Commune I du district de Bamako : Mme Konté : une sortie honorable !

1

Le maire de la commune I du district de Bamako, Mme Konté Fatoumata Doumbia, sort par la grande porte de l’histoire. Une sortie honorable !

Dans quelques jours, Mme Konté Fatoumata Doumbia va  céder son fauteuil de maire de la commune I du district de Bamako à Mahamadou Kéïta. Et cela, après dix ans passés à la tête de la mairie. Un véritable exploit pour la première femme maire du district de Bamako dans l’histoire politique de notre pays. A 66 ans, cette enseignante qui a piqué le virus de la politique dans les couloirs du Lycée de Jeunes de Bamako, laisse un bilan pour la postérité.

Sans être exhaustif, on peut citer la construction de nombreuses salles de classe, de plusieurs centres secondaires d’état civil, de foyers de jeunes dans certains quartiers, la construction de bornes fontaines pour un accès facile à l’eau potable, la création d’équipements pour les banques de céréales, l’octroi de matériels d’assainissement à la population, la prise en charge sanitaire des personnes vulnérables, etc. Ce bilan est à saluer surtout lorsqu’on sait que dans la commune I de nombreux hommes ont laissé des plumes. Durant dix ans de gestion communale, Mme le maire a dû boucher les oreilles pour ne pas entendre et bander les yeux pour ne pas voir certaines pratiques. Elle a pris énormément de coups, de la traîtrise à la  calomnie en passant par la  méchanceté gratuite de la part des uns et des autres.

Elle gérait avec foi, philosophie et une grande conviction dont un détenteur de mandat public doit s’armer sans oublier de garder son sang froid devant toutes les situations. En analysant de près le sort qu’ont connu ses prédécesseurs, on peut sans risque de se tromper, dire que Mme Konté Fatoumata Doumbia est sortie par la grande porte de l’histoire. En un mot, une sortie honorable pour une responsable qui a eu à faire face à de difficiles et douloureuses épreuves de la vie ces dernières années.

En prenant la sage décision de ne pas briguer un troisième mandat, elle  a fait preuve d’une grandeur d’esprit qui caractérise sa grande personnalité.

On retient d’elle l’image d’une femme dynamique, rigoureuse avec les principes de gestion transparents. Pétrie d’une riche expérience acquise dans les rouages des associations féminines et de l’enseignement, Mme Konté Fatoumata Doumbia dispose d’une grande expertise à apporter à la nouvelle génération de femmes politiques.

Modeste, généreuse et musulmane pratiquante, cette défenseuse infatigable de la cause féminine peut continuer ses activités de consultante en droits des femmes, en genre et en population et développement.

Chiaka Doumbia

 

Mamadou B. Keïta, un humanitaire à la tête de la mairie

Tête de liste RPM, sa victoire vient d’être confirmée par la CENI après le recomptage demandé  par Soumaila Cissé, chef de file de l’opposition et président de l’Union pour la République et la Démocratie (URD). Il est légèrement en avance en termes de voix sur son challenger de l’URD, mais les deux partis ont le même nombre de conseillers (13 conseillers chacun).

C’est bien Mamadou B. Keïta le désormais nouveau maire de la commune I du district de Bamako. Agé de 72 ans environs, M. Keïta est un entrepreneur dans les établissements scolaires et sanitaires. Son parcours démontre à suffisance un homme déterminé et de foi. Après avoir passé 18 ans en France, il  signa son retour au bercail au chevet de sa mère. Il servira d’abord comme professeur à l’ENI. Il créa ensuite avec un camarade l’ex-EHEP, qui deviendra plus tard l’IUG (Institut Universitaire de Gestion). Enseignant, il dirigea pendant 12 ans, avec exemplarité, l’ECICA. Ses expériences cumulées le motivent à créer une première université, dénommée INCEF. Ensuite il se lança dans la  création de la prestigieuse université ECOSUP (Ecole Supérieure de Commerce, des Métiers et de la Gestion), le lycée Mandé Massa Keïta, le GIE Mandé Sanouya, le laboratoire de 8 langues (Anglais, Chinois, Arabe, Allemand, Espagnol, Bambara, Français et Persan), un centre informatique, le centre de Santé Mandé Kènèyasso et une Médersa .

Aussi bien dans ses établissements scolaires que sanitaires, il vole au secours des étudiants et élèves recalés qui n’ont pas les moyens de poursuivre leurs études. Beaucoup de cadres jeunes doivent leur réussite  à Mamadou B. Keïta pour ses actions humanitaires.  « J’ai eu mon DEF, mais j’ai pas eu la chance d’être orienté. On m’a parlé de Monsieur Keita. Seul je suis venu lui expliquer ma situation financière précaire m’empêchant de poursuivre mes études. Séance tenante, il m’a accepté chez lui à zéro franc.  Dieu merci, j’ai pu terminer mes études chez lui et je  travaille dans une grande entreprise comme comptable.  Je ne cesse de le remercier car il a un cœur d’or », témoigne un jeune de 33 ans en commune I du district de Bamako.

Ce témoignage n’est qu’un parmi bien d’autres qui évoquent tous les actes de  bienfaisance et de générosité de M. Keïta. D’ailleurs, ses fans ont peur que la politique ne le désoriente car, les hommes politiques n’ont pas une bonne réputation dans ce pays.

Le nouveau maire est plus que rassurant et promet d’améliorer l’existant et non se servir de son poste. Après son élection, il a tenu à remercier tous ceux qui l’ont soutenu pendant la campagne avec une mention spéciale à l’endroit du RPM. « Le temps des élections est terminé, l’heure du rassemblement et de l’action dans l’unité est venue… Nous sommes attachés à la commune I parce que nous voulons que chacun ait un avenir et puisse vivre heureux, quelle que soit sa situation sociale, son origine, son âge, son quartier et son option politique », déclare le nouveau maire de la commune I du district de Bamako.

Modibo L. Fofana

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Une femme très dynamique et pleine de ressource courage et bonne chance et merci.

Comments are closed.