Lutte contre l’extrémisme violent à travers l’éducation citoyenne : La Lipad s’active dans les medersas

0

Renforcement des capacités des enseignants de medersa de Ségou et de Sikasso et distribution de 30 000 livres sur l’ensemble du territoire national. Par ces actions,  la Ligue des patriotes pour le développement (Lipad) entend jouer sa partition dans l’éducation citoyenne.

Dans le cadre de son projet Citoyen de demain, la Ligue des patriotes pour le développement (Lipad) avec le soutien de l’Ambassade des Etats Unis au Mali, s’est donné pour objectif de distribuer 30 000 livres sur l’ensemble du territoire national. Des ouvrages rédigés à l’intention des élèves de medersa de la 4ème jusqu’à la 9ème année. A travers l’édition de ces livres qui portent sur des thèmes comme la justice, les droits de l’homme, les institutions de la République du Mali etc.., il s’agit pour la Lipad de jouer sa partition dans la lutte contre l’extrémisme violent à travers l’éducation citoyenne.  C’est en prélude à la distribution de ces ouvrages que des journées de formation des enseignants  sont organisées par cette association, avec le concours du ministère de l’Education, des auteurs des livres et de l’accompagnement de la représentation diplomatique des Etats Unis au Mali. Ces journées, faut-il le rappeler, ont commencé à Bamako par la formation de plus de 200 enseignants de Bamako  et se sont poursuivies ces derniers jours par la mise à niveau des maitres de medersa des écoles de Ségou et de Sikasso.

Selon Boubacar Traoré, le représentant de la Lipad à ces formations, cette mise à niveau est plus que jamais nécessaire.

“Nous ne pouvons pas nous permettre de distribuer ces manuels sans pourtant expliquer aux enseignants leur utilité et la meilleure façon de les exploiter “ a souligné M. Traoré. Avant d’ajouter que ce sont 150 maitres qui ont été formés à Ségou et autant à Sikasso.” Nous allons procéder à des formations similaires dans toutes les régions du Mali. Et c’est au terme de ces mises à niveau  que nous allons distribuer ces manuels “ a-t il ajouté. Avant de demander l’accompagnement des partenaires pour faire en faire en sorte que le maximum d’élèves de medersa puissent bénéficier de ces ouvrages dont les 30 000 exemplaires ne représentent, selon lui, que 4% des besoins sur l’ensemble du territoire national.

                         K.THERA

PARTAGER