Election législative partielle à Ansongo : Un second tour apaisé, selon l’Observatoire

0

Avec 60 observateurs nationaux déployés dans les centres de vote de six communes du cercle d’Ansongo, l’Observatoire pour les élections et la bonne gouvernance au Mali a été un témoin oculaire du deuxième tour de l’élection législative partielle du 31 janvier 2016 à Ansongo. Au cours d’une conférence de presse qu’il a animé, le lundi 1er février 2016 au siège de la structure, le président de l’Observatoire, Ibrahima Sangho a rendu son verdict. Selon Ibrahim Sangho, l’élection s’est bien déroulée malgré quelques incidents regrettables parmi lesquels la privation des droits de vote aux électeurs et électrices de la commune de Talataye.  

L’Observatoire pour les élections et la bonne gouvernance au Mali-Observatoire, sur financement du ministère de l’Administration territoriale, a déployé 60 observateurs nationaux pour suivre le 2ème tour de l’élection partielle d’Ansongo qui opposait la liste RPM et à la liste URD. Selon le président de l’organisation, les observateurs, après une séance de mise à niveau organisée le 30 janvier 2016 dans la salle de conférence de la Mairie d’Ansongo, ont été déployés dans  les centres de vote de six communes du cercle d’Ansongo, Bara, Boura, Aoutagouna, Tessit et Tinhamma. Par ailleurs, le conférencier a déploré la privation des droits de vote aux électrices et électeurs de la commune de Talataye. « La période préélectorale a été aussi marquée par un incident occasionné par une émission ouverte animée par le Directeur de la radio Alafia, Ibrahim Sadou Maïga, où monsieur Seydou Amadou Cissé a tenu en direct des propos discriminatoires invitant les auditeurs et auditrices à ne pas voter la liste RPM au motif que le candidat était un Touareg. Il a aussi accusé les autorités locales, notamment la préfecture, d’être partiale à travers le soutien au candidat du RPM», a regretté le président de l’Observatoire.

Comme motifs de satisfaction des observateurs nationaux, le conférencier a cité entre autres : la sécurisation satisfaisante des bureaux de vote par les forces armées et de sécurité, le climat apaisé et serein du déroulement des opérations de vote, la participation des délégués des partis politiques dans les bureaux de vote et l’ouverture et la fermeture des bureaux de vote à l’heure indiquée. « Dans les bureaux de vote, chaque électeur a présenté sa carte Nina et reçu un bulletin de vote avant d’accomplir son devoir civique », a témoigné Ibrahima Sangho.

Tirant  les leçons lors de cette élection, l’Observatoire a aussi fait des recommandations parmi lesquelles : la relecture des textes fondamentaux de la République notamment la loi organique concernant l’élection des députés, la prise en compte diligente de la suppléance des députés dans les nouveaux textes de lois.   

Youssouf Z

 

 

 

PARTAGER