Fin du projet « chaque enfant a besoin d’un bon enseignant » : Les parties prenantes de la mise en œuvre évaluent les acquis

0

La troisième phase du projet « Chaque enfant a besoin d’un bon enseignant (CEBE)», une initiative conjointe de l’Internationale de l’Education (IE) et d’Oxfam, lancé en 2016 a pris fin au mois de mars 2019. Il sa situe dans le cadre du programme « éducateurs de qualité pour tous au Mali » afin d’améliorer la qualité de système d’éducation. Pour évaluer les résultats , les difficultés rencontrées, tirer les leçons afin de se projeter dans le futur, les différentes prenantes de la mise en place du projet et de la mise en œuvre du projet qui a concerné la Région de Ségou, se sont réunis les 29, 30 et 31 mars 2019, à l’Hôtel Onomo de Bamako. Il s’agit des organisations de la société civile, du Syndicat national de l’éducation et de la culture (SNEC), du Ministère de l’éducation nationale, Oxfam Novib, l’Internationale de l’éducation (IE), les académies de San, Ségou, etc. Le lancement des travaux des activités de la fin dudit projet, a été fait par Dr Augustin Poudiougo, représentant du Ministre de l’éducation nationale, avec à ses côtés le secrétaire général du Snec, Guitteye Moustapha, de Jackson Acha Atam, directeur pays adjoint Oxfam International Mali.

 

Les objectifs visés par l’atelier s’articulaient autour de cinq points. Célébrer la fin de CEBE avec les acteurs et actrices au niveau national et quelques bénéficiers ; réfléchir sur le progrès atteint pendant CEBE et ce qui a changé à cause du projet ; avoir des échanges   pour décider comment le projet pourraient être répliqué dans des autres régions et quels changements des politiques   de formation   des enseignantes suivront   le programme ; apprendre des expériences des participants concernant CEBE pour collecter les leçons clés pour une réplication potentielle dans des autres régions ou des autres pays ; discuter l’intégration des modules de la formation de CEBE dans la formation initiale et continue des enseignants dans les CAP/IMF.

Après les deux premières phases du « projet éducateur de qualité » (2009-2010 0 Kayes, Koulikoro et Sikasso et 2012-2014 dans la région de Ségou), cette troisième phase, indique Jackson Acha Atam, directeur pays adjoint Oxfam International Mali, a formé obtenus des acquis positifs. « Elle a eu le mérite entre autre de former 300 enseignants du fondamental dont 34 femmes et 100 directeurs d’école. Elle a aussi réussi le mérite d’élaborer une grande innovation : introduction des TICE (Technologie de l’information et de la communication) qui fera l’enjeux des grande échanges pour l’intégration dans le système éducatif. Ce programme, dit-il, relève d’un des trois programmes d’Oxfam au Mali, celui des droits aux services de base dont l’ambition est l’avènement de futurs citoyens bâtisseurs avec une force de proposition capable de contribuer au développement d’un Mali pacifique démocratiquement fort et émergent.

Le représentant du Ministre de l’éducation a salué le comité de pilotage et tous les acteurs pour la remarquable travail abattu dans le cadre du renforcement des compétences et l’amélioration   du statut   des enseignants en général et celui des enseignants communautaires en particulier. « C’est dans ce contexte qu’on peut apprécier à sa juste valeur l’accompagnement des organisation de la société civile pour l’amélioration de la qualité de l’éducation », a déclaré Dr Augustin Poudiougo.

Il était attendu des participants comme résultats de tirer les leçons clés à partir des progrès réalisés et des expériences des participants ; que les participants se sentent capables de continuer le bon impact du projet et d’initier des changements des politiques de la formation des enseignants dans le future ; créer un plan pour la réplication du programme dans une autre région ; déterminer les éléments clés pour les changements des politiques de la formation des enseignants dans le futur ; déterminer les éléments clés pour l’intégration des modules de la formation dans la formation générale des enseignants dans les CAP/IMF ; gérer un communiqué : rapport sur l’évènement

Hadama B. Fofana

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here