Election Legislative en Commune IV : rnQuel avenir politique pour IBK?

0

                Après son échec à l’élection présidentielle, le président du Rassemblement Pour le Mali Ibrahim Boubacar Keïta vient de jeter son dévolu sur l’élection législative en commune IV du District de Bamako afin de rester dans l’arène politique. Le pari est-il gagné d’avance comme en 2002 où il a passé haut les mains dès le premier tour? L’avenir politique du président sortant de l’Assemblée Nationale dépendra en grande partie de l’issue de cette course à la députation.rn

                Après le scrutin présidentiel, les regards sont tournés vers l’élection législative dont le premier tour aura lieu début juillet. Déjà les différents prétendants sont en train d’affûter leurs armes et l’heure était à la réunion des différentes pièces afin de constituer les dossiers de candidature dont la date limite est prévue pour aujourd’hui minuit.

rn

DES ALLIANCES ELECTORALES

rn

                Mais, auparavant, les différents prétendants ont statué sur la possibilité des alliances électorales. Les négociations n’ont pas été faciles au sein des partis politiques car, les postulants sont nombreux. Ce qui est à l’origine de vives tensions.

rn

                Aussi, compte tenu des stratégies électorales et du degré d’implantation des partis et des affinités dans les circonscriptions électorales, des listes communes sont constituées par des formations politiques. C’est à cela que nous assistons actuellement. Ainsi, l’ADEMA et l’URD ont décidé de faire chemin ensemble dans certaines des circonscriptions électorales. L’objectif est connu, avoir le maximum de députés, ces retrouvailles entre l’ADEMA et l’URD ne sont pas surprenantes, puisque ces deux partis sont du même regroupement politique ADP.

rn

                Cependant, on note dans d’autres circonscriptions électorales des listes ADEMA-RPM. Le Rassemblement pour le Mali, a décidé d’aller seul dans plusieurs autres circonscriptions électorales. Cela se comprend aisément dans la mesure où le parti, membre du FDR a dès fois moins de possibilité de nouer des alliances avec les partis membres de l’ADP.

rn

IBK CANDIDAT EN COMMUNE IV

rn

                La nouvelle est tombée le dimanche soir à l’issue d’une conférence de la section RPM de la commune. Selon des sources, certains cadres et élus étaient opposés à la candidature d’IBK. A sa place, on voulait engager d’autres personnes. IBK sera accompagné par Abdramane Sylla, secrétaire général de la section, pour défendre les couleurs des Tisserands, .

rn

LA CAUSE EST-ELLE ENTENDUE D’AVANCE?

rn

                En 2002, le président du RPM, après son échec dans la course à la présidentielle, s’est porté candidat à l’élection législative dans sa commune. Et au premier tour, il fut élu avec le professeur Oumar Kanouté du MPR. Certes, de 2002 à nos jours, la situation politique dans la commune a beaucoup évolué. En décidant d’aller aux élections législatives sans alliance avec des candidats en dehors du RPM le président du RPM a pris un gros risque. Certainement de 2002 à nos jours sa côte de popularité a beaucoup chuté dans la commune.

rn

                L’exercice du pouvoir a permis à ses nombreux militants et sympathisants de voire l’homme à l’épreuve et de se rendre compte de ce qu’il est réellement et aussi de se faire une idée par rapport à la mise en oeuvre de ses engagements. Ce sont tous les paramètres qui rentrent en ligne de compte. Il manquera cette année l’appui d’un homme qui a mobilisé la dernière fois pour lui de nombreux électeurs. Il s’agit de Hamane Touré dit Serpent. Quoique l’on dise de lui, ce dernier a une base électorale dans la commune. Durant les cinq années aussi, le Mouvement Citoyen a eu le temps de s’implanter et de s’emparer d’une part importante des électeurs, étant donné que Moussa Mara doit être en principe sur la liste des indépendants issus du Mouvement Citoyen. Il jouit d’une notoriété auprès des jeunes.

rn

                Les résultats du scrutin présidentiel en Commune IV ont laissé des traces. IBK est arrivé en tête avec 48% tandis que son poursuivant direct ATT a eu 46%. L’écart n’est pas aussi grand. C’est dans les bureaux de vote à Sébénicoro qu’il a dépassé son rival.

rn

                Même si IBK parvenait à se faire réélire, parviendra-t-il à conserver son fauteuil de président de l’Assemblée Nationale?

rn

                Eu égard à la situation politique actuelle, rien n’est moins sûr.

rn

Mamadi TOUNKARA

rn

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER