Formation des enseignants de qualité : Place à la nouvelle EN-Sup

1

Cette infrastructure qui sortira des entrailles en quelques va coûter 16 500 000 000 F CFA au budget national. Elle permettra d’améliorer l’environnement de la formation des élèves-maîtres du Mali

Ce nouveau noyau qui sera bâti sur une superficie de 12.60ha dans l’enceinte de la Cité universitaire de Kabala répondra à toutes les normes acquises pour recevoir une formation. La première pierre de ce futur édifice a été posée ce lundi 15 Mars par Samba Diallo le directeur de cabinet, du premier ministre. C’était en présence du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Pr Amadou Keita, de l’Ambassadeur de la République populaire de Chine au Mali et plusieurs autres personnalités de la République.

Le maire Tiécoura Mamadou Diarra dans ses mots de bienvenue s’est félicitée que la commune de Kalabancoro soit l’une des plus  dotées en infrastructures au Mali. Pour preuve, il a cité : le Lycée sportif Ben Oumar Sy, le Centre sportif de football, le Système de pompage et d’attribution d’eau, l’Université de Kabala etc.

Malgré ces infrastructures de taille, il n’y aucune route droite permettant d’accéder à celles-ci a laissé entendre le maire. Avant de déplorer  le nombre d’accidents mortels que cette situation provoque par an. De ce fait, Tiécoura Mamadou Diarra a sollicité l’apport des autorités de la transition pour le désenchantement de ces infrastructures et la réhabilitation du village de N’Golobougou.

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, le Pr Amadou Keita a d’abord décrit la situation actuelle de l’Ecole normale supérieure (EN-Sup). Les  effectifs des étudiants aux différents niveaux (Master, Licence et formation continue) sont d’environ 2671 étudiants. En termes de ressources humaines, l’école compte 101 enseignants permanents, dont 08 professeurs de rang magistral et 54 agents techniques et administratifs.

Cependant, à en croire le ministre, l’Institut est confrontée à beaucoup de difficultés qui sont, entre autres :  l’insuffisance notoire des salles de classe (les salles de laboratoire servent en même temps de salles de classe) ; l’insuffisance d’équipement de laboratoire (physique, chimie, biologie, langues) et de matériels didactiques, informatiques et de consommables ; le sous équipement de la bibliothèque en manuels et documents adaptés à la formation des maîtres et les conditions difficiles de travail des enseignants et du personnel administratif et technique.

« C’est dire combien de fois ce projet est important et qu’il va contribuer à l’amélioration de l’environnement de la formation et de la recherche dans notre pays » a souhaité le ministre Keita.

Le directeur de cabinet a, au nom du Premier ministre, souhaité que l’Ecole Normale Supérieure retrouve son lustre d’antan pour le bonheur et l’honneur de notre pays. Pour que cela soit, il a interpellé les responsables en charge de cet Institut. Aussi, il vous revient de tenir haut et très haut le flambeau que vous ont remis vos illustres devanciers car, l’heure est au sacrifice pour faire de l’enseignement dans notre pays, le socle d’une citoyenneté éclairée et consciente au service de la construction nationale » a exhorté Samba Diallo.

A noter que la maquette conçue pour cette nouvelle infrastructure scolaire de grande envergure, a été faite par le Cabinet  d’architecture et d’urbanisme (CADAU).

Diakalia M Dembélé

 

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Bravo pour l’érection de la Nouvelle Ecole Normale supérieure.
    Pourvu que l’ancien établissement ne subisse pas le sort des bâtiments publics illégalement sortis du patrimoine foncier de l’Etat.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here