du 15 octobre 2016, sont prévues dans les centres d’examen. Le ministère de l’Éducation relativise et demande « l’implication de tous les acteurs pour la réussite de ces évaluations de fin d’année.»

Après les examens de BT1 et BT 2 perturbés par la désobéissance civile des enseignants grévistes, l’’inquiétude monte autour des épreuves du Diplôme d’Études Fondamentales (DEF) que les élèves des classes de neuvième doivent passer à partir de ce lundi. La synergie des syndicats de l’Éducation signataires du 15 octobre 2016 (SYPESCO, SYNEB, SYNEFCT, SYNESEC, SYLDEF, FENAREC, COSES) a décidé de continuer sa grève de 12 jours, allant du lundi 09 au jeudi 12 août, du lundi 16 au mercredi 18 août et du lundi 23 au vendredi 27 août 2021. Cette décision a été prise après l’échec des négociations, le jeudi 12 août dernier, entre le gouvernement et la synergie des syndicats des enseignants. Pour Ousmane Almoudou, porte-parole des syndicats, joint par Le Républicain, rien ne leur fera renoncer à l’application « immédiate » de l’article 39 de la Loi portant statut particulier du personnel enseignant. « Le gouvernement veut toujours nous maintenir dans les jougs de la grille unifiée. Nous ne l’accepterons pas », a -t-il déclaré.

Quid de la désobéissance civile entamée par les enseignants pour paralyser les examens de fin d’année ? Selon la synergie des syndicats de l’Éducation signataires du 15 octobre 2016, après avoir constaté l’engagement des administrateurs scolaires à observer les mots d’ordre de grève et à la demande de leurs partenaires sociaux, elle a décidé de surseoir à la fermeture des structures scolaires en lien avec la désobéissance civile. « Le boycott et la grève continuent. Les militants et les administrateurs scolaires doivent rester mobilisés pour le respect des autres points relevant des mots d’ordre en cours», déclare la synergie.

La synergie des syndicats de l’Éducation signataires du 15 octobre 2016 continue d’exiger l’application « immédiate » de l’article 39 de la Loi portant statut particulier du personnel enseignant qui stipule que « toute majoration des rémunérations des fonctionnaires relevant du Statut général s’applique de plein droit au personnel enseignant de l’Enseignement secondaire, de l’Enseignement fondamental et de l’Éducation préscolaire et spéciale.»

Elle s’insurge aujourd’hui contre l’adoption de l’ordonnance n°2021-003/PT-RM du 16 juillet 2021, fixant grille indiciaire unifiée des personnes relevant des statuts des fonctionnaires de l’État, des Collectivités territoriales, des statuts autonomes et des militaires. Cette ordonnance du président de la transition, dans son article 4, «abroge toutes dispositions antérieures contraires».

M.K. Diakité

 

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. FAUT EN EFFET METTRE LE PAQUET SUR L EDUCATION – MERCI CHOGUEL D AVOIR COMPRIS CAR LES CONSEQUENCES DE NON EDUCATION SONT DESASTREUSES POUR UN PAYS

    LA PREUVE

    L’OTAN accélère la formation de l’armée afghane
    L’illettrisme des recrues et les déséquilibres ethniques dans l’armée sont les principaux obstacles rencontrés.

    Par Frédéric Bobin(Tunis, correspondant) et Frédéric Bobin
    Publié le 18 juillet 2011 à 14h33 – Mis à jour le 18 juillet 2011 à 14h34
    Temps deLecture 4 min.
    Partage

    Les soldats, de fraîches recrues, ont l’air gauches, flottent dans leur tenue camouflée, peinent à soutenir l’attention mais veulent faire bonne figure. “Je suis là pour servir mon pays”, clame Sidiq Allah, âgé de 20 ans, originaire d’une vallée de la province de Kunar (Est), contrôlée par les talibans, et dont la famille a dû s’exiler en raison de l’engagement du fils dans l’armée. Au-delà des bonnes intentions, le sergent instructeur Abdul Qudoos ne dissimule pas l’ampleur de la tâche. “La principale difficulté, avoue-t-il, c’est que beaucoup sont illettrés.”

    10 000 apprentis soldats

    Gigantesque terrain militaire au pied d’une des montagnes encerclant Kaboul, le KMTC est la principale pépinière où l’OTAN assure la formation accélérée de l’armée afghane. Près de 10 000 apprentis – simples soldats ou élèves officiers – y suivent un cycle de huit semaines de cours avant de rejoindre leurs unités d’affectation.

    L’illettrisme évoqué par le sergent instructeur Abdul Qudoos est le principal défi auquel sont confrontés les formateurs. En Afghanistan, ravagé par trente ans de guerre, où nombre d’écoles dans les zones rurales sont restées fermées en raison de l’instabilité récurrente, le fléau est général. Il interdit aux recrues de pouvoir lire une carte, identifier une arme grâce à son numéro, compter les munitions.

  2. mais mr diakité les epreuves des BT se sont trés bien deroulés pour le DEF et le BAC se serra la meme chose inchala tu verra

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here