Promotion 2022-2023 de L’IKam à Ségou : « Patrimoine, créativité, et marché des arts » au menu de la conférence inaugurale

0

Une conférence inaugurale pour débattre du thème : « Patrimoine, créativité, et marché des arts »

 16 auditeurs de 4 pays (Mali, Bénin, Burkina, Guinée) composent la 2è promotion 2022-2023 du Master en aménagement culturel de l’Institut Korè des arts et métiers (Ikam) de Ségou. Traditionnellement, ladite rentrée est précédée par la tenue d’une conférence inaugurale.

Samedi 17 septembre 2022, deux dinosaures de la culture africaine,  le Pr Ibrahima Ouane, directeur scientifique et pédagogique de l’IKAM et Dr Samuel Sidibé, ancien directeur général du Musée national du Mali, ont décortiqué le thème : « Patrimoine, créativité, et marché des arts ». Il faut dire que la conférence a examiné en profondeur le lien qu’il peut y avoir entre patrimoine, créativité et marché des arts.

Pr Ibrahima Ouane, dans sa présentation, a d’entrée de jeu défini le patrimoine comme un ensemble de biens, matériels ou immatériels, dont l’une des caractéristiques est de permettre d’établir un lien entre les générations, tant passées qu’à venir. Il est donc reconnu comme tel par la collectivité considérée qui lui attache une valeur liée à son histoire et qui souhaite le transmettre.  Selon lui, si le patrimoine matériel ou immatériel joue un rôle de cohésion entre les peuples et les cultures, la reconnaissance d’un art, d’un savoir-faire permet de valoriser une civilisation aux yeux du reste du monde. Pr Ibrahima Ouane a ajouté que parler du patrimoine, ce n’est pas se plonger dans le passé. « C’est se projeter afin de penser au futur », a-t-il déclaré.

Si le patrimoine constitue une source d’identité et de cohésion pour des communautés perturbées par l’accélération des changements  et l’instabilité économique, M. Ouane estime que la créativité contribue à l’édification de sociétés ouvertes, inclusives. Donc le patrimoine et la créativité  participent tous deux à fonder des sociétés du savoir dynamiques, innovantes et prospères.

« On invente toujours à partir d’un terreau », a-t-il affirmé. Et de s’interroger « qu’une fois qu’on accepte d’aller vers la créativité est ce que le patrimoine va-t-il garder son authenticité ? Est-ce que cette création de valeur ajoutée ne va telle pas impacter sur le patrimoine ?

En sommes, si la créativité revêt la capacité, le pouvoir qu’a un individu de créer, c’est-à-dire d’imaginer et de réaliser quelque chose de nouveau, le Pr Ouane, dira qu’on peut bien s’appuyer sur nos « patrimoines », et aller vers la créativité sans pour autant les dénaturer.

Sur le sujet du patrimoine et de la créativité, Dr Samuel Sidibé, ancien directeur général du Musée national, dira qu’il est de ceux-là qui estiment que le patrimoine  ne doit pas s’enfermer dans l’idée d’une tradition étriquée, sinon il sera un frein à la créativité. Dans cet esprit de créativité, M. Sidibé s’interroge si les artistes vivent de leurs arts, de leurs productions. Et s’il y a même un marché de l’art ?  Selon lui, le marché africain de l’art s’il a fait un grand pas par rapport aux autres marchés où les prix sont fixés par l’extérieur, doit entamer un processus d’éducation de son public. Il regrette le fait que le marché des arts visuels  soit occidental « Nous ne créons pas pour nous-mêmes mais pour les autres ». Et d’ajouter que « nos objets sont obligés de s’exporter si non on ne sera pas capable de développer la valeur ajoutée locale ».

Si l’ancien directeur reconnait l’absence de politique de stratégie pour que le marché prenne toute sa place, il regrette « l’inaction » du secteur privé qui pense que c’est à l’Etat de tout faire « Un Etat ne crée pas un marché », a-t-il dit.

Comme solution, Samuel Sidibé conseille qu’il faut être capable de créer un environnement local « l’effort à faire est que les institutions et les particuliers commencent à travailler pour que les œuvres culturels prennent leur place ».

Il ajoutera qu’il faut créer localement un intérêt pour les œuvres artistiques à travers la formation et l’éducation artistique.

Y.A.C

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here